Renforcer la veille sanitaire à Vanuatu grâce à une formation sur l’utilisation des données pour la prise de décision

Port-Vila

Epi-DDMUne vingtaine d’experts de la santé des six provinces de Vanuatu se réunissent cette semaine à Port-Vila pour améliorer la veille sanitaire grâce à une formation régionale sur les données pour la prise de décision.

Cette formation d’une semaine est conjointement organisée par le ministère de la Santé de Vanuatu et le Secrétariat de la Communauté du Pacifique ; elle s’inscrit dans les activités de reconstruction menées suite au cyclone Pam et financées par la banque allemande de développement (KfW).

Le projet, destiné à quatre pays insulaires du Pacifique – Kiribati, les Îles Salomon, Tuvalu et Vanuatu –, fait suite à la convention de financement de 6 millions d’euros conclue par la CPS et la banque allemande de développement KfW, pour le compte du gouvernement allemand.

Activité essentielle en santé publique, la veille sanitaire permet d’orienter les interventions grâce à l’examen et à l’analyse en continu des cas de maladies à potentiel épidémique et pouvant représenter une urgence pour la santé publique, comme la dengue ou le diabète.

Elle implique la collecte, l’analyse, l’interprétation et la distribution de vastes volumes de données et informations provenant de différentes sources.

« C’est la première formation sur la veille sanitaire organisée à Vanuatu et elle a attiré un bon nombre de participants. Les cliniciens et professionnels de la santé publique et des laboratoires de toutes les provinces du pays ont assisté à cette formation », a indiqué Jean-Jacques Rory, qui est chargé du Service Sanitaire de Vanuatu.

Deux experts en santé de Tuvalu ont été invités à participer à la formation de cette semaine.

Le programme comprend cinq modules : veille sanitaire, enquête en cas de flambée épidémique, initiation à l’épidémiologie et à l’épidémiologie de terrain, informatique appliquée aux pratiques de santé publique et projet d’épidémiologie de terrain.

Les deux premiers modules sur les données pour la prise de décision seront organisés à Vanuatu avec l’assistance financière de la banque allemande de développement KfW et du projet RAPID (Riposte et Analyse pour les Maladies Infectieuses du Pacifique) financé par le gouvernement australien.

Trois épidémiologistes et un expert de laboratoire de la CPS animeront la formation avec le soutien de collègues de l’Organisation mondiale de la Santé.

« La formation régionale sur les données pour la prise de décision résulte d’un énorme travail d’équipe mené par plusieurs épidémiologistes et experts de laboratoire des pays et partenaires du Réseau océanien de surveillance de la santé publique », a fait savoir Onofre Edwin Merilles Jr., Coordonnateur par intérim de l’équipe surveillance et recherche opérationnelle de la CPS.

« Depuis août 2013, plus de 220 professionnels de santé ont commencé le programme avec beaucoup d’enthousiasme », a ajouté M. Merilles.

En 2013, le programme a connu un second souffle suite aux appels des ministres de la santé de la région en faveur d’un renforcement des capacités en matière d’analyse des données, de veille sanitaire et d’épidémiologie.

Contact médias :
Christelle Lepers, Chargée de l’information et de  la communication (surveillance de la santé publique), Division santé publique de la CPS,  [email protected] ou 687 26 01 81

0

Categories

Countries

Auteur