Zoom - Les défenseurs de la gestion des zones côtières à l’œuvre à Nord Efate

Port-Vila

Les communautés de Nord Efate, à Vanuatu, sont pleinement convaincues de l’importance de la sensibilisation à la gestion des ressources naturelles. Chacun des villages de la région est doté d’un comité de l’environnement chargé de la gestion et de la règlementation de l’utilisation des ressources marines et foncières.

Deux réseaux de comités de l’environnement, les réseaux d'aires marines protégées de Tasi Vanua et de Nguna-Pele, s’emploient à résoudre les problèmes grandissants liés à la gestion durable, « de la montagne au récif », qui se posent dans la région. Les deux réseaux font partie d’un plus grand groupe qui réunit près de 400 vanua-tai (« gardiens des ressources »), des membres des communautés locales qui se sont portés volontaires pour devenir acteurs du changement.

Depuis octobre 2015, le Projet Restauration des services écosystémiques et adaptation au changement climatique (RESCCUE) travaille au renforcement des capacités de ces réseaux, en collaboration avec leurs membres. Le projet, qui met à profit les connaissances et le savoir-faire des communautés locales de Nord Efate pour mieux gérer les ressources côtières, est mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS), en collaboration avec le gouvernement de Vanuatu, et avec le soutien financier de l’Agence française de développement et du Fonds français pour l’environnement mondial.

« Les communautés et les écosystèmes de Nord Efate sont confrontés à des enjeux majeurs et doivent notamment s’adapter aux impacts croissants du changement climatique », explique Jean-Baptiste Marre, Coordonnateur adjoint du projet RESCCUE. « Le renforcement des capacités de planification et de leadership de ces réseaux environnementaux communautaires, et l’accroissement des ressources dont ils disposent, sont des aspects essentiels des solutions à mettre en œuvre pour renforcer la résilience à l’échelle locale ».

Les populations de Nord Efate pratiquent des activités de subsistance : l’exploitation de parcelles agricoles familiales et la pêche récifale sont leurs seuls moyens d’existence. Malgré l’évolution de l’économie locale vers le modèle de marché, les ménages locaux dépendent encore des ressources naturelles pour subvenir à leurs besoins, y compris lors des phases de relèvement post-catastrophe, ou pour se procurer des revenus. Les ressources naturelles ont de surcroît une grande importance culturelle.

Dans la région de Nord Efate, les impacts directs les plus marqués du changement climatique résulteront vraisemblablement de phénomènes météorologiques extrêmes comme les cyclones tropicaux, les inondations et les sécheresses, et tiendront aussi aux conséquences du réchauffement des eaux de surface, de l’acidification des océans et de l’élévation du niveau de la mer sur les ressources marines et côtières. À cela s’ajoutent des problèmes tels que la baisse de la productivité des ressources halieutiques côtières, les carences liées à la gestion des déchets, l’absence d’aménagements hydrauliques adaptés, la gestion des espèces envahissantes (en particulier les proliférations de l’étoile de mer épineuse Acanthaster) et les conséquences du passage, en 2015, du cyclone tropical Pam.

Le réseau Tasi Vanua regroupe la plupart des villages de Nord Efate. Il a été créé en 2010 sous l’impulsion des membres des comités environnementaux et d’une ONG locale. Le réseau de Nguna-Pele, créé en 2003, est géré par des représentants des villages des îles de Nguna et Pele.

Les deux réseaux œuvrent à la gestion durable des ressources naturelles de Nord Efate en mettant l’accent sur le suivi, la communication et la sensibilisation. Ils ont déjà mis en œuvre, ces dernières années, de nombreuses activités de gestion des ressources, en collaboration avec diverses administrations nationales et organisations régionales, parmi lesquelles la CPS.

Le projet RESCCUE aide les réseaux Tasi Vanua et Nguna-Pele à concevoir et dispenser des formations au suivi des zones côtières, et a aussi été associé à l’élaboration d’une panoplie d’outils à l’usage des gardiens des ressources communautaires. Les réseaux bénéficient également d’un financement au titre d’un projet conjoint CPS/GIZ (l’agence allemande d’aide au développement), appelé CCCPIR-Coping with Climate Change in the Pacific Island Region (Faire face au changement climatique en Océanie). En 2016, ont été lancés les travaux de construction d’un centre de suivi des ressources qui permettra aux réseaux de centraliser toutes les informations relatives au suivi des zones côtières et accueillera un certain nombre d’activités d’information et d’éducation à l’environnement ciblant les femmes et les jeunes.

Selon Tasaruru Whitely, président du réseau de Nguna-Pele, les premières étapes du programme de formation au suivi des ressources côtières ont été couronnées de succès. « La formation nous a ouvert les yeux et aidés à comprendre en quoi consiste réellement le suivi des ressources », a-t-il déclaré.

Le projet RESCCUE va maintenant s’attacher à renforcer la viabilité financière des deux réseaux, en les aidant à se doter de plans d’activité et à mettre en place des procédures de gouvernance et des mécanismes de financement novateurs, garants de la bonne gestion des moyens naturellement limités dont ils disposent. À l’achèvement du projet, les deux réseaux devraient être financièrement autonomes, et les solutions qui auront fait la preuve de leur efficacité à Nord Efate pourront alors être transposées dans d’autres îles de Vanuatu et du Pacifique.

Points clés

Les communautés et les écosystèmes de Nord sont menacés par les impacts croissants du changement climatique, notamment en matière de sécurité alimentaire, et sont confrontés à un certain nombre d’enjeux environnementaux.
Les réseaux d’aires marines protégées de Tasi Vanua et Nguna-Pele ont été créés à l’initiative des communautés locales en réponse à ces problèmes.
Le projet RESCCUE, mis en œuvre par la CPS en collaboration avec le gouvernement de Vanuatu, travaille aux côtés des populations de Nord Efate.

Liens utiles

RESCUE au Vanuatu
Agence Française de Développement
Le Fonds Français pour l'Environnement Mondial

Blog Category
Zoom
0

Categories

Auteur