Le Gouvernement marshallais lance une évaluation des besoins post-catastrophe suite à la dernière sécheresse

Majuro

Marshall-droughtLa grave sécheresse qui s’est abattue sur les Îles Marshall consécutivement à un épisode El Niño très marqué a mis en lumière la nécessité de conduire une évaluation des besoins post-catastrophe.

Jamais une telle évaluation n’a été conduite aux Îles Marshall. Il s’agit également de la première du genre à être effectuée dans le Pacifique Nord et, qui plus est, dans un pays-atoll, ce qui constitue une véritable première mondiale. Autant dire que cet exercice sera riche d’enseignements pour cette nation, le Pacifique et le monde entier.

Cette évaluation des besoins post-catastrophe est menée par le Gouvernement de la République des Îles Marshall, en collaboration avec l’Union européenne, la Communauté du Pacifique (CPS), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale. Son lancement officiel, effectué le lundi 1er août par la Première Secrétaire des Îles Marshall, Justina Langidrik, a marqué le début d’une série d’activités et a été suivi par une formation de perfectionnement professionnel de trois jours destinée aux spécialistes marshallais du secteur.

S’exprimant au sujet de l’évaluation, le ministre des Finances des Îles Marshall, Brenson Wase, a souligné que cet exercice devait avant tout viser à renforcer la résilience du pays. De fait, l’évaluation des besoins post-catastrophe permettra au Gouvernement de chiffrer précisément, si ce n’est exactement, les pertes économiques subies par les Marshallais.

« Pour nous doter de plans d’urgence efficaces, nous devons disposer de données fiables », a expliqué M. Wase.

« La conduite de cette évaluation des besoins post-catastrophe revêt une importance cruciale pour l’établissement du budget national. »

Selon M. Wase, le Gouvernement avait créé un fonds de secours afin de permettre aux administrations nationales et locales de se préparer et de prendre des mesures pour faire face aux futures catastrophes.

Le ministre des Finances ajoute que les organisations non gouvernementales jouent un rôle essentiel dans le relèvement après la sécheresse et dans la coopération entre les services nationaux, et qu’elles devraient être encouragées à collaborer avec les autorités locales.

La Première Secrétaire des Îles Marshall, Justina Langidrik, a, quant à elle, déclaré : « L’évaluation des besoins post-catastrophe représente pour nous un point de départ. Nous devons investir du temps et des efforts pour éclairer de manière plus complète le processus de développement national. »

« Nous avons là une occasion unique d’évaluer et d’analyser l’ensemble des secteurs socioéconomiques qui ont été touchés par la sécheresse. Cela nous permettra ensuite de définir et de hiérarchiser les actions de relèvement à mettre en œuvre consécutivement à ce désastre, d’adapter soigneusement la planification nationale et d’orienter les financements. »

Cet exercice national d’évaluation des besoins post-catastrophe arrive à point nommé pour les Îles Marshall, puisqu’il intervient immédiatement après la tenue de consultations nationales sur les Objectifs de développement durable (ODD), organisées en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies (ONU). Pour les acteurs locaux, la collecte et la gestion de données constituent la pierre angulaire de la réalisation des cibles des ODD, notamment des cibles nationales en matière de réduction des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique.

« Le développement durable requiert une prise en compte des risques ; le relèvement s’inscrit dans le droit fil des principes du développement durable et doit s’appuyer sur des évaluations socioéconomiques des retombées de cette sécheresse. Il s’agit d’un travail décisif, puisque notre pays s’emploie à renforcer ses capacités en matière de préparation et d’intervention, pour mieux faire face aux futures calamités de ce type et accroître sa résilience », a indiqué Mme Langidrik.

Durant les trois semaines qui suivront cette formation, des spécialistes locaux des différents secteurs touchés par la sécheresse analyseront, en collaboration avec des experts étrangers, les impacts sociaux et économiques de l’épisode 2015-2016 de sécheresse. L’évaluation des besoins post-catastrophe débouchera ensuite sur l’élaboration d’un plan stratégique, qui sera présenté au Gouvernement au début du mois prochain.

Pour tout complément d’information ou pour demander une interview (le cas échéant), veuillez prendre contact avec :
Denise deBrum-Reiher, Chargée de la communication et des médias, Cabinet du Président, Îles Marshall ; courriel : [email protected]
Emily Moli, Chargée d’étude en communication, PNUD ; Tél. : 3227 504 ; Portable : 719 1112 ; courriel : [email protected].

Crédit photo :
David Hebblethwaite

0

Categories

Auteur(s)