Les États et Territoires insulaires océaniens devraient bénéficier des toutes dernières connaissances scientifiques et techniques acquises sur le milieu marin, dans le cadre des échanges instaurés entre le KIOST (Korea Institute of Ocean Science and Technology) et la Communauté du Pacifique (CPS).

Aujourd’hui, à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), le Président du KIOST, M. Gi-Hoon Hong, et le Directeur général de la Communauté du Pacifique, M. Colin Tukuitonga, ont signé un protocole d’accord en ce sens.

« La CPS se félicite de cet accord, qui noue une collaboration avec le principal institut coréen de recherche en océanographie en vue de promouvoir la science et l’innovation technique au service du développement durable du Pacifique », a déclaré M. Tukuitonga.

« La CPS et d’autres organisations scientifiques développent sans cesse leur connaissance des milieux marins, mais il reste encore beaucoup à découvrir, en particulier dans la région du Pacifique, qui abrite la plus vaste surface maritime au monde », a-t-il ajouté.

Aux termes de cet accord, le KIOST et la CPS collaboreront de manière à faire progresser l’océanographie, et à partager et à appliquer les connaissances acquises dans ce domaine. Cette collaboration pourra, par exemple, se traduire au travers de réunions techniques, de conférences conjointes, de projets d’échanges destinés aux spécialistes ou aux étudiants, et du partage d’échantillons ou d’instruments.

Le KIOST conduit une vaste gamme de travaux de recherche portant sur de nombreux domaines (géosciences, biosciences, sciences physiques, recherche environnementale et évaluation des aléas), et a dirigé, pendant plusieurs années, un laboratoire côtier situé dans l’État de Chuuk (États fédérés de Micronésie).

« Il est donc tout naturel que nos deux organisations s’associent et unissent leurs forces pour résoudre des problèmes communs, en s’appuyant sur les toutes dernières avancées scientifiques », a expliqué M. Gi-Hoon Hong.

« Nous prévoyons de mener quelques projets passionnants, qui, selon nous, pourront contribuer au renforcement des connaissances scientifiques dans le Pacifique. Nous comptons notamment élargir la portée de notre capteur géostationnaire de couleur de l’océan, le premier du genre au monde, afin qu’il couvre l’ensemble du Pacifique d’ici à 2019.

Notre nouveau navire de recherche, le R/V ISABU, d’une longueur de 100 mètres, effectuera également des expéditions dans la région océanienne ; sachant que ce dernier peut embarquer 32 scientifiques à son bord, il est, par exemple, tout à fait possible d’envisager la participation de scientifiques de la CPS à ces expéditions », a-t-il précisé.

Parmi les quatre représentants du KIOST présents en Nouvelle-Calédonie pour l’évènement, figuraient également M. Chang Soo Chung, Directeur général de la Division analyse et remise en état de l’environnement marin, M. Youn-Ho Lee, Responsable de la Section chargée de l’élaboration de stratégies, et M. Ungyul Yi, membre de cette même section.

La signature de ce protocole d’accord est intervenue en marge de la quarante-sixième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA) et en présence d’une cinquantaine de représentants des États et Territoires insulaires océaniens membres de la Communauté du Pacifique et d’observateurs, notamment de participants venant de l’Union européenne et de la GIZ (Agence allemande de coopération internationale).

Cet évènement s’inscrit dans le prolongement de la signature, en mars 2016, d’un accord entre le KRISO (Korea Research Institute of Ships and Ocean Engineering), l’Université du Pacifique Sud et la CPS, qui vise à promouvoir une utilisation durable de l’eau de mer et prévoit notamment la conduite d’un premier projet à Kiribati.

Contacts médias :
Jean-Noël Royer, Chargé de la communication à la CPS (Nouméa), [email protected] ou +687

À propos du KIOST (Korea Institute of Ocean Science and Technology) :
Le KIOST est un institut national qui vise l’acquisition de connaissances scientifiques nouvelles sur les océans au profit des populations. À cette fin, le KIOST s’emploie à développer des techniques scientifiques de pointe et de nouvelles connaissances en vue de découvrir de nouvelles formes vivantes et ressources minérales et énergétiques dans les océans, et de bâtir des infrastructures portuaires d’avenir (ports et littoraux).
Voir : mobile.kiost.ac/kordi_mobile_eng.

À propos de la Communauté du Pacifique :
La Communauté du Pacifique (CPS) est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique, soutenant le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, la CPS fait figure de maison commune pour les 26 États et Territoires membres qui la composent et en assurent la gouvernance. Par le truchement de sa Division géosciences, la CPS propose des services essentiels en géosciences appliquées à l’océan, aux îles et à la zone côtière afin d’aider les pays insulaires membres à mieux gérer et mettre en valeur leurs ressources naturelles, à accroître leur résilience aux aléas naturels et à bénéficier de mesures d’adaptation fondées sur des données.