La construction d’une nouvelle digue dans une zone reculée de la République des Îles Marshall facilite désormais le passage entre deux parties de l’île de Woja, confrontée à une forte érosion de son littoral.

Depuis quelques années, les habitants de l’île de Woja, située dans l’atoll d’Ailinglaplap, ont de plus en plus de mal à se rendre à l’école ou au dispensaire, à faire leurs courses, ou à rendre visite à leur famille et à leurs amis car la route est souvent inondée.

« Depuis sept ans, je peine parfois à aller à l’école », explique Rosty Noka, élève à l’école primaire Anjua Loeak située sur l’île de Woja. « Je ne peux pas traverser la chaussée lorsque la marée est haute. Je dois attendre qu’elle redescende ».

L’atoll d’Ailinglaplap compte environ 1 729 habitants. L’un d’entre eux, Biem Ringsaid, raconte que la communauté doit faire face à de nombreux problèmes. « Il nous est arrivé de ne pas pouvoir emmener des malades au dispensaire à cause de la marée haute ». Ceux qui se trouvent sur l’autre partie de l’île risquent de ne pas pouvoir traverser.

L’élévation du niveau de la mer devient une source de préoccupation croissante pour la République des Îles Marshall, un pays dont l’essentiel des 29 atolls se situent à moins de trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Six atolls bas, dont celui d’Ailinglaplap, ont été choisis pour faire l’objet d’aménagements prioritaires ciblant les routes, les digues et les aérodromes. Le renforcement des moyens du Ministère des travaux publics et la participation de la communauté sont deux conditions essentielles au renforcement de la résilience des zones côtières et la lutte contre l’érosion.

Le projet de digue côtière prévoit la construction d’une chaussée en pierre, assortie d’autres aménagements tels que la plantation d’arbres pour renforcer cet axe étroit et vital entre deux parties de l’île de Woja. Ce projet s’inscrit dans le cadre du volet régional du Projet de l’Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC) dans les petits États insulaires du Pacifique, financé par l’Union européenne et mis en œuvre en partenariat avec la Communauté du Pacifique (CPS).

La digue mesure 70 mètres de long et s’élève à environ trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Melville Dacillo, ingénieur au sein du Ministère des travaux publics, indique que tous les matériaux utilisés, comme les rochers et le remblai, sont d’origine locale, une solution moins onéreuse et plus simple – l’atoll n’a pas de jetée permettant de charger et de décharger les marchandises, et seuls deux bateaux adaptés à ce type de transport opèrent dans cette partie du pays.

Les habitants, grands et petits, de l’île de Woja ont participé à la collecte de semis et à la plantation d’arbres, aux côtés de la Direction de la protection de l’environnement, du Ministère de l’éducation, du Collège des Îles Marshall/Land Grants Programme et de la CPS.

La CPS a pris part à d’autres activités dans le cadre de ce projet, en contribuant par exemple à l’organisation d’un dialogue national sur le changement climatique et en établissant un glossaire de termes en langue locale sur le changement climatique afin de faciliter la compréhension du phénomène.

La digue a été inaugurée en novembre 2015 par le Président de la République des Îles Marshall, Christopher Loeak, qui a déclaré à cette occasion que le soutien de l’Union européenne et de la CPS avait permis au pays d’acquérir les capacités nécessaires pour mener à bien d’autres projets de ce type avec des partenaires de développement.

Le projet de l’AMCC dans les petits États insulaires du Pacifique, doté d’une enveloppe de 11,4 millions d’euros, a pour objet de développer la résilience des systèmes de production alimentaire, la sécurité hydrique, la santé et la protection côtière dans neuf petits États insulaires du Pacifique. Environ 147 000 personnes bénéficieront des actions menées dans le cadre du projet, soit plus de la moitié de la population conjointe des pays participants, à savoir les États fédérés de Micronésie, les Îles Cook, les Îles Marshall, Kiribati, Niue, Palau, Tonga et Tuvalu.

À retenir

La digue facilite le passage entre deux parties de l’île de Woja touchée par l’érosion côtière, un phénomène exacerbé par l’élévation du niveau de la mer.
Le passage désormais praticable à toutes heures du jour contribue à renforcer la sécurité publique et le bien-être des habitants sur les deux parties de l’atoll.
La construction de la digue, effectuée par le Ministère des travaux publics à l’aide de matériaux d’origine locale, a donné lieu à d’autres activités telles que la plantation d’arbres par les habitants et les élèves de l’école, et à la fourniture d’un soutien technique par la CPS.