La grande famille du Pacifique et l’Envoyé des Nations Unies marquent un point d’inflexion dans les perspectives de la jeunesse océanienne

Alofi

Conscients de la nécessité de confier à une assemblée de haut niveau la mission de suivre la situation des jeunes et d’emmener les progrès en Océanie, les États et Territoires membres représentés à la neuvième Conférence de la Communauté du Pacifique Conférence sont aujourd’hui convenus de faire de la jeunesse un point récurrent de l’ordre du jour de toutes les réunions de l’organe directeur de la Communauté du Pacifique.

Voilà l’une des 21 décisions adoptées par la Conférence biennale de la Communauté du Pacifique, qui s’est tenue à Alofi (Niue), à l’issue d’un dialogue de haut niveau placé sous le thème : « Former une génération résiliente et les dirigeants océaniens de demain ».

Le dialogue était animé par le Directeur général de la Communauté du Pacifique (CPS), M. Colin Tukuitonga, qui a déclaré que cette tribune était l’occasion pour la région de s’assurer que les actions menées en faveur du développement de la jeunesse répondent véritablement aux besoins des jeunes générations.

« Nous savons que ces questions ne sont pas nouvelles. La situation des jeunes du Pacifique n’a guère évolué ces dix dernières années. Et pourtant, les difficultés que connaissent les jeunes ont de lourdes conséquences dans les États et Territoires de la région, compromettant leur potentiel de développement socioéconomique », a affirmé M. Tukuitonga.

« L’insuffisance des investissements dans le secteur de la jeunesse ne sera pas sans conséquences économiques, sociales et politiques », a-t-il ajouté.

Le dialogue de haut niveau a permis aux membres de la Communauté du Pacifique, aux représentants de la jeunesse, aux partenaires du développement et à l’Envoyé du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse de réfléchir aux possibilités d’investissement sur un large éventail de questions qui touchent particulièrement les jeunes Océaniens, dont les maladies non transmissibles, le changement climatique et l’emploi.

Parmi les dix millions d’habitants que compte le Pacifique, plus de la moitié ont moins de 25 ans et, chiffres alarmants, 23 % d’entre eux sont sans emploi.

Pour remédier à cette situation, les pays membres du Pacifique sont convenus de soutenir la création de débouchés divers encourageant les jeunes à développer leurs compétences, par le biais de prix régionaux décernés aux jeunes entrepreneurs, d’offres de stages au sein de la CPS et de l’adaptation des meilleures pratiques dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

Les membres ont consacré le Cadre océanien pour l’épanouissement des jeunes 2014-2023, coordonné par la CPS et le Conseil de la jeunesse du Pacifique, en tant qu’outil régional du développement axé sur les jeunes de la région.

« Loin d’être une charge, les jeunes sont une promesse d’avenir », a affirmé l’Envoyé des Nations Unies pour la jeunesse, M. Ahmad Alhendawi, dans son discours d’orientation éloquent et enflammé devant les délégués du Pacifique et les partenaires du développement présents au dialogue.

« Nous parlons ici de plus de cinq millions d’esprits brillants, déjà éclairés ou en devenir, qui ont la capacité de transformer la région. »

« Je compte travailler en étroite collaboration avec la Communauté du Pacifique, le Conseil de la jeunesse du Pacifique et les organisations qui en sont membres afin de mobiliser les jeunes de la région et de les accompagner dans leurs efforts vers la réalisation des Objectifs de développement durable des Nations Unies », a-t-il ajouté.

Les représentants des gouvernements du Pacifique ont également eu l’occasion de découvrir les actions actuellement menées au Samoa, aux Îles Salomon et en Australie pour catalyser le développement des jeunes à l’échelle des pays et de la région tout entière.

Ils ont également exprimé leur profonde gratitude au vice-président du Conseil de la jeunesse du Pacifique, M. Inangaro Vaka’afi, qui a livré les précieux éclairages de la jeunesse océanienne.

« Les jeunes sont parfois mis dans des cases et se voient coller par la société des étiquettes, teintées de connotations négatives, comme les NEET, les jeunes sans emploi et ne suivant ni études ni formation. Ces étiquettes n’inspirent ni fierté, ni espoir, mais si vous parvenez à voir les choses sous un autre angle, ces jeunes sont en fait des acteurs susceptibles de changer la donne économique », a déclaré M. Vaka’afi devant l’assemblée.

« Partout dans le Pacifique, les jeunes jouent un rôle moteur dans les actions et les solutions adoptées sur le dossier du changement climatique, à l’exemple des « Pacific Climate Warriors » du réseau 350.org et d’autres mouvements pilotés par les jeunes.

« Nous respectons nos aînés, notre culture, nos traditions et nos façons de faire, mais nous devons également monter au créneau et faire porter notre voix, car nous sommes les dirigeants de demain, mais aujourd’hui les partenaires d’aujourd’hui », a affirmé M. Vaka’afi, guidé par la déclaration préparée avec la participation des membres du Conseil de la jeunesse du Pacifique de toute la région.

La neuvième Conférence de la Communauté du Pacifique s’est achevée aujourd’hui.

Contacts médias : Lauren Robinson, Responsable par intérim des relations avec les médias, [email protected]

Images et prises de vue : La CPS peut mettre à disposition des reportages, des séquences et prises de vue brutes, ainsi que des interviews (vidéo et audio), que les médias sont libres de réutiliser. Pour tout complément d’information et pour toute demande particulière, veuillez vous mettre en contact avec Joji Nabalaua : [email protected].

Légende : L’Envoyé du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse, Ahmad Alhendawi, va à la rencontre des jeunes de Niue.

0

Categories

Auteur