La Feuille de route énergétique de Niue, plan décennal qui prévoit l’amélioration de toutes les formes d’accès à l’énergie et de sécurité énergétique sur le « Rocher » du Pacifique, a été officiellement présentée aujourd’hui à Alofi, pendant la réunion de l’organe directeur de la Communauté du Pacifique (CPS).

Niue devient ainsi le sixième pays insulaire membre de la CPS à arrêter sa feuille de route énergétique nationale avec le concours technique de la CPS, emboîtant le pas aux Tonga, aux Îles Cook, à Vanuatu, au Samoa et à Nauru.

Lors de la cérémonie où a été dévoilé le plan, le ministre de l’Infrastructure de Niue, M. Dalton Tagelagi, a déclaré que les nations du Pacifique devaient impérativement s’inscrire dans une démarche commune de renforcement de la sécurité et de l’accessibilité énergétiques si elles voulaient rapprocher les peuples, les institutions et les régions au-delà des barrières géographiques.

« La Feuille de route énergétique 2015–2025 adoptée par Niue est l’aboutissement des efforts déployés par le Gouvernement, à l’échelon national, pour travailler avec ses partenaires locaux et régionaux, ainsi que la communauté internationale, en vue d’exprimer le potentiel de développement du pays et de contribuer à  relever les défis posés par le changement climatique », a précisé M. Tagelagi.

« À travers cette feuille de route, c’est l’ensemble des pouvoirs publics qui se mobilisent pour affronter les défis de la sécurité énergétique, dans une démarche qui englobe l’intégralité de la filière énergétique – électricité, énergies renouvelables, efficacité énergétique et produits pétroliers compris – et fait intervenir tous les partenaires au sein d’une même équipe unie dans la mise en œuvre du plan. »

« Je tiens à remercier la Communauté du Pacifique qui nous a offert son assistance et ses conseils techniques durant toute l’élaboration de cette stratégie, et à rendre hommage au dévouement et à l’engagement du collectif niuéan qui n’a ménagé aucun effort pour voir aboutir cette feuille de route », a affirmé le ministre.

Parmi les Objectifs de développement durable, adoptés par la communauté internationale en septembre dernier, figure un objectif consacré à l’énergie : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable.

Cet objectif vient réaffirmer l’importance des synergies qui existent entre l’énergie, les transports, l’alimentation, l’eau et la santé pour promouvoir le développement, nous confie le capitaine John Hogan, Directeur de la Division développement économique de la CPS.

« La sécurité énergétique est l’un des piliers du développement durable des États et Territoires insulaires océaniens, et ce, indépendamment de leur taille, de leurs richesses naturelles et de la distance qui les sépare des marchés », a précisé le capitaine Hogan lors du lancement.

En 2013, Niue a dépensé 6 millions de dollars néo-zélandais pour importer 2,3 millions de litres de produits pétroliers, dont les trois quarts étaient destinés à la production d’électricité. Le volume restant a essentiellement été absorbé par le secteur des transports.

Les efforts se poursuivent désormais pour accélérer l’introduction des technologies renouvelables éprouvées dans le parc énergétique niuéan, la capacité installée d’origine renouvelable se chiffrant aujourd’hui à environ 14 % de la puissance installée totale.

La Feuille de route énergétique s’articule autour de trois objectifs clés étroitement imbriqués : accroître l’intégration des énergies renouvelables au réseau électrique en visant un taux de pénétration de 80 % d’ici à 2025, améliorer l’efficacité énergétique dans les sous-secteurs de l’électricité et des transports, et améliorer la fiabilité de l’approvisionnement électrique.

D’après le capitaine Hogan, Kiribati sera la prochaine nation océanienne à élaborer sa feuille de route nationale pour l’énergie avec le concours technique de la CPS.

Lors de cette session de l’organe directeur qui annonce la neuvième Conférence de la Communauté du Pacifique, les délégués présents à Niue ont été informés que les modalités pratiques de la mise en place du Centre océanien pour les énergies renouvelables seraient examinées pendant la réunion du Groupe consultatif océanien sur l’énergie, qui se tiendra dans le courant du mois de novembre à Suva, aux Fidji.

Contacts médias : Atishma Lal, Assistante (information), Division développement économique, CPS, [email protected] ou +679 3379 402
Solomone Fifita, Directeur adjoint (énergie) de la Division développement économique, CPS, Suva, Fidji, [email protected] ou +679 3379 413
Andre Siohane, directeur général du ministère de l’Infrastructure – communications, services publics et transports, Alofi, Niue,[email protected] ou +683 4018