Moorea est une île de l’archipel de la Société (groupe des îles Sous-le-Vent de la Polynésie française), à 17 kilomètres au nord-ouest de la capitale Papeete située sur l’île de Tahiti. Sa superficie terrestre atteint 134 km2 et l’île est entourée de 50 km² de récifs et de lagon relié à l’océan par 12 passes. La commune de Moorea-Maiao a connu, au cours des dernières décennies, une forte croissance démographique et compte aujourd’hui près de 17 000 habitants avec des pics de fréquentation durant les week-ends, les jours fériés et les vacances scolaires. L’île de Moorea se retrouve donc confrontée à de nombreuses problématiques du fait de sa proximité géographique avec Tahiti, de sa croissance démographique et de ses attraits touristiques.

Afin de répondre à ces enjeux, la commune de Moorea-Maiao s’est fortement impliquée dans la gestion durable de son espace lagonaire, en mettant notamment en place un plan de gestion de l’espace maritime (PGEM), outil juridique issu du Code de l’aménagement de la Polynésie française en 2004. Sa création a nécessité plusieurs années de concertation entre les services de Polynésie française, la commune, les scientifiques, la société civile, les prestataires touristiques et la population.

Monsieur Evans HAUMANI, maire de la commune de Moorea-Maiao et son conseil municipal s’impliquent dans la démarche de valorisation et de préservation du lagon de Moorea. Cela se traduit notamment par des investissements matériels (achat d’un bateau et d’un jet-ski) mais aussi la mise à disposition de moyens humains complémentaires : des policiers municipaux pour assurer la surveillance lagonaire et plus récemment, un chargé de mission particulièrement investi dans la révision du PGEM est venu renforcer l’équipe de la Direction aménagement et développement durable de la commune. De plus, le maire est conscient de l’implication continue et nécessaire des élus municipaux pour porter le projet notamment lors des nombreuses réunions publiques de sensibilisation et d’information sur le PGEM mais également au sein des instances publiques et politiques de Polynésie française.

Cependant, le PGEM de Moorea a peiné à trouver les ressources (juridiques, financières, humaines) nécessaires à sa mise en œuvre, et a fait face à certaines critiques. Par ailleurs, le contexte de l’île de Moorea a évolué depuis 2004 : croissance démographique, nouvelles activités nautiques récréatives et accroissement de la pression de pêche (de subsistance et commerciale).

Dans cette situation, le maire et son conseil municipal ont donc fait le choix de demander la révision de cet outil afin d’en améliorer l’efficacité et de mieux prendre en compte les savoirs culturels locaux. La commune a souhaité que la révision soit menée dans une démarche participative définie par une large concertation avec les différents acteurs du lagon. Il s’agit d’améliorer l’acceptabilité des mesures de gestion notamment auprès des pêcheurs lagonaires de l’île. L’objectif de la révision est la création d’un outil de gestion reconnu, efficace et adapté au contexte actuel de l’île de Moorea. L’élue Hinano IENFA, 6ème adjointe au maire en charge de l’aménagement, a été missionnée pour assurer le suivi régulier du processus de révision du PGEM.

Afin de mener à bien cette révision, la commune bénéficie de l’appui du projet RESCCUE coordonné à l’échelle régionale par la CPS, et assistée localement de la Direction de l’environnement de la Polynésie. La commune est ainsi, depuis fin 2015, accompagnée techniquement par un groupement piloté par l’Agence des aires marines protégées (AAMP) pour mener la révision nécessaire du PGEM. Concrètement, l’appui concerne la mise en place d’une concertation des différents acteurs lagonaires ainsi que l’amélioration de la gouvernance, de l’efficacité juridique de l’outil et enfin l’identification de mécanismes de financement pérennes. Le projet RESCCUE permettra en outre de proposer les bases d’un système de suivi de la gestion, afin d’ajuster la gestion du lagon de manière régulière sur la base de critères factuels répondant aux aspects socio-culturels, écologiques ou encore économiques.

Le projet RESCCUE financé par l’Agence Française de Développement (AFD) et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) permet également de favoriser les échanges réguliers entre la commune de Moorea-Maiao et les différents services administratifs de la Polynésie française concernés par le PGEM.

L’élue Hinano IENFA, 6ème adjointe au maire en charge de l’aménagement, fille de pêcheur, possède une connaissance fine du lagon de Moorea et est consciente des enjeux actuels : les pressions sur les ressources lagonaires, la défiance de certains pêcheurs vis-à-vis des mesures de gestion proposées et les conflits entre les nombreux usagers du lagon. Elle insiste aussi sur le fait que l’urbanisation de la bande littorale entraine une restriction de l’accès à la mer pour la population locale et impacte aussi certains poissons qui dépendent du bon état de ces habitats côtiers pour se reposer ou pour se reproduire par exemple. Enfin, elle souligne qu’une telle démarche participative, impliquant les différents acteurs du Territoire, pourrait servir d’exemple à d’autres communes de la Polynésie française qui font face comme elle à ce type d’enjeux dans leurs espaces côtiers.

Hinano IENFA

6ème adjointe au maire en charge de l’aménagement et du PGEM

Onyx LE BIHAN, directrice de l’aménagement et du développement durable de la commune de Moorea-Maiao, rappelle que l’objectif du PGEM est d’assurer la gestion de l’espace lagonaire tant du point de vue de l’exploitation des ressources qui s’y rattachent que de celui de la réglementation des activités humaines qui s’y exercent.

Onyx LE BIHAN

Directrice de l’aménagement et du développement durable, Commune de Moorea-Maiao