Le moment est venu de renforcer les capacités de prévisions dans l’océan Pacifique

Nandi

Des spécialistes de la prévision météorologique, des hydrographes, des océanographes, des agents des services des pêches et des experts en sécurité maritime de toute l’Océanie se réunissent aujourd’hui à Nadi (Fidji) pour participer à une formation d’une semaine visant à renforcer la compréhension et le suivi des océans et des marées ainsi que les méthodes de prévision y afférentes.

M. Raymond Bojczuk, premier Secrétaire du Haut-Commissariat de l’Australie à Suva, a prononcé l’allocution d’ouverture à l’occasion de la formation organisée conjointement par la Communauté du Pacifique (CPS) et le Service australien de la météorologie, dans le cadre du Programme océanien de soutien climat et océans (COSPPac).

« Le moment est venu de renforcer les capacités régionales de suivi et de prévisions des conditions météorologiques », a indiqué M. Bojczuk, conscient des graves dégâts occasionnés aux communautés côtières des Fidji par la forte houle, lors du passage du cyclone tropical Winston, ainsi que les nombreuses inondations qui, ces dernières années, ont menacé les atolls bas dans toute la région.

Selon les météorologues et les océanographes qui participent à l’atelier, un phénomène El Niño particulièrement marqué a contribué aux nombreux extrêmes climatiques et océaniques observés dans le Pacifique en 2015 et au début de 2016.

Un épisode El Niño a lieu lorsque les températures des masses d’eau de l’océan Pacifique tropical central et oriental se réchauffent plus que la moyenne, ce qui cause des changements dans les alizés qui sont les vents dominants.

Les épisodes El Niño durent, en règle générale, environ un an et sont liés à des changements manifestes dans la pluviométrie, le niveau de la mer et la fréquence ou la gravité des cyclones tropicaux.

« Pour une région qui est composée à 98 % d’océan, nous ne disposons que de très peu de données océanographiques », a indiqué M. Bojczuk. « Toutefois, je suis fier de pouvoir dire que l’Australie a apporté son soutien à un des systèmes d’observation des océans les plus anciens et de la meilleure qualité dans la région, à savoir le Projet d’observation du niveau de la mer dans le Pacifique .»

Une composante essentielle du COSPPac, le Projet d’observation du niveau de la mer dans le Pacifique, est un réseau de 14 marégraphes situés dans l’ensemble de la région, qui procurent, de manière continue, des données relatives à la température, aux marées et aux conditions météorologiques, depuis plus de 20 ans.

Les données de ce projet fournies en temps réel sont libres d’accès en ligne sur le portail des océans depuis peu disponible : COSPPac Ocean Portal.

« Le Portail sur les océans propose également des données sur l’océan Pacifique en temps quasi-réel, comme la température de surface de la mer, la prédiction de la houle et des courants de surface, les alertes de blanchissement des coraux et les variations saisonnières du niveau de la mer sous la forme de cartes et de graphiques conviviaux », a indiqué M. Jens Kruger, Responsable de la Section géosciences (environnements océaniques et côtiers) de la CPS.

Ces informations peuvent être d’une grande utilité pour des organisations des secteurs public ou privé qui entrent en contact avec l’océan, que ce soit les transports maritimes, les pêches, le tourisme, la gestion des catastrophes, la conservation ou le développement de l’infrastructure côtière.

« Puisque ces informations sont désormais disponibles, il est de notre devoir de s’assurer que les personnes adéquates sachent comment y accéder et comment les utiliser afin d’améliorer notre préparation et notre résilience face aux phénomènes extrêmes », a ajouté M. Kruger.


Contacts médias :
Molly Powers-Tora, Responsable régionale du programme COSPPac, [email protected] ou +679 3249250
Merewalesi Nailatikau, Chargée des médias au Haut-Commissariat d’Australie, [email protected] ou +679 3388381

Liens utiles
Site Web du COSPPac
COSPPac Ocean Portal

0

Auteur