Vivre de l’élevage : pensée nouvelle pour les Fidji

Suva

Le Gouvernement des Fidji souhaite innover pour stimuler la croissance de la filière de l’élevage.

Tel est le message du secrétaire permanent du ministère des Finances des Fidji, Filimone Waqabaca, qui a ouvert le Séminaire sur la filière élevage aux Fidji le 12 mai 2015, à Nadi.

Ce séminaire, organisé du 12 au 15 mai 2015 et animé par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), en partenariat avec l’Union européenne, le ministère fidjien de l’Agriculture et le Conseil fidjien de l’agriculture et de l’élevage, avait pour objectif de mieux faire connaître le secteur fidjien de l’élevage en pleine mutation.

Le séminaire a réuni de jeunes agriculteurs, des chefs d’entreprise, des producteurs et des associations du secteur, représentant les filières bovine, laitière, caprine, ovine, porcine, avicole et apicole, ainsi que l’industrie de la provenderie.

« En tant que nation, nous avons besoin d’une nouvelle génération de penseurs, d’une pensée nouvelle, pour franchir un nouveau cap dans notre développement », a affirmé M. Waqabaca.

La part de l’agriculture et de l’élevage dans l’économie fidjienne a diminué de moitié au fil des ans et se chiffre aujourd’hui à seulement 12 % du produit intérieur brut (PIB).

Doper la filière de l’élevage permettrait de réduire la dépendance du pays à l’égard des importations, d’augmenter les revenus des ruraux, de préserver la sécurité alimentaire et de contribuer à la réalisation des objectifs nationaux de développement.

M. Waqabaca a précisé que si les résultats du pays sont louables en termes de croissance économique, de réserves de change, de maîtrise de l’inflation et de réduction de la dette, les Fidji doivent aujourd’hui se fixer de nouveaux objectifs, notamment pour l’élevage.

Le Directeur adjoint de la Division ressources terrestres de la CPS, M. Ken Cokanasiga, a indiqué que le séminaire doit déboucher sur une stratégie de développement de la filière de l’élevage fidjienne.

« Cette consultation est aussi un espace de dialogue et de travail collectif sur le projet de loi sur les aliments pour animaux, et permettra de mieux faire connaître la politique agricole nationale 2020 », a ajouté M. Cokanasiga.

« L’un des défis du secteur est d’attirer une nouvelle génération de producteurs, d’où l’importance de la participation de jeunes agriculteurs au séminaire », a-t-il précisé.

Cette consultation nationale des acteurs du secteur, intitulée « Vivre de l’élevage – pensée nouvelle », est financée par l’Union européenne, dans le cadre du Projet sur les politiques agricoles en Océanie, mis en œuvre par la CPS.

M. Xavier Canton-Lamousse, Attaché de la Délégation de l’Union européenne dans le Pacifique et Coordonnateur du programme sucrier, a précisé l’importance du secteur de l’élevage en ces termes : « Aucun pays au monde ne peut sortir de la pauvreté sans bâtir au préalable un secteur agricole fiable. Investir dans l’agriculture contribuerait à faire véritablement changer les choses pour tous ceux qui sont dans le besoin. »

Le séminaire porte notamment sur la mutation de la filière de l’élevage fidjienne, les mesures à prendre pour en tirer le meilleur parti et la politique agricole nationale 2020.

Contacts médias : Elenoa Salele, Assistante chargée de l’information sur la santé animale, CPS, [email protected], +679 7329647,

Anju Mangal, Spécialiste de la gestion des connaissances et de la communication pour le Projet sur les politiques agricoles en Océanie, CPS, [email protected]

Ken Cokanasiga, Directeur adjoint de la Division ressources terrestres de la CPS, [email protected], +679 9485594

0
Countries

Auteur(s)

Fiji
Fiji