Un atelier régional sur la nutrition, organisé à l’initiative de la Communauté du Pacifique (CPS), s’est tenu du 28 au 30 novembre à Nadi (Fidji). À cette occasion, des nutritionnistes de 20 États et Territoires insulaires océaniens, ainsi que des représentants des partenaires du développement et d’autres parties prenantes, étaient invités à examiner le texte révisé des Recommandations pour une alimentation et une vie saines dans le Pacifique et à formuler des « plans d’action » nationaux en vue de l’application de ces recommandations dans les États et Territoires de la région. Ces plans définissent les stratégies qui seront mises en œuvre pour adapter et transposer les recommandations régionales dans chaque pays, diffuser les recommandations aux parties prenantes et entreprendre des actions de communication auprès des populations locales.

La précédente version du texte avait été élaborée en 2000 par la CPS, en étroite collaboration avec des spécialistes de la nutrition du Pacifique. Cet ensemble de recommandations a été mis à jour sur la base des preuves scientifiques nouvellement disponibles et l’heure est à présent à la recherche de sources de financement pour en appuyer la mise en œuvre. Outre le volet alimentation, le recueil de recommandations attire également notre attention sur l’hygiène de vie, avec des recommandations sur l’activité physique, le tabac et l’alcool.

La CPS et les partenaires du développement vont à présent travailler aux côtés des pays à la mise en marche de ces plans d’action, l’objectif étant de veiller à l’application, à l’échelle nationale, des Recommandations pour une alimentation et une vie saines dans le Pacifique. Pendant l’atelier, les participants ont également cerné les actions à mettre en place pour renforcer les réseaux consacrés à la nutrition dans la région et ont déterminé quelles étaient les actions de développement des compétences et les autres formes d’accompagnement requises pour étendre les interventions en nutrition déjà menées dans les pays.

La nutrition est un enjeu majeur pour les secteurs de la santé et du développement dans le Pacifique. Les pays océaniens doivent supporter le « double fardeau » de la nutrition, puisque dénutrition et obésité s’y côtoient. On enregistre d’ailleurs dans la région certains des taux d’obésité les plus élevés au monde. D’après les résultats d’enquêtes sanitaires, on sait que plus de 60 % des adultes souffrent d’obésité aux Samoa américaines, aux Îles Cook, à Niue, à Wallis et Futuna et aux Tonga. En outre, seule une très faible proportion de la population adulte consomme suffisamment de fruits et légumes pour une alimentation équilibrée. Dans de nombreux pays océaniens, moins de 20 % des adultes consomment les cinq portions quotidiennes de fruits et légumes recommandées.

Le Directeur adjoint de la Division santé publique de la CPS, M. Sunia Soakai, a profité de l’atelier pour rappeler que les nutritionnistes ont un important rôle à jouer dans la lutte contre la crise des maladies non transmissibles dans le Pacifique. « Les nutritionnistes contribuent de manière cruciale à la promotion de régimes alimentaires sains et d’une bonne hygiène de vie. Ils peuvent par exemple militer auprès des décideurs pour que l’on investisse davantage dans la nutrition et apprendre à tout un chacun ce qu’est une alimentation saine, précise M. Soakai. Nous espérons que, grâce à cet atelier, les nutritionnistes, professionnels de santé et décideurs du Pacifique disposeront d’outils et de ressources adaptés pour aider les populations du Pacifique à faire les bons choix alimentaires et à adopter de bonnes habitudes de vie. »

La Division santé publique de la CPS, principale organisation scientifique et technique de la région, fournit un appui technique aux pays insulaires océaniens dans le but de mobiliser la classe politique et de favoriser la mise en œuvre d’actions plurisectorielles de prévention et de lutte contre les maladies non transmissibles (MNT) ; elle a aussi pour mission d’appuyer l’élaboration de politiques et de textes de loi en ce sens et de renforcer les capacités de mise en œuvre des actions de lutte contre les MNT et de suivi des avancées réalisées dans ce domaine. La CPS est déterminée à travailler en collaboration avec ses États et Territoires membres et ses partenaires, afin que soit adoptée, à l’échelle des pouvoirs publics et de la société dans son ensemble, une stratégie globale de promotion des modes de vie sains propre à inverser la courbe des MNT dans le Pacifique.

Contacts médias :
Karen Fukofuka, Conseillère en nutrition-santé et sécurité alimentaire à la CPS, [email protected] ou +679 3370733
Jean-Noël Royer, Chargé de la communication à la CPS, [email protected] ou +687 87 70 63

Lien utile : Pacific Diets sur Facebook https://www.facebook.com/pacificdiets et Twitter https://twitter.com/pacificdiets