À l’occasion d’une réunion consultative « One Health » qui s’est tenue aux Fidji, des experts en santé humaine, animale et environnementale en Océanie ont débattu, aux côtés de partenaires de l’ensemble de la région, de la coordination de leurs efforts visant à apporter une meilleure réponse aux risques sanitaires rencontrés à l’échelon régional et national.

La réunion qui s’est tenue le 13 avril à Denarau Island (Nadi), était organisée par les Divisions santé publique et ressources terrestres de la Communauté du Pacifique (CPS), en collaboration avec les partenaires membres du Réseau océanien de surveillance de la santé publique (ROSSP).

Lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre délégué à la Santé et aux Services médicaux des Fidji a souligné que le concept « One Health » représentait un tournant radical à l’échelon régional et national dans les modalités de travail. En effet, cette approche suppose que tout le monde participe à la réponse à apporter aux menaces émergentes de santé publique qui ne font aucune différence entre la santé humaine, animale et environnementale.

Mme Audrey Aumua, Directrice générale adjointe de la CPS, a mis l’accent sur les liens qui existent entre les différents risques sanitaires dans l’ensemble des disciplines, et a souligné : « ces dernières décennies, environ 75 % des nouvelles maladies infectieuses étaient d’origine animale, puis sont devenues des risques pour l’être humain. Il est essentiel de consentir des efforts plurisectoriels et multidisciplinaires afin de traiter en profondeur ces menaces émergentes et réémergentes pour la santé publique ».

À l’occasion de cette réunion, les participants ont mis l’accent sur le renforcement des relations à l’échelon régional et national et sur les avantages à tirer d’une coopération plus étroite. Mme Marine Giard, Responsable du bureau de veille sanitaire à la Direction de la santé de la Polynésie française a indiqué : « cette réunion nous a permis de rencontrer nos collègues de la santé animale, de renforcer nos liens et d’ouvrir la porte à une coopération plus étroite à l’avenir ».

Au cours des débats, les participants ont cerné les principales maladies dignes d’intérêt, les lacunes et les besoins de recherche à l’échelon régional et national et les ont classés par ordre de priorité. Au cours des prochaines semaines, les participants veilleront à ce que ces débats se concrétisent en initiatives liées à l’approche « One Health » en Océanie et continueront de réfléchir à la manière de créer un environnement propice à la coordination du concept « One Health » en prenant en compte les priorités spécifiques recensées par les pays.

M. Jan Helsen, Directeur de la Division ressources terrestres de la CPS, a souligné l’importance d’une coopération plus étroite et a mentionné des idées d’échange de connaissances qui pourraient se faire immédiatement. Il a dit : « une des premières étapes à franchir pour adopter l’approche intégrée « One Health » du point de vue de la santé animale pourrait consister à profiter des réseaux nationaux et régionaux existants comme le forum de communication sur la santé animale et le réseau océanien de laboratoires spécialisés en santé animale ».

La CPS et les partenaires du ROSSP s’engagent à soutenir les pays océaniens dans la mise en œuvre d’ensemble de mesures coordonnées de type « One Health ». Le soutien financier sera primordial pour appuyer durablement les efforts consentis aux échelons régional et national. Force est de constater que les organismes bailleurs de fonds ont fait part de leur volonté de proposer une assistance financière.

Cette initiative fait partie d’un nouveau projet visant le renforcement des capacités du ROSSP, mis en œuvre par la CPS et financé par l’Agence française de développement (AFD), en collaboration avec les ministères australien et néo-zélandais des Affaires étrangères et du Commerce.

Contact médias :
Christelle Lepers, Chargée de l’information et de la communication (surveillance de la santé publique), Division santé publique de la CPS, [email protected]

Lien utile :
Un partenariat France-CPS pour renforcer la sécurité sanitaire dans le Pacifique