Les Tonga deviendront bientôt le premier pays de la région Pacifique à se doter d’un centre d’aide juridique réservé aux victimes de violence familiale. Le Centre d’assistance juridique pour la protection de la famille ouvrira ses portes le mardi 12 mars 2018.

Le Centre a été institué par le ministère de la Justice des Tonga, avec le soutien de la Communauté du Pacifique (CPS) et plus particulièrement de son Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne. Le projet avait été mis en chantier sous la direction de la regrettée directrice générale du ministère, Mme Susana Faletau.

Les Tonga ont adopté la loi sur la protection de la famille en 2013 afin d’assurer la sécurité et la protection de toutes les personnes victimes ou témoins de violences familiales, la loi étendant sa protection aux enfants. Les violences familiales englobent toutes les formes de maltraitance physique, sexuelle ou psychologique survenant dans le cadre conjugal ou familial.

Les cours et tribunaux ont le pouvoir d’ordonner des mesures de protection, stipulant que l’auteur des violences a l’interdiction d’entrer en relation avec la victime ou de lui porter atteinte. La loi érige en infraction les différentes formes de violence familiale et établit que tout fait de violence signalé sort du domaine privé. Elle fait ainsi des violences familiales un enjeu de société qui appelle des interventions et des mesures d’élimination.

Le Centre d’assistance juridique pour la protection de la famille viendra en aide à toute personne confrontée à des faits de violence dans le cadre familial et fournira une aide juridique gratuite aux victimes, qui bénéficieront de consultations gratuites et pourront se faire représenter sans frais par un avocat. Le Centre assistera toute personne souhaitant demander une ordonnance de protection en vertu de la loi sur la protection de la famille ou bénéficier d’une aide en cas de violation des dispositions de la loi relevant du droit de la famille.

Le centre sera ouvert de 8h30 à 16h30 du lundi au vendredi et assurera une permanence téléphonique en dehors des horaires d’ouverture. Toute personne souhaitant contacter le centre peut se rendre directement sans ses locaux, situés à côté du tribunal d’instance de Fasi, ou composer le 26-387 ou 26-388.

Le Centre d’assistance juridique pour la protection de la famille est financé par le Gouvernement des Tonga, en partenariat avec les gouvernements de l’Australie et de la Suède.

« La Suède se félicite du travail pionnier réalisé par le ministère de la Justice des Tonga et l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne en vue de la création du premier centre d’aide juridique aux victimes de violence des Tonga. Nous sommes convaincus que les personnes et les familles qui ont connu la violence y trouveront un précieux soutien », a déclaré Charlotta Bredberg, conseillère de la section droits de la personne et développement de la démocratie à l’ambassade de Suède à Bangkok.

« C’est aussi un important pas en avant pour en finir avec l’impunité des faits de violence familiale dans nos sociétés. Vivre à l’abri de la violence est un droit fondamental de l’être humain et un prérequis pour la construction de sociétés pacifiques et inclusives », a ajouté Mme Bredberg.

Contacts médias :
Onorina Saukelo, Assistante communication de l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne, [email protected] ou +679 337 0733
‘Aunofo ‘Aholelei, ministère de la Justice des Tonga, [email protected] ou 23-015
Fitilagi Fa’anunu, juriste au Centre d’assistance juridique pour la protection de la famille, [email protected]