pilnaComparé aux résultats de 2012, le dernier bilan d’évaluation régionale des aptitudes à la lecture, à l’écriture et au calcul (PILNA) chez les écoliers du primaire révèle une amélioration des aptitudes au calcul et des progrès en matière de lecture.

Il apparaît ainsi qu’en 2012, 74 % des élèves de CE2 possédaient un niveau en calcul égal ou supérieur au niveau attendu, contre 86 % en 2015.

De même, parmi les élèves de CM2, le taux est passé de 56 % à peine en 2012 à presque 68 % en 2015.

Plus de 45 000 élèves de CE2 et CM2 de quelque 700 établissements scolaires répartis dans 13 pays ont passé les épreuves de la PILNA en 2015, ce qui en fait la plus vaste évaluation des acquis d’apprentissage jamais effectuée dans notre région.

L’exercice a été coordonné par la Communauté du Pacifique (CPS), au travers de son Programme pour l’évaluation et la qualité de l’enseignement (EQAP), et conduit en partenariat avec le Programme d’aide néo-zélandais et avec le soutien des ministres océaniens de l’Éducation, des enseignants et des parents.

L’évaluation PILNA de 2015 braque toutefois les projecteurs sur plusieurs motifs de préoccupation, qu’il s’agisse des aptitudes à la lecture et à l’écriture ou des écarts de niveau entre les garçons et les filles .

Partout dans la région, les résultats indiquent un niveau général supérieur chez les filles.

Il est intéressant de noter que les garçons en CM2 ont un niveau comparable à celui des filles de CE2, notamment dans le domaine de la lecture et de l’écriture.

On constate un léger mieux pour ce qui est de l’amélioration des aptitudes à la lecture et à l’écriture entre le CE2 et le CM2 : plus d’élèves affichent un niveau supérieur au niveau attendu et moins d’élèves se situent en deçà du seuil requis.

Si ces résultats montrent que les écoles s’emploient à obtenir de meilleurs résultats pour les plus vulnérables, il n’en reste pas moins qu’il convient de maintenir le cap sur l’amélioration des aptitudes à la lecture et à l’écriture. De fait, à peine 46 % des élèves de CE2 et 46 % des élèves de CM2 possèdent un niveau égal ou supérieur au seuil fixé en la matière à l’échelon régional.

Les résultats de l’évaluation PILNA de 2015 ont été rendus publics aujourd’hui à Nadi, où se réunissait un petit groupe de travail issu des rangs des directeurs océaniens de l’éducation, sous l’égide du Secrétariat général du Forum des Îles du Pacifique (FIP), ainsi qu’à Nouméa, où les représentants de plus de 20 États et Territoires insulaires océaniens sont rassemblés cette semaine au siège de la CPS.

« Bien que les résultats obtenus soient globalement satisfaisants, l’évaluation PILNA de 2015 met en lumière les difficultés qui restent à surmonter si l’on veut garantir l’accès universel à une éducation de qualité en Océanie, et met les décideurs au défi de donner au secteur éducatif les moyens de renforcer les acquis d’apprentissage », a déclaré M. Colin Tukuitonga, Directeur général de la Communauté du Pacifique.

« Les éléments recueillis sont précieux, non seulement parce qu’ils peuvent aider les parties prenantes à agir et à formuler des politiques en toute connaissance de cause, mais aussi parce qu’ils peuvent aviver le soutien de la sphère politique et favoriser la prise de conscience des acteurs locaux en faveur de l’amélioration des résultats scolaires des jeunes Océaniens », a-t-il ajouté.

Alors que l’évaluation PILNA de 2012, première du genre, visait à fournir un instantané des aptitudes à la lecture, à l’écriture et au calcul en Océanie, l’évaluation de 2015 entendait dresser le bilan des progrès accomplis depuis 2012.

« Les ministres de l’Éducation des pays membres du Forum ont entériné les indicateurs PILNA de 2012 et chargé les organisations compétentes de déterminer les causes des niveaux faibles observés en Océanie », a rappelé Dame Meg Taylor, Secrétaire générale du FIP.

« Il me semble judicieux d’appeler l’attention de nos dirigeants sur la situation actuelle en matière d’aptitudes à la lecture, à l’écriture et au calcul, tout en émettant des recommandations en vue de mettre en œuvre des programmes d’intervention régionaux efficaces auxquels nous pourrons apporter notre soutien », a-t-elle souligné.

Suite à l’annonce des résultats de l’évaluation PILNA faite à Nouméa, M. Jonathan Rowe, Conseiller en développement du Haut-Commissariat de la Nouvelle-Zélande, a fait remarquer que la Nouvelle-Zélande espérait que cet exercice contribuerait tout autant à stimuler les échanges et la réflexion autour des aptitudes à la lecture, à l’écriture et au calcul en Océanie qu’à étayer la production d’un rapport sur l’évaluation pédagogique de calibre international, lequel constituerait un véritable « trésor » pour la région.

Et de préciser : « Chaque pays est doté de ses propres systèmes et mécanismes d’évaluation des acquis d’apprentissage en fonction du contexte national, mais il reste à jauger ces acquis au regard des normes de référence internationales. L’évaluation PILNA le permet, puisqu’elle aide à décrypter les résultats des élèves en éclairant les écarts entre pays ou entre régions d’un même pays ».

Suite à l’évaluation PILNA de 2015, les parties prenantes du secteur éducatif sont invitées à se pencher sur les éléments factuels et les tendances qui se dégagent de la période située entre 2012 et 2015, tant à l’échelon régional que national, et à envisager des stratégies d’intervention pour les écoliers en difficulté, notamment pour ce qui est de la lecture, et plus encore de l’écriture.

Les parties prenantes du secteur éducatif sont également vivement encouragées à définir des stratégies d’intervention susceptibles de relever le niveau des garçons, en particulier leurs compétences en lecture et en écriture.

Mme Michelle Belisle, Directrice de l’EQAP, qui assistait à la réunion de Nadi, s’est félicitée des résultats globalement satisfaisants de l’évaluation PILNA de 2015, qui sont révélateurs, selon elle, de l’impact des efforts ciblés des ministres, des enseignants et des partenaires du secteur éducatif sur les acquis d’apprentissage en Océanie.

« Les éléments d’information recueillis contribuent à renseigner les enseignants, les établissements scolaires et le milieu éducatif sur les domaines en progression et ceux qui doivent faire l’objet de mesures supplémentaires permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement », a déclaré Mme Belisle.

L’évaluation PILNA de 2015 met en lumière tout l’intérêt d’améliorer les acquis d’apprentissage, notamment ceux touchant aux compétences élémentaires en lecture, en écriture et en calcul, qui doivent rester un objectif partagé par l’ensemble des États et Territoires insulaires océaniens, et plus particulièrement les ministres et les ministères de l’Éducation, ainsi que par les partenaires du développement.

Contacts médias :
Solo Matthewsella, Assistant chargé des relations publiques (EQAP), [email protected] ou +679 936 0903
Lauren Robinson, Coordonnatrice des relations presse (CPS), [email protected] ou +679 923 6432
Mereseini Tuivuniwai, Chargée de communication (FIP), [email protected] ou +679 3312 600

Contexte :
Treize pays ont participé à l’évaluation PILNA de 2015, à savoir : États fédérés de Micronésie, Îles Cook, Îles Marshall, Îles Salomon, Kiribati, Niue, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Tokelau, Tonga, Tuvalu et Vanuatu.

Compte tenu des résultats alarmants de l’évaluation conduite en 2012, les ministres de l’Éducation des pays membres du FIP ont demandé qu’une nouvelle évaluation soit menée en 2015 et que soit étudiée la possibilité d’organiser une évaluation régionale à long terme, conçue de manière à pouvoir obtenir des résultats valides et fiables au fil du temps.

Cette prise de position des ministres de l’Éducation des pays membres du FIP est directement liée aux Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. En donnant un aperçu des niveaux de compétence en écriture, lecture et calcul des élèves de CE2 et de CM2, l’évaluation PILNA s’attaque aux cibles prévues au titre de l’ODD 4 en fournissant des éléments relatifs à la qualité de l’enseignement aux pouvoirs publics, aux établissements scolaires, aux populations et aux écoliers océaniens.

Liens utiles :
Pour en savoir plus sur l’évaluation PILNA, veuillez consulter le site Web du Programme pour l’évaluation et la qualité de l’enseignement (EQAP) de la CPS.