road-grading-fijiLe village fidjien de Tukuraki, à Yakete, dans la province de Ba, se situe au pied d’une montagne escarpée et se trouve ainsi très exposé aux catastrophes.

En janvier 2012, des pluies diluviennes ont provoqué un glissement de terrain qui a coûté la vie à une famille de quatre personnes et enseveli plus de la moitié de la commune.

Ce glissement de terrain a également anéanti les voies d’accès, ressources en eau douce et habitations du village.

Douze mois après, une nouvelle catastrophe s’est abattue sur Tukuraki. Evan, un cyclone tropical de catégorie 4, a en effet ravagé la commune en décembre 2012, détruisant ce qui restait et avait été récupéré suite au glissement de terrain, anéantissant les cultures et endommageant les infrastructures qui avaient été réparées.

Après le glissement de terrain, le village avait été déplacé sur un site temporaire, et le Gouvernement des Fidji avait alors, par le truchement du Commissioner Western Office, reconnu la nécessité de relocaliser définitivement l’ensemble de la commune, en raison de sa vulnérabilité au glissement de terrain et aux autres catastrophes naturelles. En février 2014, à l’issue d’une étude géotechnique conduite par la Direction des ressources minérales, un nouveau site d’implantation a été choisi.

Mais la commune a de nouveau été frappée par une catastrophe, lorsque Winston, un cyclone tropical de catégorie 5, a balayé les Fidji en début d’année, causant des dégâts considérables dans son sillage.

Cette fois encore, le village de Tukuraki a été durement touché, alors même qu’il peinait à se relever de ses ruines. Privés d’habitations sûres, les habitants ont dû se réfugier dans les grottes voisines durant le passage du cyclone. Ce constat a conduit le Gouvernement fidjien à prendre l’engagement de déplacer la communauté, et aujourd’hui, les travaux de construction du nouveau village commencent.

Ce projet opportun est mené par le bureau national de gestion des catastrophes des Fidji. Il a pu voir le jour grâce à la contribution de l’Union européenne (UE) au titre du Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique, mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS) et dont le coût total s’élève à 600 000 dollars fidjiens.

« Le Gouvernement fidjien tient à remercier l’UE et la CPS pour l’appui financier qu’elles apportent à la relocalisation du village de Tukuraki. À l’origine, le Gouvernement disposait d’une enveloppe au titre du budget 2016 pour financer ce projet, mais après que le village ait été dévasté par le cyclone Winston, ces fonds ont dû être investis dans les opérations de secours », a précisé le Directeur du bureau national de gestion des catastrophes, Akapusi Tuifagalele.

La Délégation de l’UE pour le Pacifique, représentée par Jesus Lavina, participera à la cérémonie qui marquera le début des travaux de construction du nouveau village.

L’UE est déterminée à renforcer la résilience des Fidji et du Pacifique face aux catastrophes, et son engagement en faveur du projet de relocalisation du village de Tukuraki témoigne bien de cette volonté.

« Les projets de ce type mettent vraiment en lumière les défis et les réussites des travaux sur la résilience aux catastrophes dans des pays tels que les Fidji et les autres pays insulaires océaniens. L’UE est résolue à accroître la résilience du Pacifique face aux catastrophes, et cette commune a, en l’occurrence, été confrontée aux pires conséquences des catastrophes naturelles, comme les glissements de terrain, les cyclones et les inondations, au cours des quatre dernières années. Cette solution à long terme permettra donc de reconstruire le village dans un environnement plus sûr », a expliqué M. Lavina.

Le Responsable du Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique au sein de la CPS, M. Taito Nakalevu, a indiqué que ce travail permettait de renforcer efficacement la résilience à long terme des communautés comme celle de Tukuraki, ce qui contribuerait, d’une part, à réduire le risque de catastrophe et, d’autre part, à favoriser la stabilité des communautés et le développement économique et social à long terme.

« Le village de Tukuraki est déplacé en raison de sa vulnérabilité aux catastrophes naturelles. Le projet que nous menons consiste à aider le bureau national de gestion des catastrophes des Fidji à réduire les impacts des catastrophes de manière concrète et significative.

Le village de Tukuraki, au même titre que les autres communes, subira encore les effets des catastrophes naturelles, mais son déplacement permettra de garantir que des mesures de réduction des risques sont prises. Cette relocalisation est en outre apparue comme la meilleure solution pour assurer la stabilité et la prospérité à long terme de la communauté », a ajouté M. Nakalevu.

Les habitants de Tukuraki devraient emménager dans leurs nouvelles maisons d’ici à la fin de l’année.

Contacts médias :
Lisa Kingbserry, Chargée de la communication et des médias (Projet ACP-UE de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique), +679 9252 849 ou [email protected]
Litiana Bainimarama, Chargée de la formation, de l’éducation et de la sensibilisation, bureau national de gestion des catastrophes des Fidji, +679 9238 825
Kasim Mohammed Nazeem, Chargé de l’information, Union européenne, +679 8672 255 ou [email protected]

Informations générales :
Le Projet ACP-UE de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique est financé par l’Union européenne à hauteur de 19,37 millions d’euros et mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS). Il a pour objet de réduire la vulnérabilité ainsi que les coûts sociaux, économiques et écologiques des catastrophes dues aux aléas naturels, pour permettre la réalisation des objectifs nationaux et régionaux de développement durable et d’atténuation de la pauvreté dans les États ACP du Pacifique.