Renforcement des capacités à l’échelon local dans le secteur de la transformation du thon en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Lae

Neuf étudiants de l’Université de technologie de Papouasie-Nouvelle-Guinée suivent actuellement un stage de formation industrielle de dix semaines au sein des quatre sociétés de conserverie et de transformation de thon implantées à Lae et Madang.

Accueillis chez Frabelle, International Food Corporation, Majestic Seafoods et RD Tuna Canners, les étudiants auront ainsi la possibilité d’engranger une expérience pratique en usine et en laboratoire et de renforcer leurs compétences professionnelles dans le domaine de l’assurance et du contrôle qualité des produits de la mer.

Ces immersions professionnelles se déroulent dans le cadre du projet DevFish2, dont le but est de développer la pêche thonière dans le Pacifique. Le projet est financé par l’Union européenne et mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS).

Le projet DevFish prévoit notamment la mise en place de formations dans la filière thonière pour augmenter les exportations de produits transformés, et valoriser par là-même les efforts considérables déployés par la région pour se doter d’usines de transformation. À terme, il s’agit de permettre aux pays océaniens de devenir des acteurs de premier plan en aval du marché mondial du thon.

Depuis 2013, avec le soutien de l’Union européenne et de la CPS, ce sont au total seize étudiants qui ont effectué des stages d’immersion professionnelle dans les sociétés de conserverie et de transformation du thon présentes en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

« Grâce à ce projet, nos étudiants ont pu se frotter à la réalité du monde du travail en usine tout en bénéficiant d’un encadrement dans d’autres domaines spécifiques au secteur », explique Sogoing Denano, responsable de la coordination de la formation au sein du Département sciences appliquées (technologies alimentaires).

« La majorité des stagiaires travailleront un jour dans des secteurs spécialisés de la transformation des produits alimentaires en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et contribueront ainsi à la croissance de la filière », ajoute Mme Denano.

Les stagiaires sont des étudiants de troisième année qui ont obligatoirement suivi des cours dans les disciplines suivantes touchant à la transformation des produits alimentaires : sécurité sanitaire, salubrité des produits de la mer, réglementation, assainissement, analyse sensorielle, etc.

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, on assiste actuellement à une montée en puissance des investissements dans la filière thonière, ceci se traduisant en particulier par la construction d’usines de transformation.

Or, il faut savoir que la quasi-totalité des produits thoniers sortant des usines du pays est destinée au marché européen : les activités de transformation et de conditionnement doivent donc se conformer à des normes draconiennes.

« Une analyse des besoins en matière de formation réalisée dans le secteur de la pêche a permis aux transformateurs de pointer des carences dans des domaines techniques et spécialisés de la transformation des aliments », indique Jonathan Manieva, Chargé du projet DevFish.

« C’est en partant de ce diagnostic que le projet s’emploie à répondre aux besoins d’un secteur en plein essor. »

« La Papouasie-Nouvelle-Guinée enregistrant une croissance ininterrompue de sa filière de transformation du thon, la demande en compétences techniques et spécialisées à l’échelon local va elle aussi continuer à progresser », ajoute M. Manieva.

Les stages d’immersion professionnelle ont débuté le 9 novembre et s’achèveront le 16 janvier 2016.

Contact médias : Jonathan Manieva, Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS, [email protected]

0

Categories

Auteur