Dans le cadre de la coopération avec l’Agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie (ADECAL), la Communauté du Pacifique (CPS) a fourni des vitro plants arrivés cette semaine, de la variété de patate douce « Beauregard » au centre des tubercules tropicaux.

Cette coopération permet l’introduction de matériel végétal certifié indemne de maladies, notamment celles qui ne sont pas présentes en Nouvelle-Calédonie, sous contrôle du Service d’Inspection Vétérinaire, Alimentaire et Phytosanitaire (SIVAP).

La CPS à travers son Centre d’études des cultures et des arbres du Pacifique (CePaCT), est réputée pour sa connaissance et son innovation dans la conservation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

Le CePaCT, centre de ressources biologiques basé à Suva,  détient de très nombreuses variétés d’igname, taro d’eau, patate douce, ananas, arbre à pain (etc..)  en culture in vitro, permet ainsi de faciliter les échanges entre les pays du Pacifique, à moindre risque.

La variété « Beauregard » est une variété très cultivée par nos voisins australiens et néo-zélandais. Elle constitue plus de 80% de la production australienne. Elle a une forme régulière, une chair orange et une bonne productivité.

Le Centre des tubercules tropicaux a déjà introduit cette variété en Nouvelle-Calédonie en 2013 et les premières évaluations sont très intéressantes.

Les plants introduits cette fois ci vont être multipliés dans les conditions les plus rigoureuses  (notamment en serre à l’abri des insectes) pour conserver leur excellent état de santé le plus longtemps possible. Au final les tubercules et boutures seront fournis aux producteurs de Nouvelle-Calédonie.

Les méthodes de production améliorées développées par le CePaCT sont importantes pour la sécurité alimentaire et pour encourager les industries d’exportation des îles du Pacifique concernant la patate douce, le taro, la banane, le manioc et d’autres cultures.

Le CePaCT est une banque de gènes reconnu internationalement qui joue un rôle essentiel dans la conservation de la plus grande collection de taro au monde et la diffusion de variétés améliorées à l’échelle mondiale.

Contact média :
Jean-Noël Royer, Chargé de communication de la CPS, [email protected]