Tonga_webLes Tonga et la Papouasie-Nouvelle-Guinée viennent de signer un traité international essentiel pour promouvoir la sécurité alimentaire à l’échelle de la planète.

Le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture joue un rôle primordial en ce sens qu’il doit permettre aux pays d’avoir un accès ininterrompu aux ressources phytogénétiques dont ils ont besoin pour nourrir leurs populations et mettre à la portée des générations futures toute la diversité génétique requise pour préserver la filière agroalimentaire.

Les Tonga deviendront aujourd’hui (16 mars) la 134e partie contractante au Traité, tandis que la Papouasie-Nouvelle-Guinée adhérera officiellement à l’instrument le 15 mai 2015, grâce au soutien technique que leur ont fourni le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS) et l’Organisation des Nations pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

En 2012, les ministres de l’Agriculture des pays océaniens ont validé une recommandation visant à accompagner les États et Territoires insulaires océaniens non signataires dans le processus de ratification du Traité. Le Pacifique Sud-Ouest compte déjà d’autres parties contractantes : l’Australie, les Fidji, les Îles Cook, les Îles Marshall, Kiribati, Palau et le Samoa.

Les pays du monde entier ont de plus en plus besoin de mutualiser leurs ressources végétales pour assurer leur sécurité alimentaire, et les populations du Pacifique cultivent déjà de nombreuses plantes exotiques qui contribuent de manière capitale au maintien de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

M. Shakeel Bhatti, Secrétaire du Traité, a déclaré : « Le Royaume des Tonga pourra désormais participer au mécanisme d’accès et de partage des avantages (APA) monétaires et non monétaires, qu’il s’agisse du transfert de technologies, du renforcement des capacités ou des services d’information à valeur ajoutée en rapport avec les cultures alimentaires prévus par le Système mondial d’information sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. »

« Nous nous félicitons d’accueillir la Papouasie-Nouvelle-Guinée parmi les parties contractantes au Traité et espérons que d’autres pays du Pacifique Sud-Ouest viendront bientôt grossir nos rangs. En accédant au Traité, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les Tonga ont automatiquement accès au dispositif multilatéral prévu par le Traité ; il s’agit d’une banque de gènes contenant plus de 1,6 million d’obtentions végétales englobant les plus importantes plantes comestibles de la planète », affirme M. Bhatti.

Le Directeur de la Division ressources terrestres de la CPS, Inoke Ratukalou, a pour sa part indiqué : « Nous ne pouvons plus nous permettre de travailler chacun dans notre coin, et le Traité est un outil à exploiter pour assurer sur le long terme la sécurité alimentaire et nutritionnelle de notre région Pacifique. Un grand nombre des plantes que nous cultivons et des aliments que nous consommons nous viennent de l’extérieur. »

« Les catastrophes et le changement climatique mondial font office de révélateur, nous montrant que nos pays doivent être en mesure de s’adapter et proposer des systèmes agroalimentaires résilients en allant chercher des plantes plus résilientes dans cette banque de gènes internationale », précise M. Ratukalou.

Le Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique (CePaCT) se procure une large variété de semences résistantes auprès de la banque de gènes du dispositif multilatéral et les redistribue conformément à l’accord type de transfert de matériel et en collaboration avec le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures et le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale.

Le Secrétariat du Traité, basé à la FAO, la CPS et les États et Territoires insulaires océaniens travaillent main dans la main pour aider les parties non contractantes de la région (notamment les États fédérés de Micronésie, Nauru, Niue, les Îles Salomon, Tuvalu et Vanuatu) à adhérer au Traité.

Contacts médias : Valerie S. Tuia, Coordonnatrice des ressources génétiques et Directrice du Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique de la CPS, Suva, valeriet@spc.int, +679 788 2619
Sione Foliaki, correspondant pour le Traité aux Tonga : sionekelo@gmail.com
Toshiro Shigaki, correspondant pour le Traité en Papouasie-Nouvelle-Guinée : toshiro.shigaki@nari.org.pg