Les travaux de réfection de 29 km de voies d’accès aux champs de canne à sucre ont officiellement démarré aujourd’hui dans le secteur de Malolo, à Nadi, pour la plus grande joie des producteurs de canne à sucre de la Division occidentale des Fidji. Une fois achevés, les travaux, réalisés dans le cadre d’un ambitieux partenariat entre l’Union européenne (UE), la Communauté du Pacifique (CPS) et le Gouvernement fidjien, profiteront directement à plus de 2 000 ménages producteurs de canne à sucre.

M. Josaia Voreqe Bainimarama, Premier ministre des Fidji, a officiellement inauguré les travaux aujourd’hui à Malolo. D’un montant de 30 millions de dollars fidjiens, ils sont financés par l’UE au titre du Programme d’accompagnement du protocole sur le sucre (mesures en faveur des pays signataires du protocole sur le sucre) et mis en œuvre par la CPS dans le cadre du Projet voies d’accès rurales et infrastructures connexes (RARAI). Au total, plus de 200 km de voies d’accès aux champs et d’infrastructures d’évacuation des eaux seront remis en état dans les secteurs de Malolo, Drasa et Koronubu d’ici la saison 2018 du broyage des cannes.

Outre les travaux de réfection du réseau routier, le projet RARAI vise à appuyer et à promouvoir des activités génératrices de revenus, au bénéfice des membres les plus vulnérables des communautés des régions sucrières des Fidji, en favorisant la création d’emplois pendant toute la période des travaux. Il aura par ailleurs des retombées environnementales positives, puisqu’il contribuera à réduire l’érosion des sols.

S’exprimant lors de l’inauguration des travaux, l’Ambassadeur de l’Union européenne pour le Pacifique, M. Andrew Jacobs, a déclaré : « Le projet va permettre de régler un des principaux problèmes auxquels se heurtent les agriculteurs, en particulier dans les zones des Fidji les plus isolées, en facilitant le transport des cannes jusqu’aux sucreries. Il comprend par ailleurs un volet social d’importance majeure, puisqu’il va permettre de donner du travail à des groupes de populations vulnérables. Il constitue de ce fait une composante importante du soutien continu de l’UE en faveur de l’industrie sucrière des Fidji. Il faut maintenant tout mettre en œuvre pour que les travaux de remise en état des voies d’accès puissent être réalisés dans le court laps de temps prévu, et tous les acteurs concernés vont devoir s’y employer, en travaillant en étroite concertation ».

Le Directeur général de la CPS, Colin Tukuitonga, a fait pour sa part la déclaration suivante : « La CPS est fière d’appuyer le développement de l’industrie sucrière fidjienne par le biais du projet RARAI, dont un millier de producteurs au moins vont directement bénéficier dans les trois secteurs concernés, grâce à la réfection de près de 210 km de voies d’accès aux champs de canne à sucre. La remise en état du réseau d’évacuation des eaux sur près de 30 km est une autre composante majeure du projet. Elle va notamment permettre de nettoyer et de dégager les canaux d’évacuation et d’améliorer l’évacuation des eaux dans les zones ciblées de la ceinture sucrière. Dans les mois à venir, le projet fera appel à des producteurs de canne à sucre et à divers acteurs de la filière sucrière fidjienne en vue de la formulation d’un plan d’entretien des voies d’accès, ce qui contribuera à renforcer l’adhésion des parties prenantes au projet ».

Contexte :
Le Projet voies d’accès rurales et infrastructures connexes (RARAI) et une initiative conjointe UE/CPS dotée d’un budget de 13 millions d’euros. Il s’échelonne sur quatre ans.
Les principaux résultats attendus du Projet RARAI sont les suivants : i) améliorer la gestion des bassins versants dans certaines zones de culture de la canne à sucre grâce à la réhabilitation et à l’entretien des voies d’accès aux champs, y compris des infrastructures rurales y afférentes ; ii) accroître les revenus des communautés/des ménages en faisant en sorte que ceux-ci prennent part aux travaux de réhabilitation et d’entretien des voies d’accès aux champs et des infrastructures rurales correspondantes ; et iii) instaurer un système d’entretien des voies d’accès.

Contact médias:
 Albert Cerelala, Chef d’équipe, Projet RARAI. Courriel : [email protected]

A propos de la CPS : 
La Communauté du Pacifique (CPS) est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique et accompagne fièrement le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, elle tient lieu de maison commune pour les 26 États et territoires membres qui la composent et en assurent la gouvernance.