Citernes et panneaux solaires pour les habitants de Fais et d’Ulithi après le passage du typhon Maysak

Pohnpei

C’est un véritable tour de force logistique que s’efforcent d’accomplir ensemble, sur une île isolée du Pacifique Nord, le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), les autorités des États fédérés de Micronésie et de l’État de Yap, l’Union européenne, ainsi que les habitants de l’île.

L’objectif est d’y faire parvenir 47 citernes destinées à la récupération des eaux de pluie ainsi que 70 gros bidons d’eau douce, qui seront d’abord transportés par bateau jusqu’au récif corallien entourant l’île de Fais (États fédérés de Micronésie), avant d’être amenés à terre sur des barges ou au gré des vagues.

Consécutive au passage du typhon Maysak, qui a frappé les États fédérés de Micronésie il y a quatre semaines, cette intervention contribuera non seulement au rétablissement de la normalité sur l’île, mais aura aussi un impact à plus long terme, puisqu’elle permettra aux habitants d’être mieux armés face aux épisodes de sécheresse, aux modifications du régime des précipitations et aux phénomènes météorologiques extrêmes.

D’une contenance de 5 000 litres, les citernes sont distribuées aux habitants de Fais dans le cadre du projet de l’Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC) dans les petits États insulaires du Pacifique, financé par l’Union européenne (UE) et mis en œuvre par la CPS.

L’ambassadeur Andrew Jacobs, Chef de la Délégation de l’UE pour le Pacifique, et Gerald Zackios, Directeur de l’Antenne régionale Pacifique Nord de la CPS, se trouvaient à Fais hier pour assister à l’arrivée des premières citernes.

Accompagnés de représentants des autorités de l’État de Yap, ils ont également procédé à l’inspection des dégâts occasionnés par le typhon dans les mini-réseaux électriques photovoltaïques à Fais et à Ulithi, installés par la CPS dans le cadre du projet Énergies renouvelables et efficacité énergétique dans les pays ACP du Pacifique Nord (North-REP). Ils ont aussi pris part à une réflexion sur la planification des réparations les plus urgentes.

« Il est très positif de voir l’Union Européenne contribuer ainsi à l’amélioration des conditions de vie des personnes touchées par le typhon Maysak, ainsi qu’au renforcement de la résilience de ces populations », a déclaré M. Jacobs, en visite pour la première fois à Yap.

« En nous appuyant sur les compétences spécialisées de la CPS, et en travaillant en collaboration étroite avec les autorités locales, nous contribuons à améliorer l’accès de la population à une eau propre et à une source d’électricité renouvelable. Par ailleurs, nous avons veillé à ce que les projets actuellement en cours apportent des réponses rapides à des défis imprévus. »

M. Zackios a souligné toute l’importance que revêt l’installation des nouvelles citernes pour les populations locales.

« Ces citernes vont contribuer de façon significative à la résolution des problèmes liés à la santé et à l’hygiène, aussi bien dans la période suivant immédiatement le passage du typhon Maysak qu’à plus long terme », a-t-il expliqué.

« Sur des îles périphériques basses comme celle-ci, il est fondamental d’augmenter les capacités de stockage en eau, car les habitants sont pratiquement totalement tributaires de l’eau de pluie. »

« La force d’âme manifestée par les habitants de ces îles isolées, surtout après le passage d’un typhon aussi destructeur, est impressionnante, et M. Jacobs et moi-même avons été très touchés par l’accueil qui nous a été réservé au cours de notre visite à Fais et à Ulithi », a ajouté M. Zackios.

Une évaluation technique réalisée sur les îles de Fais, Ulithi Falalop et Ulithi Mogmog a permis de recenser les pièces nécessaires pour rétablir la production d’énergie renouvelable : il faudra remplacer 210 modules solaires, certains composants électroniques, 97 éléments en bois, et 75 pièces de tôle ondulée et autres éléments de toiture.

Fort heureusement, la station de pompage installée à Fais quelques jours seulement avant le passage du cyclone grâce au projet de l’AMCC n’a subi quant à elle aucun dégât. Dans le cadre de ce même projet, on avait pratiquement terminé les travaux d’installation d’une pompe solaire, ainsi que la pose de canalisations vers un puits de secours et une réserve d’eau souterraine très importante pour les quelque 300 habitants de Fais.

Ces travaux ont été achevés dans les heures suivant le passage du typhon, avec l’aide de l’Office des services publics de l’État de Yap, permettant ainsi à la population d’avoir accès à de l’eau pour se laver et faire la cuisine.

Frank Haregaichig, Directeur du Service ressources et développement de l’État de Yap, a déclaré : « Je suis ravi de l’opération en cours, qui va bénéficier aux habitants de cette île isolée, mais aussi quelque peu anxieux : en raison de tous les aspects logistiques et de la distance qui sépare les îles de Yap et de Fais, l’installation de toutes les citernes d’ici l’échéance du 30 juin relève presque de la gageure. »

« Nous sommes reconnaissants à l’UE, qui finance l’opération, ainsi qu’à la CPS et aux autorités des États fédérés de Micronésie, qui jouent un rôle de premier plan dans son exécution », a-t-il ajouté.

Jesse Salalu, responsable local, est lui aussi enthousiaste : « Ce puits et ces citernes sont très importants pour les habitants de l’île. Grâce à ce projet, nous aurons suffisamment d’eau potable pour tout le monde et nous pourrons également approvisionner les îles voisines en période de sécheresse. De plus, les femmes et les enfants n’auront plus à s’épuiser à transporter de l’eau entre la citerne principale située à l’école et leurs maisons ».

L’Union européenne finance également le Programme de renforcement de la sécurité et de la résilience du Pacifique, dont certains volets bénéficient aux États de Yap et de Chuuk, et qui est également mis en œuvre par la CPS. Au cours de sa visite, M. Jacobs a d’ailleurs été informé de l’adoption prochaine du Plan d’action conjoint de l’État de Yap pour la gestion des risques de catastrophe et le changement climatique, élaboré dans le cadre du Programme.

Les micro-réseaux solaires installés dans le cadre du projet North-REP devraient être de nouveau en parfait état de marche d’ici la fin du mois de juillet.

Contacts médias : Rupeni Mario, Antenne régionale Pacifique Nord de la CPS. Courriel : [email protected] – Téléphone : +691 320 7523

Debbie Singh, Attachée de presse de la délégation de la Commission européenne pour le Pacifique. Courriel : [email protected]

NOTE AUX RÉDACTIONS

Le projet de l’Alliance mondiale contre le changement climatique dans les petits États insulaires du Pacifique est mené à bien grâce à une enveloppe de 11,4 millions d’euros allouée par l’Union européenne. Il est mis en œuvre à l’échelon régional par la CPS et à l’échelon national par les autorités des neuf pays participants :
http://projects.pacificclimatechange.net/projects/global-climate-change-alliance-pacific-small-island-states

Le Projet Énergies renouvelables et efficacité énergétique dans les pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) du Pacifique Nord (le Projet North-REP) est doté d’un budget de 15,49 millions d’euros et constitue le plus important investissement jamais réalisé par l’Union européenne dans les trois pays du Pacifique Nord que sont les Îles Marshall, les États fédérés de Micronésie et Palau.

0

Auteur(s)