sand-bags_webL’omniprésence du cyclone tropical Pam de catégorie 5 dans les titres de la presse internationale a replacé les pays insulaires océaniens au cœur des débats, lors de la troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe à Sendai (Japon).

Invité à participer à une manifestation parallèle entièrement consacrée au thème « Renforcer la résilience aux catastrophes et au changement climatique en Océanie en faveur d’un développement durable », le Président de Kiribati, M. Anote Tong, a rappelé avec force les conséquences dévastatrices du passage du cyclone Pam à Vanuatu, aux Îles Salomon, à Tuvalu, aux Îles Marshall et à Kiribati.

Il a par ailleurs souligné l’importance pour l’Océanie de conjuguer gestion des risques de catastrophe et action climatique, en ajoutant que la région connaît depuis une dizaine d’années une augmentation de la fréquence des cyclones de catégorie 5.

« Les catastrophes naturelles et le changement climatique sont des phénomènes qui sont intrinsèquement liés. Il est évident qu’ils ne peuvent et ne doivent en aucun cas être perçus comme des entités distinctes, sous peine de ne jamais réussir à appréhender ces deux éléments de façon globale et de remettre en cause nos espoirs de développement durable. »

En pointe sur ces sujets, l’Océanie a été la première région au monde à se doter d’une stratégie intégrée alliant gestion des risques de catastrophe et action climatique dans un cadre régional en faveur du développement durable.

Les actions menées à l’échelon régional en vue d’intégrer l’action climatique et la gestion des risques de catastrophe ont été présentées lors d’une manifestation parallèle consacrée aux pays insulaires océaniens et organisée par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), le Programme régional océanien de l’environnement (PROE) et le Secrétariat de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (ONU/SIPC).

Cet événement a été l’occasion de rappeler l’impérieuse nécessité pour toutes les parties prenantes d’agir ensemble face aux effets du changement climatique et aux risques de catastrophe en Océanie.

Le Vice-Premier ministre du Royaume des Tonga, M. Siaosi Sovaleni, s’est fait le chantre du « mieux construire aujourd’hui et reconstruire encore mieux pour demain ». Selon lui, après une telle catastrophe, les expériences du passé, les connaissances actuelles et les enseignements tirés doivent orienter les efforts de préparation, de réponse opérationnelle et de relèvement mis en œuvre face à ce type d’événements.

Mme Cristiana Pasca Palmer, Chef de l’unité changement climatique, environnement, ressources naturelles et économie verte à l’Union européenne, a tenu à saluer le rôle moteur joué par la CPS dans les nombreuses consultations menées autour de la Stratégie à laquelle un grand nombre d’acteurs ont ainsi pu être associés, notamment dans le secteur privé.

Le rôle central joué par la société civile dans le renforcement de la résilience aux risques climatiques et aux catastrophes a également été mis en avant par M. Setareki Macanawai, Secrétaire général du Forum océanien sur le handicap. Il a plaidé pour la prise en compte des « groupes les plus vulnérables » qui, selon lui, devraient être perçus davantage comme des « groupes utiles ».

M. Kazuo Matsushita, professeur émérite à l’Université de Kyoto et directeur de recherche à l’Institut des stratégies environnementales mondiales, a également remis les initiatives océaniennes dans le contexte international, rappelant que la démarche adoptée dans le Pacifique s’inscrit dans le droit fil des tendances mondiales.

La manifestation parallèle était parrainée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et animée par Cristelle Pratt, Secrétaire générale adjointe du Forum des Îles du Pacifique. Ont participé aux discussions M. Siaosi Sovaleni, Vice-Premier ministre des Tonga ; Mme Cristiana Pasca Palmer, Chef de l’unité changement climatique, environnement, ressources naturelles et économie verte à l’Union européenne ; M. Inangaro Vakaafi, Vice-président du Conseil de la jeunesse du Pacifique ; M. Setareki Macanawai, Secrétaire général du Forum océanien sur le handicap ; Mme Filomena Nelson du Bureau national de gestion des catastrophes du Samoa ; et M. Kosi Latu, Directeur général adjoint du PROE.

La Stratégie en faveur d’un développement résilient aux risques climatiques et aux catastrophes dans le Pacifique est actuellement présentée pour approbation à l’échelle régionale. Elle devra en bout de ligne être adoptée par les chefs d’État et de gouvernement de la région lors du Sommet du Forum des Îles du Pacifique en 2015.

La troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe s’est tenue du 14 au 18 mars 2015. Dans la foulée, les dirigeants océaniens participeront à la septième Réunion des dirigeants des îles du Pacifique à Iwaki City, à Fukushima, au mois de mai 2015.

Contacts médias :
Clare White, Chargée de la communication sur la gestion des risques de catastrophe au Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (tél : +679 9165794, courriel : [email protected]) ;
Nanette Woonton, Chargée des médias et des relations publiques au Programme régional océanien de l’environnement, (tél : +685 21929 ; courriel : [email protected]).

Pour en savoir plus sur la réponse globale de la CPS  face au cyclone tropical Pam, consultez la page internet : Response de la CPS au cyclone Pam.