Les organisations régionales et internationales du Pacifique ont salué avec enthousiasme la décision des chefs d’État et de gouvernement des pays membres du Forum des Îles du Pacifique (FIP) d’entériner le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique, premier cadre régional intégré au monde à promouvoir le renforcement de la résilience au changement climatique et aux catastrophes.

Le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique vise à garantir que le changement climatique et les catastrophes sont considérés comme des enjeux de développement pour lesquels des actions prioritaires doivent être engagées si l’on veut limiter la vulnérabilité au changement climatique et aux catastrophes et renforcer la résilience dans l’ensemble des secteurs.

Ce cadre fournit des éléments d’orientation facultatifs de haut niveau aux gouvernements et administrations des États et Territoires de la région, ainsi qu’au secteur privé, aux organisations de la société civile, aux collectivités océaniennes, aux organisations régionales et aux partenaires du développement.

Il plaide en faveur de l’adoption d’approches intégrées, dans toute la mesure du possible, pour combattre les risques liés au changement climatique et aux catastrophes. De telles approches permettraient en effet d’optimiser l’utilisation des ressources, de rationaliser les sources de financement multiples actuellement disponibles, et d’accorder une place plus importante aux risques dans la planification du développement et l’établissement des budgets.

Le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique est étroitement lié à la mise en œuvre d’accords internationaux tels que l’Accord de Paris, le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et les Objectifs de développement durable, l’objectif étant de contribuer à bâtir un avenir plus viable et plus sûr pour la région Pacifique.

Le Partenariat océanien pour la résilience, nouvellement institué, sera chargé de coordonner les actions de coopération, de mettre en œuvre les dispositions énoncées dans le Cadre et d’en assurer le suivi. Les chefs d’État et de gouvernement des pays membres du FIP ont approuvé la création d’un groupe de travail chargé de définir la structure dudit partenariat.

Élaboré dans le droit fil des recommandations issues de la réunion de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe et de la Table ronde sur le changement climatique dans le Pacifique en 2011, puis entériné par les chefs d’État et de gouvernement des pays membres du FIP en 2012, le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique a fait l’objet d’un vaste processus inclusif de consultation des États et Territoires insulaires océaniens au cours des trois dernières années. Des contributions ont également été recueillies par le biais de conférences régionales, de dialogues sectoriels et d’un outil en ligne grâce auquel des propositions venues du monde entier ont pu être compilées.

L’élaboration du Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique a été appuyée par un comité de pilotage rassemblant des représentants des États et Territoires insulaires océaniens, de la société civile et du secteur privé. Un groupe de travail technique, composé de représentants de la Communauté du Pacifique (CPS), du Programme régional océanien de l’environnement (PROE), du FIP, du Secrétariat de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (ONU/SIPC), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de l’Université du Pacifique Sud (USP), a pour sa part assuré une mission de conseil et d’assistance techniques.

Le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique a pu voir le jour grâce au concours financier de l’Union européenne par le biais du Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience dans le Pacifique et de l’Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC), de l’Australie par le biais de l’Initiative internationale pour l’adaptation au changement climatique et des fonds versés au PROE et à la CPS, de la Suède par le biais de son soutien à la Table ronde sur le changement climatique dans le Pacifique à travers le PROE, et de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) par le biais du Projet de renforcement institutionnel dans les îles du Pacifique aux fins d’adaptation au changement climatique (ISACC).

Le Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique – Une approche intégrée de l’action climatique et de la gestion des risques de catastrophe a été entériné à l’occasion du quarante-septième Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays membres du FIP, qui s’est tenu aux États fédérés de Micronésie.

Pour de plus amples renseignements, voir : gsd.spc.int/frdp.

Contacts médias :
Clare White, Conseillère en politiques de GRC et d’adaptation au changement climatique, +679 9165794, [email protected]
Nanette Woonton, Chargée de la communication au PROE, +685 21929, [email protected]
Jordie Kilby, Conseiller en communication au FIP, [email protected]

Photo :
Village de Ngwawa (Îles Salomon)
Photo reproduite avec l’autorisation du Centre océanien pour l’environnement et le développement durable (PaCE-SD) de l’USP.