La Division statistique pour le développement de la CPS et la Banque mondiale ont conclu un accord qui vise à promouvoir et à améliorer l’accès aux données existantes ainsi que leur exploitation à des fins de recherche et d’élaboration de politiques. Le Fonds d’affectation spéciale pour le renforcement des capacités statistiques a engagé 500 000 dollars des États-Unis d’Amérique en faveur du projet.

Ces fonds permettront de mettre en place un centre de données régionales – les Archives océaniennes de données – qui aura pour objet de sauvegarder, de répertorier et de diffuser des jeux de microdonnées sur le Pacifique. Par ailleurs, la Division statistique pour le développement produira et diffusera un ensemble de jeux de données harmonisés en normalisant les structures de données et les procédures de traitement, de manière à générer rapidement des statistiques comparables à l’échelon régional dans divers domaines à des fins d’élaboration de politiques.

Alors que la demande de données océaniennes de qualité et actualisées augmente, conformément aux exigences en matière d’établissement de rapports définies dans les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030, l’accès aux données et aux métadonnées sur le Pacifique reste problématique. En conséquence, de nombreuses études consacrées à des questions mondiales disposent de très peu d’éléments exacts ou actualisés provenant de la région. Ce déficit de données se traduit par une maigre résonance des voix océaniennes, y compris concernant des sujets sur lesquels la région pourrait fournir de précieuses données spécifiques. La mise en place d’un centre de données régionales permettra de combler en grande partie cette lacune.

Viliami Fifita, statisticien officiel des Tonga : « Le projet visera à sauvegarder et à recenser des jeux de données dans le but de prévenir leur perte et d’offrir à la région du Pacifique une plateforme de centralisation des données et de diffusion de microdonnées. Ces informations permettent d’éclairer la planification, la prise de décisions et l’élaboration de politiques. Le projet contribuera également à renforcer les capacités statistiques de la région et à améliorer la qualité des données produites grâce à l’élaboration de directives d’échantillonnage dans les petits États insulaires tels que les Tonga. »

Le projet permettra de concrétiser la vision de la Division statistique pour le développement, qui entend œuvrer en faveur « de données fiables sur le Pacifique afin d’appuyer des décisions politiques fondées permettant d’améliorer la vie des Océaniens ». Il est en outre étroitement lié aux objectifs de développement stratégiques de la CPS, qui visent à renforcer l’accès aux statistiques sur le développement et leur mise à profit pour étayer les politiques et suivre les progrès réalisés.

Les priorités de la Division statistique pour le développement reposent également sur la Stratégie décennale océanienne sur la statistique (2010 – 2020). La phase actuelle de cette dernière accorde une priorité élevée à la diffusion en temps utile et sous une forme aisément accessible des statistiques sur le Pacifique à tous les utilisateurs. Lors d’une réunion tenue en 2017, les directeurs des services planification et statistique ont approuvé le Cadre océanien pour la diffusion des données régionales, qui donne aux services nationaux de la statistique des directives visant à améliorer l’accès des utilisateurs à leurs données. Ce projet conjoint de la Banque mondiale et de la CPS fournira un outil sûr permettant d’héberger, de recenser et de diffuser les données.

Ofa Ketuu, Directrice de la Division statistique pour le développement de la CPS, a souligné « la nécessité, pour les dirigeants du Pacifique, de disposer de données fiables, exactes et actualisées afin de prendre des décisions éclairées sur des questions de développement national et régional. La mise en place d’un centre de données pour le Pacifique fournira une précieuse source d’informations à notre région, et apportera une contribution importante à la recherche et à l’échange de connaissances à l’échelle internationale. »

Le 1er mars 2018, Mme Ketuu s’est rendue à Washington DC pour finaliser l’accord. À cette occasion, elle a rencontré Haishan Fu et Olivier Dupriez, respectivement Directrice et Statisticien principal du Groupe de gestion des données de la Banque mondiale.

Contacts média :
Phil Bright – Spécialiste Systèmes d’Information Géographique (SIG), [email protected]
Michael Sharp – Conseiller économique (enquêtes auprès des ménages), [email protected]