Le Directeur général de la Communauté du Pacifique (CPS), Colin Tukuitonga, et l’Ambassadeur de l’Union européenne (UE) pour le Pacifique en poste aux Fidji, Andrew Jacobs, viennent de remettre pour environ 300 000 dollars fidjiens d’équipements au ministère fidjien de l’Agriculture dans le cadre du projet d’amélioration des services essentiels à l’agriculture (IKSA), mené conjointement par la CPS et l’UE.

Le matériel provient du programme IKSA, l’un des projets mis en œuvre par la CPS et financés par l’UE pour venir en aide aux agriculteurs et communautés de la ceinture sucrière fidjienne. Ces projets entrent dans le cadre des mesures d’accompagnement en faveur des pays signataires du protocole sur le sucre, programme élaboré par l’UE dans le but de promouvoir une agriculture de marché diversifiée, de favoriser le développement de nouveaux moyens de subsistance et d’activités génératrices de revenus pour les populations les plus touchées, et de réduire les risques associés aux catastrophes naturelles.

Lors de la remise du matériel, M. Jacobs a déclaré : « Le matériel que nous remettons aujourd’hui au ministère de l’Agriculture a pour vocation de renforcer les services de vulgarisation en faveur des agriculteurs et communautés agricoles de la ceinture sucrière fidjienne. En stimulant la production et le commerce de plantes horticoles, ce projet a également permis de réduire l’importation de fruits et légumes. Le fait de confier ce matériel à l’instance fidjienne en charge du secteur garantira la pérennité de ces activités au profit de communautés vulnérables des Fidji ».

Le Directeur général de la Communauté du Pacifique, M. Colin Tukuitonga, a quant à lui affirmé : « Le projet IKSA a été mené en collaboration avec les agriculteurs afin d’accroître leur production horticole, dans des communautés dont les revenus sont depuis longtemps étroitement liés à la production et à la récolte de canne à sucre. Nous espérons que les véhicules et autres biens d’équipement remis aujourd’hui permettront au ministère de l’Agriculture de continuer à fournir ses services essentiels en faveur des communautés et agriculteurs, à développer le marché horticole ainsi qu’à créer de nouvelles sources de revenus ».

Faciliter l’accès aux semences, plants et intrants, mettre en place une formation pratique à travers des actions de communication et l’aménagement de parcelles de démonstration directement sur les exploitations, établir des liens avec les marchés : le projet IKSA vise à améliorer et à consolider les services agricoles afin de permettre aux cultivateurs de canne à sucre d’accroître leurs revenus en augmentant leurs capacités de production. Le déploiement du projet IKSA se poursuivra encore pendant un an, en étroite collaboration avec le Gouvernement fidjien par l’intermédiaire de son ministère de l’Agriculture. L’objectif : consolider les services de vulgarisation et de recherche ainsi que les services d’aide aux agriculteurs de la ceinture sucrière fidjienne afin d’atténuer les effets socioéconomiques de la restructuration de la filière sucrière.

Contexte général
IKSA est l’un des projets financés par l’UE et mis en œuvre par la CPS dans la ceinture sucrière fidjienne. Ces projets entrent dans le cadre des mesures d’accompagnement en faveur des pays signataires du protocole sur le sucre, programme élaboré par l’UE dans le but d’aider les populations rurales dont les revenus dépendent du sucre face à la réforme de la politique sucrière de l’UE et à la conjoncture défavorable de la filière. Ce programme a été conçu pour améliorer les moyens de subsistance des populations tributaires de la canne à sucre, ainsi que pour accroître les revenus et réduire la pauvreté au sein de ces communautés.

Contacts médias
Debbie Singh, Spécialiste de la communication Projets sucre, courriel : [email protected]
Jonathan Landrey, Chef de projet, IKSA, courriel : [email protected]