Lors de leur prochaine réunion prévue en mars 2017 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), les directeurs des pêches océaniens auront pour priorité de fixer le cap des mesures de gestion durable des pêches et de l’aquaculture pour l’avenir, aidés en cela par la Communauté du Pacifique (CPS).

La Conférence bisannuelle des directeurs des pêches qui se tiendra du 14 au 17 mars au siège de la CPS, rassemblera les responsables des pêches des 22 États et Territoires insulaires océaniens, ainsi que des experts des pêches et de l’aquaculture issus d’organismes régionaux et internationaux de recherche et développement.

Les peuples du Pacifique sont les gardiens de près d’un quart des ressources océaniques du monde et gèrent notamment la plus grande zone de pêche thonière de la planète. La situation que connaît le Pacifique n’est donc pas sans incidence sur les autres régions du monde.

La Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS a pour mission de proposer des conseils scientifiques et une aide technique à ses 22 États et Territoires insulaires océaniens membres afin d’aider ces derniers à prendre des décisions avisées en matière de gestion et de valorisation de leurs ressources halieutiques et à se doter des capacités nécessaires à la mise en œuvre de ces décisions.

Pour M. Moses Amos, Directeur de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins, « la Conférence des directeurs des pêches joue un rôle stratégique en cela qu’elle permet de guider l’action des Programmes pêche hauturière et pêche côtière de la Communauté du Pacifique. En définitive, c’est là que se décident nos priorités et nos plans de travail et que l’on identifie les meilleurs moyens de faire bénéficier la région des compétences dont dispose la CPS».

« Cette Conférence sera également l’occasion d’aborder les nouveaux débouchés et les enjeux émergents en Océanie dans divers domaines tels que l’économie des pêcheries côtières et des pêcheries hauturières, les besoins et les orientations futurs en matière de données, ainsi que les initiatives que la CPS entend mener à l’avenir dans le secteur halieutique, en collaboration avec les pouvoirs publics concernés et les organisations partenaires », a déclaré M. Amos.

L’un des points phares au programme de cette réunion de quatre jours sera le point concernant la mise en œuvre de la Stratégie de Nouméa, intitulée « Une nouvelle partition pour les pêches côtières – les trajectoires de changement ». Ce document est destiné à garantir des ressources halieutiques côtières pérennes, en misant sur des approches communautaires qui permettront d’assurer la sécurité alimentaire et seront porteuses de retombées positives à long terme sur le plan socioéconomique autant qu’environnemental pour les populations océaniennes.

Cette initiative a été lancée en 2015 par plus de 100 représentants des services des pêches et de l’environnement venus de tout le Pacifique.

La CPS, grâce à son action alliant pratiques de pêche traditionnelles et connaissances scientifiques modernes, est aujourd’hui la principale organisation régionale œuvrant en faveur d’une pêche côtière durable.

Contact médias :
Camille Marteau, Assistante chargée de la communication, [email protected] ou +687 98 64 43

Liens utiles :
Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins
Conclusions de la 9e Conférence des directeurs des pêches

Crédit photo:
Q. Hanich