Valerie Saena Tuia

Valerie

Valerie Saena Tuia, Phytobiologiste, Samoa

« En matière de ressources génétiques, héritage de l’humanité, aucun pays au monde n’est autosuffisant : nous avons besoin les uns des autres pour assurer la sécurité alimentaire. »

Originaire du Samoa et experte reconnue en ressources génétiques végétales, Valerie Saena Tuia a joué un rôle capital dans les progrès réalisés par l’Océanie en matière de sécurité alimentaire. Elle a été conservatrice puis coordinatrice des ressources génétiques du Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique (CePaCT), situé aux Fidji, pendant plus de 15 ans.

Mme Tuia a mené des recherches scientifiques d’avant-garde, constitué la plus grande collection de taro au monde, géré la banque océanienne de gènes végétaux (une référence mondiale en la matière), rédigé des articles scientifiques et encadré de jeunes scientifiques d’Océanie.

Pendant les années qu’elle a passées à la CPS, elle a mobilisé des financements importants pour les ressources génétiques végétales d’Océanie, contribuant à protéger l’héritage physique et culturel de la région.

Elle a parcouru des milliers de kilomètres en Océanie et dans le reste du monde pour collecter différentes sortes de plantes dans le cadre de traités internationaux afin que le CePaCT les conserve, avec à la clé plus de 1 500 obtentions végétales collectées et établies à partir d’un ensemble de sources. Reconnu comme centre d’excellence, le CePaCT est aujourd’hui à la tête de la plus grande collection de taro au monde. Grâce à cette collection, de nouvelles variétés dynamiques de taro résistant à la flétrissure des feuilles, produites au Samoa et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, sont considérées comme les meilleures au monde.

Mme Tuia a également joué un rôle majeur dans l’élaboration de nouveaux protocoles de culture tissulaire pour l’établissement in vitro de cultures essentielles pour la région (fruit à pain, bele, gingembre, pandanus, taro d’eau, xanthosoma, canne à sucre et kava).

Parmi les grandes réussites, citons la conception d’un protocole de multiplication des plants de fruit à pain, une espèce locale, grâce à un système novateur à bioréacteur. Ce protocole permet d’obtenir des plantules prêtes à être repiquées en seulement 30 semaines, contre 44 avec les méthodes précédentes. En outre, ces plantules sont plus résistantes, plus robustes et plus grandes que celles produites grâce à des méthodes traditionnelles de culture tissulaire.

Ces deux dernières décennies, Mme Tuia a également épaulé un nombre incalculable de jeunes scientifiques océaniennes. Grâce à elle, ces femmes ont pu participer au développement agricole durable au niveau national, régional et international.

Par ailleurs, Mme Tuia est à l’origine d’un renforcement mensuel des capacités à destination du personnel du CePaCT et a défendu la possibilité d’obtenir de nouvelles compétences grâce à la participation à des formations et ateliers au niveau régional ou à l’étranger. Sa démarche s’est révélée essentielle pour la croissance et le développement des sciences en Océanie.

Mme Tuia a quitté le CePaCT début 2017 et est retournée au Samoa, où elle gère une entreprise familiale prospère.

0

Cette initiative est mise en œuvre en partenariat avec :

Auteur