La Communauté du Pacifique – un nouveau nom pour un nouveau millénaire : La Communauté du Pacifique célèbre ses 75 ans

Nouméa

La sixième décennie d’existence de la CPS fut aussi l’une des plus dynamiques. L’Organisation se définit une nouvelle identité, mais devint surtout plus réactive, faisant de la transparence de ses opérations et de la reddition de comptes devant ses membres et ses partenaires dans le développement les premières de ses priorités. 

La Conférence de 1997 – Cinquante ans après avoir vu le jour, la plus vieille Organisation régionale du Pacifique célébrait son anniversaire en 1997, à l’occasion de la 37e Conférence du Pacifique Sud, tenue à Canberra, où elle avait été fondée. La plus importante décision prise lors de la 50e conférence fut l’adoption d’un nouveau nom pour la “Commission du Pacifique Sud”, qui serait désormais la “Communauté du Pacifique”. Cette décision fut accueillie très favorablement par les États et Territoires du Pacifique Nord membres de la CPS qui, depuis bien longtemps, souhaitaient que fût retenue une dénomination reflétant la nature pan-pacifique de la CPS et désignant clairement l’ensemble de ses membres. Ces derniers ne parvinrent cependant pas d’emblée à un consensus quant au nouveau nom. La Conférence, présidée par le Ministre fidjien des affaires étrangères et chef de la délégation, M. Berenado Vunibobo, rejeta le premier nom proposé, “Commission des Îles du Pacifique”, arguant que les termes “îles” et “commission” étaient mal choisis pour une Organisation qui s’apprêtait à entrer dans le 21e siècle. Comme Berenado Vunibobo le fit remarquer : “Nous avons besoin d’un nom qui évoque l’esprit d’une communauté unifiée, qui ait d’une large assise tout en étant moderne, capable de composer avec les changements pouvant surgir à l’avenir”. À l’issue de discussions informelles, on retint enfin la proposition du chef de la délégation des Tonga, le Premier Ministre Baron Vaea, qui suggéra la “Communauté du Pacifique”.

“Nous avons besoin d’un nom qui évoque l’esprit d’une communauté unifiée, qui ait d’une large assise tout en étant moderne, capable de composer avec les changements pouvant surgir à l’avenir”

Les délibérations se poursuivirent, et il fut décidé que “Communauté du Pacifique” désignerait l’Organisation au sens large, avec ses 27 États et Territoires membres, tandis que l’organisation chargée d’effectuer le travail serait appelée “Secrétariat général”. L’appellation anglaise du nouveau Secrétariat général de la Communauté du Pacifique correspondait donc au sigle, SPC, sous lequel l’Organisation était déjà connue depuis longtemps dans la région. Par souci de parallélisme, on décida aussi de conserver l’ancien sigle (CPS) en français. Suite à ce changement de nom et conformément à la décision prise en 1996 par la Conférence de Saipan de convoquer désormais la Conférence tous les deux ans seulement, la 37e Conférence du Pacifique Sud fut donc la dernière organisée sous son ancien nom et la dernière des conférences annuelles convoquées par l’Organisation.

Un certain nombre de décisions prises à la Conférence de Saipan en 1996 et à la Conférence du cinquantième anniversaire qui s’est tenue à Canberra continuent de guider la CPS dans son travail. Les rôles respectifs de l’organe directeur et du Directeur général ont été clairement définis et différentiés : l’organe directeur détermine le cadre d’action alors que le Directeur général gère l’Organisation. L’intitulé des fonctionnaires principaux devient Directeur général et Directeurs généraux adjoints (2) et les programmes techniques sont restructurés en trois divisions des ressources terrestres, marines et sociales.

Nouveau logo et nouvelle identité – 1ère Conférence de la Communauté du Pacifique
La 1ère Conférence de la (nouvelle) Communauté du Pacifique se tint en Polynésie française, en octobre 1999 (ceci étant la première réunion de la Conférence suite au changement de nom). Elle devait être la dernière Conférence de Bob Dun, puisque ce dernier avait décidé de ne pas se représenter. Il termina son mandat en sollicitant l’aval des participants sur deux dossiers exceptionnels qui marqueraient l’accomplissement de sa mission de changement, à savoir, d’une part, le lancement de la nouvelle identité organisationnelle de la CPS par l’adoption d’un nouveau logo – une pirogue toute voile dehors affrontant des eaux nouvelles – et, d’autre part, la modernisation des politiques opérationnelles et des procédures de fonctionnement de la CPS qui feraient plus tard l’objet de la “Déclaration de Tahiti Nui”. La Conférence approuva à la fois le logo et la déclaration.

Le logo et le drapeau de la CPS

1999 SPC's Flag (26 stars)
1999 SPC's Flag (26 stars)

Le logo et le drapeau de la CPS furent choisis lors de la première Conférence de la Communauté du Pacifique, qui se tint en décembre 1999 à Tahiti, en Polynésie française. Les 26 étoiles représentent les 26 membres de la Communauté du Pacifique. La barre incurvée terminant le cercle d’étoiles symbolise le Secrétariat général, qui fait le lien entre membres de la Communauté. La voile et les deux “vagues” représentant l’océan symbolisent l’idée de lien et d’échange. Ces trois éléments forment l’image d’une pirogue en pleine course. Le cocotier, situé près du centre du dessin, représente la région Pacifique, et souligne sa dimension dynamique et mobile, plutôt qu’immobile et en retrait. Le bleu foncé rappelle l’étendue et la profondeur de l’Océanie. La couleur turquoise de la voile évoque la jeunesse et tout ce qu’elle peut apporter.

Pour plus d'information, veuillez contacter, Camille Menaouer, Coordinatrice Communication, Communauté du Pacifique, à [email protected]

0
Division
Corporate
Headquarters

Auteur(s)