Les décisions stratégiques concernant la sécurité alimentaire et le développement agricole durable seront désormais prises plus efficacement et s’appuieront sur des données statistiques pertinentes, récentes et de qualité. C’est en tout cas l’objectif du Plan stratégique régional sur la statistique agricole et halieutique présenté lundi lors de la vingt-septième réunion de la Commission des statistiques agricoles pour l’Asie et le Pacifique, organisée cette semaine à Nadi (Fidji).

La mise en œuvre du Plan sur dix ans permettra de produire des statistiques régulières et fiables dans le domaine de l’agriculture, de la pêche, du développement rural, de la sécurité alimentaire et des ressources naturelles. En outre, il sera plus facile de comparer les données des différents petits États insulaires en développement (PEID) du Pacifique dans ces secteurs. De plus, la standardisation des méthodes de collecte de données rentabilise énormément l’analyse statistique et doit donc être encouragée.

L’élaboration du Plan a été soutenue par la Stratégie mondiale pour l’amélioration des statistiques agricoles et rurales et par le programme régional océanien de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en partenariat avec la Communauté du Pacifique (CPS), via la Division statistique pour le développement et le Projet intra-ACP sur les politiques agricoles en Océanie financé par l’Union européenne.

Lors de la présentation du plan stratégique décennal, Audrey Aumua, Directrice générale adjointe de la CPS, a déclaré : « Ce plan constitue un exemple de partenariat fructueux entre la FAO et la CPS, un partenariat qui met en commun les avantages comparatifs de chaque organisation. Grâce à cette stratégie, nous espérons améliorer la qualité des statistiques agricoles dans la sous-région Pacifique. Toutefois, notre action ne s’arrête pas là. Si nous voulons que la stratégie porte ses fruits, nous devons mobiliser des investissements efficaces en vue de sa mise en œuvre. »

Les trois quarts des Océaniens habitent dans des zones rurales et vivent en grande partie de l’agriculture et de la pêche. Ces deux secteurs restent prioritaires en matière de développement, et des données factuelles nationales sont nécessaires à l’efficacité de la prise de décision. Cette dernière peut ainsi s’appuyer sur des informations spécifiques à un secteur telles que la surface de terres exploitées, les plantes cultivées, les coûts de production, les données concernant la capture de poissons, la dépendance des familles à l’égard de l’agriculture et de la pêche, ou encore l’âge des agriculteurs et des pêcheurs.

D’après Mukesh Kumar Srivastava, Secrétaire et Responsable de la statistique de la Commission des statistiques agricoles pour l’Asie et le Pacifique au sein du bureau régional de la FAO, « la stratégie permettra d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les défis particuliers auxquels sont confrontés les PEID océaniens, par exemple l’isolement géographique, les systèmes de culture, les infrastructures statistiques limitées et les moyens humains et financiers pouvant être alloués à la production de statistiques agricoles et rurales. Ce plan stratégique ouvrira la voie à la mise en place de systèmes statistiques durables pour la gestion des secteurs de l’agriculture et de la pêche dans les pays océaniens en fonction de leur contexte particulier. De plus, il constituera un argument en faveur de l’octroi par les bailleurs de financements ciblés supplémentaires aux PEID océaniens. »

Le Plan stratégique régional fournit un cadre permettant de regrouper les utilisateurs et les producteurs de statistiques afin de garantir la pertinence des données. Ainsi, les décisions prises dans le domaine de l’agriculture et de la pêche seront plus judicieuses, puisqu’elles s’appuieront sur les données issues des enquêtes.

Le Plan a été mis en chantier en 2015 lors d’une rencontre régionale réunissant plus de 50 spécialistes de la planification et des statistiques agricoles de 14 pays océaniens. Il a ensuite été élaboré sous la houlette d’un Groupe de travail technique composé de représentants des secteurs de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et des statistiques de six pays océaniens, de la FAO et de la CPS.

Contacts médias :
Salome Tukuafu, Chargée de la gestion de l’information et de la communication, Division ressources terrestres, [email protected]
Phil Bright, spécialiste des SIG, de l’innovation et de la diffusion, Division statistique pour le développement, [email protected]