Stuart Minchin, nouveau Directeur général de la CPS : je veux que nous explorions de nouvelles voies

Nouméa

CPS : Quel est votre parcours ?

M. Stuart Minchin : Avant d’intégrer la CPS, je travaillais pour Geoscience Australia, l’organisme fédéral australien spécialisé dans les géosciences. J’y dirigeais la Division géosciences de l’environnement, qui regroupe des activités aussi variées que la cartographie, l’observation de la Terre et les eaux souterraines. Avant cela, je travaillais pour le CSIRO, l’institut national australien de recherche scientifique. J’ai débuté ma carrière au sein du Gouvernement de l’État du Victoria, où j’étais chargé du suivi des ressources hydriques et des informations sur ce thème.

Mon expérience en tant que scientifique est assez vaste, et couvre aussi bien les sciences aquatiques, que la chimie, la biologie aquatique ou encore les sciences de l’eau.

 

CPS : Pourquoi la CPS ?

M. Minchin : La CPS est un organisme renommé dans le Pacifique. À l’approche de la cinquantaine, je recherchais un poste où je pourrais jouer un rôle décisif, et la CPS m’a semblé le choix idéal. Face aux défis que connaît la région – catastrophes, changement climatique, développement durable – j’ai pensé que mes compétences pourraient y être particulièrement utiles.

En tant que Directeur général, quelles sont vos aspirations pour la CPS et ses membres ?

Je souhaite que la CPS soit considérée comme une organisation régionale de conseil fiable par tous ses pays membres, et que ceux-ci constatent, sur le terrain, la plus-value de son action à leurs côtés, face aux défis que nous rencontrons dans le Pacifique.

J’ai un côté technocrate : j’aime la technologie, les nouvelles méthodes et l’innovation. Faire entrer la CPS dans une nouvelle ère, parsemée de défis de taille, mais aussi de nombreuses possibilités de travailler plus efficacement qu’avant, c’est ce qui m’attire et me motive.

 

CPS : Quelles seront vos priorités au cours des 100 premiers jours de votre mandat ?

M. Minchin : Je veux surtout écouter : d’abord les agents de la CPS, pour comprendre en quoi consiste leur travail, les difficultés auxquelles ils sont confrontés et les perspectives qu’ils entrevoient dans la région, puis les États et Territoires membres, où je compte me rendre pour constater par moi-même les défis qu’ils rencontrent et cerner leurs modalités de travail passées, présentes et futures avec la CPS. Au cours de ces 100 premiers jours, mon principal objectif sera de me faire une idée précise des possibilités qui s’offrent à nous, puis d’agir sans tarder pour les concrétiser.

 

CPS : Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

M. Minchin : Nous ne pourrons pas résoudre tous les problèmes de la région, mais je veux que nous explorions de nouvelles voies pour que nous puissions relever les défis liés au développement durable et nous fixer à l’échelle régionale des objectifs réalisables à plus long terme. Il existe de réelles perspectives dans la région, mais aussi de nombreuses difficultés. Dans le fond, ce que nous ferons dans la région sera un test pour la planète tout entière : si nous réussissons dans le Pacifique, il y aura de l’espoir pour le reste du monde.

Blog Category
Directeur général
0
Division
Corporate

Auteur(s)

Stuart Minchin

Directeur général (Nouméa)

Avant de rejoindre la Communauté du Pacifique (CPS) le 23 janvier 2020 au poste de Directeur général, M. Stuart Minchin dirigeait la Division géosciences de l’environnement de Geoscience Australia, centre d’expertise du Gouvernement australien pour les sciences de la Terre et de l’environnement, où sont également conservées les données, informations et connaissances nationales dans ce domaine. Il a représenté l’Australie lors de grandes réunions internationales, et a en outre assuré les fonctions de délégué principal auprès du Comité d’experts des Nations Unies sur la gestion de l’information géospatiale à l’échelle mondiale (UNGGIM) et du Groupe intergouvernemental sur l’observation de la Terre (GEO).