Zoom - Construction d'une digue pour protéger l'école élémentaire d'Awak

Pohnpei

Quand les habitants d'Awak, en Micronésie, ont constaté que leur école était menacée par l'élévation du niveau de la mer, ils se sont fixé pour priorité de résoudre le problème.

L'école élémentaire d'Awak assure l'éducation des enfants de six villages, soit une population totale de quelque 1 100 habitants. Constituée de trois bâtiments en béton construits sur des terres gagnées sur la mer dans le lagon d'Awak, elle est menacée par les eaux, une salle de classe se trouvant à moins de deux mètres de la digue non achevée.

Le risque d'érosion était si élevé que les habitants ont inscrit l'établissement sur la liste de la municipalité de U regroupant les sites les plus vulnérables ayant besoin d'une protection.

Pour protéger l'école, il a été convenu de construire un mur en gabions, des cages métalliques que l'on remplit de pierres pour ériger une barrière contre la mer à la fois solide et suffisamment souple, capable de résister à une forte pression de l'eau.

Cette initiative s'inscrit dans une série de mesures d'adaptation au changement climatique entreprises à Awak depuis 2013 et financées par l'Union européenne dans le cadre du projet de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique mis en œuvre par la CPS. L'Organisation internationale pour les migrations et la Conservation Society de Pohnpei étaient les partenaires d'exécution du projet, qui a été coordonné et soutenu par le comité consultatif sur le changement climatique de Pohnpei.

L'économie d'Awak repose sur la culture de sakau (kava) et la pêche, tandis que l'emploi dans la fonction publique et le secteur privé, la pêche commerciale, la culture de la noix d'arec et l'élevage porcin jouent aussi un rôle important. La communauté est unie, et l'Église catholique d'Awak a œuvré en coopération avec la Conservation Society de Pohnpei pour en mobiliser les membres et voir le projet se réaliser.

Des exercices de cartographie des risques et de sensibilisation au changement climatique ont été réalisés en octobre 2013, l'objectif étant de permettre aux gens d'élaborer des plans d'action communautaires pour faire face aux impacts à court et long terme. Les membres de l'équipe, dont des experts de notre antenne régionale de Micronésie à Pohnpei, sont retournés à Awak en juin 2015 pour informer les membres de la communauté des progrès accomplis et débattre de la gestion de régions côtières résilientes.

La construction de la digue en gabions a duré cinq mois. Pour empêcher l'érosion des particules du sol, les gabions remplis de pierres ont dû être correctement ancrés et protégés par des matériaux présentant des caractéristiques géotechniques particulières.

Le plan de la digue a été préparé et révisé par l'équipe dédiée aux domaines marins et littoraux de notre Division géosciences. L'énergie des vagues est absorbée par les pierres qui remplissent les gabions. Les répercussions sur le littoral sont réduites et les sols sont protégés contre l'érosion.

La sauvegarde de l'école d'Awak signifie que les enfants peuvent suivre leur scolarité dans leur région d'origine. L'intervention précoce, avant que l'érosion n'endommage tous les bâtiments de l'école, a été intéressante financièrement.

À retenir

L'élévation du niveau de la mer engendre de multiples problèmes dans les régions côtières des États fédérés de Micronésie.
La construction d'une digue en gabions a permis à l'école élémentaire d'Awak de ne pas être gravement endommagée par l'érosion côtière.
Ce projet est le fruit d'un partenariat entre les membres de la communauté, la CPS et plusieurs partenaires nationaux et internationaux.

Liens connexes

Bureau régional pour la Micronésie
Projet de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique
Union européenne (profil du partenaire)

Blog Category
Zoom
0

Categories

Auteur