Communauté du Pacifique : bilan de l’année 2015 partie 2

Nouméa
22 décembre 2015

En bref, quelques-uns des faits saillants qui ont marqué le deuxième semestre de l’année 2015, une année remarquable pour le développement international et pour la Communauté du Pacifique (CPS).

 

 

 

JUILLET

La CPS contribue à un article scientifique, publié par l’initiative Océans 2015, qui compare les risques d’impact sur les écosystèmes marins et côtiers, ainsi que sur les services associés, au regard de deux scénarios d’émissions de dioxyde de carbone (CO2).

Dans un article extrait de la rubrique Tribune de SciDev.Net, Mme Kuiniselani Toelupe Tago-Elisara, Directrice adjointe de la Division développement social de la CPS, plaide en faveur de l’intégration de la dimension de genre dans les programmes d’action climatique.

La CPS signe un protocole de collaboration avec l’Autorité internationale des fonds marins afin de réglementer les activités liées aux ressources minérales des grands fonds marins dans les zones océaniques situées au-delà des zones de juridiction nationale, de mener des recherches océanographiques et d’en analyser les résultats, et de participer à des initiatives de renforcement des capacités et de partage des informations relatives aux ressources des fonds marins.

La CPS publie le Compendium de jurisprudence océanienne (Volume V), qui contient des extraits de la jurisprudence régionale récente en matière de droits de la personne aux fins d’application par les juristes, les magistrats, les juges, les décideurs ou les militants, qu’il s’agisse de faire valoir un précédent ou de proposer un outil en vue de réformes stratégiques. Par ailleurs, la CPS met à l’essai deux nouveaux supports didactiques sur la santé publique, dont une version actualisée du Bingo océanien de la nutrition.

 

AOÛT

La Journée internationale de la jeunesse offre l’occasion à la CPS et au Conseil de la jeunesse du Pacifique de marquer le coup d’envoi du Cadre océanien pour l’épanouissement des jeunes, qui ouvre la voie à une coordination accrue en faveur d’un développement axé sur les jeunes dans le Pacifique. Dans un message vidéo du Directeur général, M. Colin Tukuitonga, la CPS annonce qu’elle accueillera un dialogue de haut niveau sur la jeunesse lors de la neuvième Conférence de la Communauté du Pacifique.

À la demande des autorités sanitaires du Commonwealth des Îles Mariannes du Nord, qui souhaitaient obtenir le renfort de spécialistes après le passage du typhon Soudelor, la CPS dépêche à Saipan un épidémiologiste principal, à l’appui des activités de surveillance de la santé publique menées sur place.

Grâce au soutien technique de la CPS, le ministère de la Santé du Samoa met en marche son dispositif renforcé de surveillance de la santé publique à la veille des Jeux de la jeunesse du Commonwealth, dont le coup d’envoi est prévu en septembre.

 

SEPTEMBRE

À Suva, lors du Sommet du Forum pour le développement des îles du Pacifique, consacré aux défis climatiques en Océanie, notre Directeur général, M. Colin Tukuitonga, prononce un discours en plénière sur la nécessité de bâtir des économies insulaires vertes et bleues résilientes au climat.

Toujours à Suva, la CPS fête le 20e anniversaire de son émission de télévision populaire, The Pacific Way.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alphabétisation, la CPS lance un appel en faveur d’une attention accrue portée à l’alphabétisation et à l’apprentissage, lequel coïncide avec la distribution des supports nécessaires à l’évaluation PILNA (Évaluation régionale des aptitudes à la lecture, à l’écriture et au calcul) par le Programme pour l’évaluation et la qualité de l’enseignement. L’évaluation, prévue en octobre 2015, doit couvrir 13 pays et plus de 50  000 élèves, et ses résultats seront publiés début 2016.

Trois protocoles d’accord sont signés au mois de septembre. Le Gouvernment des Tonga scelle un pacte quinquennal avec la CPS afin de renforcer la coopération mutuelle sur les axes de développement prioritaire. Un protocole signé entre le Gouvernement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la CPS doit profiter au peuple papou et permettre de répondre plus globalement aux défis complexes rencontrés par ce pays dans le domaine du développement.

Le Plan de développement stratégique national du Timor-Leste souligne que « l’enseignement et la formation sont indispensables à l’amélioration des perspectives d’avenir de notre population et à son plein épanouissement ». Dans cette optique, un protocole d’accord est conclu en vue de la mise en œuvre conjointe du projet de l’Union européenne PacTVET – Enseignement et formation techniques et professionnelles (EFTP) dans le Pacifique – au Timor-Leste.

Jouissant du statut d’observateur permanent auprès de l’ONU depuis 2014, la Communauté du Pacifique vit un moment historique à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York. Lors du Sommet des Nations Unies sur le développement durable, consacré aux objectifs de développement pour l’après-2015, M. Tukuitonga s’exprime au nom de la Communauté du Pacifique, une première au Siège de l’ONU.

 

OCTOBRE

Le programme [email protected], mis en place par la CPS aux Îles Salomon pour lutter contre le chômage des jeunes, se voit accorder une subvention d’un million de livres au titre du Programme des jeunes leaders de la Reine. Échelonnée sur quatre ans, cette subvention doit permettre à près de 10 000 jeunes de bénéficier de formations et de débouchés professionnels.

À la veille de la COP21 et à l’heure où son pays vient d’adopter une politique en faveur d’un développement sobre en carbone et résilient aux risques climatiques et aux catastrophes, élaborée avec le soutien de la CPS et de l’Union européenne, le Président de Palau, M. Tommy Remengesau Jr, réitère la nécessité de prendre des mesures urgentes face au changement climatique.

Grâce à l’assistance technique fournie par le Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique de la CPS, le Samoa lance de nouvelles variétés de taro destinées à l’exportation afin de répondre à la demande de taro rose en Nouvelle-Zélande et sur d’autres marchés d’exportation.

« Jamais la jeunesse océanienne n’aura été autant touchée par l’obésité qu’aujourd’hui. En effet, près de 25 % des garçons et 20 % des filles âgés de 13 à 15 ans sont considérés obèses, et malheureusement cette tendance se dessine dans d’autres régions du monde », déclare M. Tukuitonga, en route pour le Ghana, où il est attendu pour présider la dernière réunion de consultation de la Région africaine pour la Commission de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur les moyens de mettre fin à l’obésité de l’enfant.

L’adoption de la feuille de route quinquennale de la plus grande organisation régionale d’aide au développement du Pacifique figure à l’ordre du jour de la réunion des hauts représentants des 26 États et Territoires membres de la Communauté du Pacifique (CPS) et des partenaires du développement, rassemblés à Alofi, capitale de Niue (#Niue2015).

 

NOVEMBRE

La quarante-cinquième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA) et la neuvième Conférence de la Communauté du Pacifique sont marquées, entre autres grands résultats, par l’adoption du Plan stratégique de la Communauté du Pacifique 2016-2020. « Nous mettrons l’accent sur les résultats et l’impact de notre action », peut-on lire dans l’article d’opinion rédigé par M. Tukuitonga et publié dans PACNEWS et The Fiji Times à l’issue de la Conférence. « Notre nouveau Plan stratégique insiste davantage sur la science, l’innovation et le savoir – savoir traditionnel compris – au service du développement durable de notre région. »

La Conférence est également l’occasion d’organiser un dialogue de haut niveau sur le thème : « Former une génération résiliente et les dirigeants océaniens de demain ». Conscients de la nécessité de confier à une assemblée de haut niveau la mission de suivre la situation des jeunes Océaniens, les États et Territoires membres représentés à Niue approuvent ainsi 21 recommandations, parmi lesquelles faire de la jeunesse un point récurrent de l’ordre du jour de toutes les réunions futures de l’organe directeur de la Communauté du Pacifique.

Niue devient le premier pays insulaire océanien à s’engager à mettre en œuvre la Feuille de route stratégique pour la gestion des situations d’urgence. Pendant #Niue2015, la presse s’intéresse aussi à une nouvelle initiative du gouvernement américain qui vise à renforcer les capacités nationales de douze pays insulaires océaniens pour leur permettre d’agir efficacement face aux effets délétères du changement climatique. Les médias mettent aussi en avant la mise en service d’un marégraphe qui sera source d’informations essentielles sur les conditions météorologiques et le niveau de la mer.

C’est l’appellation juridique de la « Communauté du Pacifique » (ou « Pacific Community ») qui sera à présent utilisée dans toute communication sur l’Organisation. La référence au « Secrétariat général » est abandonnée, mais le sigle CPS (ou SPC en anglais), très usité, est maintenu. Le nouveau logo de la Communauté du Pacifique et le guide qui l’accompagne sont officiellement présentés.

« Combler le déficit d’information pour créer des cartes plus intelligentes », tel est le thème de la conférence qui réunit à Suva plus de 300 participants venus débattre des progrès des applications SIG (systèmes d’information géographique) et de télédétection, ainsi que de leur utilité pour la gestion des ressources dans les petits États et Territoires insulaires océaniens.

En mémoire de Losana McGowan, ancien agent de la CPS, et des autres femmes qui succombent à la violence familiale, le personnel de la CPS et diverses parties prenantes observent une minute de silence et assistent à une séance d’information sur la politique révisée de l’Organisation sur la prévention de la violence familiale. « Parfois, le lieu de travail est le seul endroit où les victimes se sentent en droit de raconter ce qui leur arrive. Mais chaque femme peut trouver une personne vers qui se tourner si elle sait où aller, et c’est un message rassurant que l’on adresse ici à toutes les femmes et filles de Nouvelle-Calédonie », déclare la directrice de SOS violences conjugales, Mme Isane Vallet, au cours d’une table ronde organisée au siège de la CPS.

 

DÉCEMBRE

En point d’orgue d’une année de progrès sur le tracé des limites maritimes des « grands États maritimes » du Pacifique, la CPS et ses partenaires australiens organisent un atelier technique à Sydney. « Dans ce domaine, le Pacifique fait figure de pionnier à l’échelle mondiale. Maintenant qu’ils ont fait reconnaître leur territoire maritime, de nombreux pays [du Pacifique] ont mis leurs équipes au travail en vue de concevoir des outils qui leur permettront de gérer cet espace maritime de manière efficace », indique le professeur Elaine Baker, qui occupe la chaire des sciences de la mer de l’Université de Sydney.

Alors que la partie était loin d’être gagnée, la COP21 parvient à adopter l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Sur un blog du Huffington Post, M. Tukuitonga confie que le fruit de la COP21 est synonyme d’espoir pour l’avenir de notre région. « Nous n’avons pas obtenu gain de cause sur tous les points, mais, grâce à la collaboration efficace nouée par le Conseil des organisations régionales du Pacifique et les délégations de la région, le Pacifique a occupé le devant de la scène, a fait entendre sa voix et s’est montré inébranlable dans son engagement », peut-on lire dans l’article. Visionner la vidéo.

 

Contact médias : Jean-Noël Royer, Chargée de communication, [email protected]

0

Categories

Auteur