Siotasia Malolo est la première femme des Tonga à oser le métier de géomètre, l’une des professions plus fortement masculinisées du Royaume. Pourquoi a-t-elle choisi ce métier ? Ou serait-ce plutôt le métier qui l’a choisie ?

La jeune femme de 23 ans explique qu’elle tient cette envie de réussite de son père, qui était lui-même géomètre.

« Petite, j’étais très proche de mon père et le regarder travailler m’a vraiment donné envie de suivre ses traces. C’est en l’observant que j’ai développé une passion pour le métier. Il a été géomètre toute sa vie, il a aussi travaillé comme géomètre du cadastre. Je tiens vraiment ça de lui », confie la jeune géomètre.

Les parents de Siotasia avaient peut-être pressenti dès le berceau que leur fille était prédestinée au métier de géomètre, puisque Siotasia signifie en tongien « géodésie », une branche des mathématiques consacrée à l’étude des dimensions et de la surface de la Terre.

« En géométrie, siotasia est le terme technique utilisé pour parler de géodésie, qui signifie littéralement “je divise la Terre” », explique-t-elle.

Enfant, Siotasia avait l’esprit très ouvert et n’était pas du genre à laisser les stéréotypes se mettre en travers de ses ambitions. Pendant ses études supérieures, elle s’est dirigée vers des cours de géométrie-topographie, sachant parfaitement qu’elle s’aventurait dans une branche typiquement masculine. Mais, comme l’explique Siotasia, le défi rend les choses encore plus intéressantes. Elle avait envie de prouver que les femmes sont capables de marcher tête haute aux côtés des hommes dans n’importe quel métier.

D’après la jeune géomètre, le développement des nouvelles technologies a donné aux femmes les outils nécessaires pour entreprendre des tâches et occuper des métiers auparavant réservés aux hommes.

« Je pense que le métier de géomètre était autrefois un métier d’homme, car le matériel et les outils techniques n’étaient pas aussi performants et ergonomiques qu’aujourd’hui. La technologie facilite désormais le travail des femmes géomètres », indique-t-elle.

Siotasia travaille actuellement pour le ministère de l’Aménagement du territoire et des Ressources des Tonga, dans le cadre du réseau Geodic. Elle recueille des données, délimite les parcelles modifiées par le changement climatique ou d’autres facteurs et matérialise les bornes existantes. Ce travail lui permet de configurer et d’actualiser le Système mondial de navigation par satellite (GNSS) des Tonga.

La talentueuse Tongienne encourage les jeunes filles à se montrer audacieuses et à se battre pour ce qu’elles aiment, même s’il leur faut marcher sur les platebandes des hommes et être les premières à faire bouger les lignes.

« Soyez fortes, croyez en vous et sortez de votre coquille. Surmontez votre timidité et votre nervosité, car tout est possible. Si les hommes en sont capables, les femmes aussi ! »