Home Publications Lettre d'info & Bulletins Ressources marines et traditions
Traditions-OK
Numéro 30 - Août 2013

TradVF_Titre

pdf
(pdf: )


Coordonnateur du réseau et rédacteur en chef du bulletin :
Kenneth Ruddle, Asahigaoka-cho 7-22-511, Ashiya-shi, Hyogo-ken, Japon 659-0012.

Production :
Section information halieutique, CPS, B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie.

Produit avec le concours financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Éditorial

Ce numéro présente deux articles. Yasuhisa Kato, aujourd’hui professeur à l’Université de Kagoshima (Japon), est l’auteur du premier, qui est intitulé « Gestion appropriée de la pêche artisanale dans les zones tropicales ». Le deuxième article « Maquiller la misère : approches récentes de la gouvernance des pêches ou comment trahir les petits pêcheurs », dont Anthony Davis et Kenneth Ruddle sont les auteurs, a été publié il y a quelques mois dans la revue Human Organization (vol. 71, no. 3 : 244–254, 2012). Il est reproduit ici in extenso parce qu’il développe l’un des thèmes abordés dans l’article précédent.

Yasuhisa Kato, auteur du premier article, a été Directeur du Service des opérations de pêche (1989–1994), puis Directeur de la Division des politiques et de la planification des pêches (1994–1997) à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Dans ces deux fonctions, il a été étroitement associé à la préparation et à la promotion internationale du Code de conduite pour une pêche responsable. Bien que le Code ait été conçu pour promouvoir la pêche durable dans le monde, selon le Programme Action 21 adopté à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED 1992), et que son élaboration ait nécessité quatre ans de travail technique associant de nombreux intervenants des États Membres de la FAO, les pêches tropicales n’ont pas reçu l’attention que leur spécificité méritait. M. Kato n’était pas seul à penser qu’une lacune aussi grave serait préjudiciable pour la promotion de la pêche durable dans le monde, et qu’elle avait pour origine un biais en faveur des zones tempérées dans les démarches classiques d’éducation et de gestion de la pêche, lui-même causé par une méconnaissance relative des conditions prévalant en zone tropicale. D’après lui, ce parti pris et l’orientation qu’il déterminait ne permettraient jamais d’instaurer une pêche durable dans le monde, étant donné que les pays en développement entraient pour plus de 60 % dans la production halieutique mondiale, et qu’ils représentaient 90 % des intervenants du secteur mondial de la pêche. Sa ferme conviction à cet égard l’a finalement conduit à quitter la FAO en 1997 pour prendre un poste de conseiller spécial au Centre de développement des pêches de l’Asie du Sud-Est (SEAFDEC). À ce poste qu’il a occupé pendant 11 ans, il s’est employé, en étroite collaboration avec les pays d’Asie du Sud-Est et l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), à mettre en places diverses politiques régionales sur la pêche pour contrecarrer une application aveugle de la politique mondiale qui ne tenait aucun compte de la diversité des environnements. En 2001, il s’est chargé d’organiser la Conférence ANASE-SEAFDEC sur la pêche durable pour la sécurité alimentaire au cours du nouveau millénaire, sur le thème « Du poisson pour la population ». Ses autres contributions fondées sur ces prémisses sont notamment la formulation de la résolution et du Plan d’action sur la pêche durable pour la sécurité alimentaire, qui ont été adoptés par les Ministres des pêches à la conférence de 2002, puis entérinés par les Ministres de l’agriculture et de la foresterie des pays membres de l’ANASE, ainsi que l’élaboration d’une série de directives régionales qui permettent de tenir compte des spécificités régionales des pays d’Asie du Sud-Est dans l’application du Code de conduite.

La contribution de la pêche artisanale a été de plus en plus reconnue durant les 20 dernières années, ce qui a conduit à une action vigoureuse visant à promouvoir d’autres modalités pour leur gouvernance, et notamment la cogestion. L’un des avantages les plus vantés de la cogestion est son approche représentative et équitable de la gouvernance des ressources qui autonomise les « utilisateurs » et les « parties prenantes » en les associant directement à la gestion. L’hypothèse implicite, qui n’a cependant jamais été démontrée de manière convaincante, est que cette forme de gouvernance favoriserait la viabilité écologique et économique, tout en contribuant à un meilleur respect des règles de gestion par les « utilisateurs / parties prenantes ». Tout en évoquant brièvement la démarche « fondée sur les droits de la personne » qu’ils étudient de façon exhaustive dans un article publié dans Marine Policy (39:87–93), Davis et Ruddle axent leur réflexion sur la cogestion, dont ils analysent les principaux concepts et présupposés en s’appuyant sur diverses approches récentes de la gouvernance. Leur argument central est que la cogestion n’a pas pour objet de « partager le pouvoir », mais d’en transférer la charge et la responsabilité sur les citoyens / utilisateurs dans le but de rationaliser le secteur des pêches. Ils examinent à coeur la relation entre néolibéralisme et cogestion à partir d’exemples provenant de Nouvelle-Écosse (Canada). Ils affirment que cette analyse vaut également pour la gestion de la pêche artisanale dans les pays en développement, où d’aucuns sont d’avis que les gestionnaires doivent resserrer leur contrôle sur l’accès (c’est-à-dire les droits de propriété). L’objectif visé par les auteurs dans cet article est de fournir de premiers éléments permettant d’isoler et d’illustrer en quoi les mécanismes internes à l’oeuvre dans les « approches récentes » de la gouvernance sont en fait une trahison des petits pêcheurs, autant que de la promesse de recherche sociale, et d’encourager ainsi la réalisation d’analyses plus fines des desseins et des impacts des démarches de gestion introduites dans les pays insulaires du Pacifique.

Kenneth Ruddle


Sommaire

Gestion appropriée de la pêche artisanale dans les zones tropicales
Kato Y. (pdf: 199 KB)
Maquiller la misère : approches récentes de la gouvernance des pêches ou comment trahir les petits pêcheurs
Davis A., Ruddle K. (pdf: 181 KB)
 

Téléchargez la publication complète:

Traditions #30 (pdf: )



 
   Accueil CPS | A propos de la CPS | Copyright © SPC 2010