Résilience des écosystèmes océaniens

Nouméa

Les solutions économiques et financières « innovantes » pour la résilience des écosystèmes océaniens doivent être mises à l’épreuve de l’action
RESCCUE is a project that draws on local community knowledge and expertise in North Efate, Vanuatu to better manage coastal resources

RESCCUE un projet qui met à profit les connaissances et le savoir-faire des communautés locales de Nord Efate, Vanuatu, pour mieux gérer les ressources côtières

0

Auteur

Raphael Billé

Raphaël a rejoint la CPS en janvier 2014 au poste de Coordonnateur du projet RESCCUE. Avant de prendre ses fonctions à la CPS, il a piloté pendant sept ans la mise en place et la gestion des programmes Biodiversité et Adaptation au changement climatique de l’IDDRI, un institut d’étude et d’analyse parisien sans but lucratif qui mène des projets de recherche indépendants et propose des solutions stratégiques innovantes. Il a ainsi organisé et supervisé des travaux sur une grande variété de sujets allant de la gouvernance de la biodiversité en haute mer à la déforestation tropicale, des politiques d’adaptation à l’économie de la biodiversité et à la gestion des zones côtières. Titulaire d’un doctorat en gestion de l’environnement (AgroParisTech) et de deux masters en aménagement urbain et régional et économie de l’environnement, Raphaël a commencé sa carrière comme attaché scientifique à l’ambassade de France au Pakistan, avant de rejoindre le PNUD en Indonésie en tant que jeune expert associé. Il a ensuite été consultant indépendant et a travaillé principalement pour l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ainsi que des agences de coopération bilatérales et des organisations internationales.

Jean-Baptiste Marre

Jean-Baptiste a rejoint la CPS en août 2014 au poste de Coordonnateur adjoint du projet RESCCUE. Il a auparavant poursuivi une formation doctorale en économie de l’environnement en cotutelle avec l’Université de Bretagne occidentale et l’Université de technologie du Queensland. Ses travaux de recherche ont porté sur l’estimation de la valeur économique des services écosystémiques côtiers et marins à l’appui de la prise de décision et ont débouché sur des applications en Nouvelle-Calédonie et en Australie. Il a notamment collaboré avec l’Ifremer, le Centre australien pour la recherche scientifique et industrielle (CSIRO), plusieurs universités en Australie et l’Initiative française sur les récifs coralliens (IFRECOR). Titulaire d’un master en économie de l’environnement et développement durable (AgroParisTech), Jean-Baptiste a commencé sa carrière en tant qu’assistant de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il a également travaillé en tant que consultant au Centre d’économie industrielle (CERNA) de MINES ParisTech, où il a contribué à deux études macroéconomiques sur le capital naturel et la croissance durable menées pour le compte de la Banque mondiale. Ses principaux domaines d’expertise sont notamment l’économie environnementale et écologique, l’évaluation des services écosystémiques et du capital naturel, la gestion intégrée des zones côtières, la gestion et la gouvernance des aires marines protégées, l’évaluation économique et, plus particulièrement, l’évaluation non marchande des écosystèmes marins et côtiers.