L’Université des îles Fidji (FNU) et la Communauté du Pacifique (CPS) ont développé un programme de lutte contre l’obésité infantile intitulé « des enfants en bonne santé pour l’avenir de nos îles ». Ce programme, qui cible les enfants âgés de 7 à 9 ans des Fidji et de Wallis-et-Futuna, a bénéficié d’un financement du Fonds Pacifique.

On observe actuellement une augmentation de la prévalence du surpoids chez l’enfant à l’échelle mondiale. Cette évolution est inquiétante car le surpoids et l’obésité sont d’importants facteurs de risque de maladies non transmissibles, et freinent de la sorte les progrès vers les Objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies. Malgré cela, on manque de données concernant la corpulence des enfants des îles du Pacifique ; il n’y a pas non plus de projets de grande envergure pour maîtriser ce fléau.

La particularité de ce projet c’est qu’il ne cible pas uniquement les enfants ; il met l’accent sur une approche globale pour lutter contre l’obésité infantile où les enseignants et les parents jouent un rôle essentiel.

En mai 2017, un groupe d’experts et de référents des secteurs de la santé et de l’éducation des Fidji et de Wallis-et-Futuna se sont réunis pour définir ensemble les contours de ce programme. Ils ont ainsi validé les thématiques à intégrer dans le projet (équilibre des repas, goûters sains, importance de la lecture des étiquettes des produits alimentaires, influence de la publicité, consommation de produits locaux, etc.). Par la suite, un comité restreint constitué de conseillers pédagogiques et d’une nutritionniste s’est attaché à développer des séances pédagogiques couvrant l’ensemble des thèmes retenus et utilisant des supports ludiques et variées développées spécifiquement pour le projet (posters, multimédia, bandes dessinées, jeux de société, etc.). Des sessions ont été également prévues pour les parents et les familles.

Un volet de recherche scientifique a été accolé à ce projet. Comme l’explique Dr Pragya Singh, coordinatrice du département nutrition à la FNU : « un suivi est organisé avec une évaluation des connaissances des enfants et des parents en amont et à la fin du projet, pour en mesurer l’impact. Par ailleurs, des données concernant le poids et la taille des enfants sont récoltées afin de mettre à jour les statistiques concernant le surpoids et suivre l’évolution de la corpulence des enfants ».

Les enfants vont bénéficier de séances d’animation sur le thème de l’alimentation et d’une demi-heure d’activité physique par jour pendant le temps scolaire. En effet, « l’alimentation n’est pas la seule composante à prendre en considération dans le cadre de la lutte contre l’obésité, il est également important d’encourager les enfants à bouger davantage afin de réduire le temps d’inactivité » précise Solène Bertrand-Protat, Conseillère en maladies non transmissibles à la Division santé publique de la CPS.

Le projet a été lancé récemment dans toutes les écoles de Wallis-et-Futuna et à l’école primaire de Samabula aux Fidji. Les enseignants ont accepté de soutenir le projet car ils sont convaincus de l’intérêt pour les enfants et le futur de leur pays.

Contact média :
Dr Pragya Singh coordinatrice du département nutrition, Ecole de santé publique et soins de santé primaires, FNU- [email protected]
Solène Bertrand-Protat, Conseillère en maladies non transmissibles, Division santé publique, CPS –  [email protected]

Lien utile :


Histoire de Vili et l’Arc-en-ciel, Communauté du Pacifique (CPS) & Fiji National University (FNU)