Prospection d’eau souterraine pour approvisionner les cultivateurs de canne à sucre

Suva

Crédit photot: Lyle Post, 2012
De nouvelles études hydrogéologiques de prospection des eaux souterraines ont été menées dans deux zones sujettes à la sécheresse de la ceinture sucrière des Fidji afin d’amener l’eau aux villages vivant de la culture de la canne à sucre.

Ces études géophysiques par méthode électrique, qui consistent à mesurer la résistivité des sols pour détecter des sources d’eau douce souterraine, ont eu lieu dans deux villages situés au nord de l’île principale de Viti Levu – Malele à Tavua et Volivoli à Rakiraki – qui ne sont pas encore raccordés au réseau public d’adduction d’eau.

La campagne de prospection s’inscrit dans le cadre d’un programme de microprojets, financé par l’Union européenne et mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS), et fait appel à l’expertise technique de l’équipe spécialisée dans les ressources hydriques de la Division géosciences, énergie et services maritimes de la CPS. Dans les villages visés, la CPS travaille également en étroite coopération avec une équipe de la Direction fidjienne des ressources minérales. Les informations ainsi obtenues permettront aux populations résidant dans des zones à risque de renforcer leur résilience, selon le principe du «reconstruire en mieux» cher au programme de microprojets.

«L’accès à un approvisionnement en eau propre et fiable demeure problématique dans certains villages de la ceinture sucrière, des difficultés qui s’expliquent par plusieurs facteurs: isolement géographique, concurrence des utilisations des sols et perturbations qui en découlent pour le bassin hydrographique et l’écosystème naturel, et fréquence et impact des extrêmes météorologiques induits par le changement climatique. À cet égard, les activités prévues dans le cadre du programme de microprojets financé par l’UE, telles que les études hydrogéologiques et la prospection de nouvelles sources d’eau, constitueront une étape importante dans l’amélioration de l’accès à un approvisionnement en eau sûr et résilient aux catastrophes, de même qu’à des installations d’assainissement et d’hygiène répondant aux mêmes critères dans les communautés touchées», a déclaré Mme Emmanuelle Guiheneuf, responsable de la coopération par intérim au sein de la Délégation de la Commission européenne pour le Pacifique.

Le Directeur général de la CPS, M.Colin Tukuitonga, a souligné la résonance du projet avec les objectifs de développement de la région: «Pour bâtir un Pacifique résilient, il faut commencer à la base et renforcer chacune de nos communautés. La détection de sources d’eau douce assurant un approvisionnement sécurisé et durable sera d’une aide inestimable pour les populations résidant dans ces villages. Quant aux techniques employées, elles pourront être répliquées dans d’autres villages à risque du Pacifique.»

Dans les zones visées, l’approvisionnement en eau se limite actuellement à la collecte d’eau pluviale, aux sources et aux puits de surface. Lorsque les périodes de temps sec se prolongent, la collecte d’eau de pluie ne suffit plus, et les sources et les eaux souterraines superficielles s’amenuisent, jusqu’à parfois s’assécher complètement. Les familles et les villages n’ont alors d’autre choix que de faire appel à des porteurs d’eau ou à des voisins ayant accès à des sources maintenant un bon débit. Puiser dans des sources d’eau souterraine plus profondes présente un net avantage, dans la mesure où ces sources sont moins affectées par les sécheresses et les cyclones et offrent par conséquent des approvisionnements en eau plus fiables.

Contexte:
D’une durée de cinq ans, le programme de microprojets a débuté en octobre2013 et s’achèvera en juin2018. Financé à hauteur de 4,37 millions d’euros par l’Union européenne (UE), il est mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS). Dans ce cadre, la CPS exécute plusieurs projets financés au titre du Programme d’action concernant les mesures d’accompagnement en faveur des pays ACP signataires du protocole sucre dans la ceinture sucrière des Fidji. Rattaché à ces mesures, le programme de microprojets couvre l’eau, l’assainissement et l’hygiène, l’électrification rurale et les études hydrologiques.

Contact médias:
Debbie Singh, Spécialiste de la communication Projets sucre, CPS │ Courriel:[email protected]

0

Categories

Auteur