Des représentants clés de la société civile et des pouvoirs publics se sont réunis dans l’État de Pohnpei (États fédérés de Micronésie), les 15 et 16 novembre, afin de mettre au point le plan de mise en œuvre de la loi de Pohnpei sur la sécurité de la famille, texte historique adopté par la neuvième assemblée législative de l’État le 7 novembre 2017. Le ministère de la Santé de l’État de Pohnpei et l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne de la Communauté du Pacifique (CPS) ont organisé cette rencontre afin de clarifier et d’exposer les principales stratégies que le gouvernement de l’État devra déployer pour accompagner la mise en œuvre de ce texte.

La nouvelle loi donne une définition de la violence familiale, érige en infraction les différentes formes que peut prendre cette violence et établit des mécanismes de protection pour les personnes qui en sont victimes. C’est la première fois qu’un texte de ce type est adopté à Pohnpei. En conséquence, l’un des principaux objectifs de la réunion de consultation était d’assurer une meilleure compréhension et connaissance de ses dispositions et de ses implications.

Les participants ont pu recueillir des informations et échanger des idées sur l’élaboration du plan de mise en œuvre. Ont notamment été étudiées les lacunes à combler parmi les prestataires de services sociaux, les solutions envisageables pour ce faire et les stratégies d’information du grand public.

Lors de la rencontre, la CPS a salué l’initiative des autorités de Pohnpei, relevant qu’il s’agissait du deuxième État micronésien, après Kosrae, à avoir voté une loi visant spécifiquement à lutter contre la violence familiale.

Insistant sur les efforts et le dévouement qu’avait nécessités l’élaboration de ce texte, la Directrice par intérim de l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne, Nicol Cave, a indiqué : « C’est une étape cruciale pour les autorités de Pohnpei et pour les États fédérés de Micronésie. Nous les félicitons de cette initiative importante en faveur de la sécurité, de la protection et du bien-être des familles. L’Équipe régionale de la CPS se réjouit de continuer à apporter son soutien à l’État de Pohnpei et de contribuer à la pleine mise en œuvre de la loi sur la sécurité de la famille. »

Nicol Cave a également reconnu le rôle joué par le gouvernement australien à l’appui des travaux de l’Équipe régionale, déclarant : « C’est grâce au soutien financier de l’Australie que cette réunion de consultation a pu voir le jour. L’État de Pohnpei a ainsi été en mesure de démarrer immédiatement les discussions autour du plan de mise en œuvre de cette loi historique. »

L’Équipe régionale apporte aussi un soutien continu aux États fédérés de Micronésie, afin qu’ils tiennent les engagements pris en vertu des grands traités internationaux sur les droits de la personne, notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention relative aux droits de l’enfant et la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Les États micronésiens de Pohnpei et de Kosrae viennent rejoindre les autres pays océaniens (Fidji, Îles Marshall, Nauru, Palau, Îles Salomon, Samoa, Tonga, Tuvalu et Vanuatu) qui ont élaboré et promulgué une loi relative à la protection de la famille.

Contact médias :
Onorina Saukelo, Assistante communication de l’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne, [email protected] ou +679 330 5582

Lien utile :
Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne de la CPS : http://rrrt.spc.int