Gestion des catastrophes : La CPS récompensée pour son utilisation innovante des technologies géospatiales

Kuala Lumpur

geospatial-1-319x214Le prix Asia Geospatial Excellence Award a été décerné cette semaine (le 17 octobre), à l’occasion de la conférence GeoSmart Asia, à la Communauté du Pacifique (CPS), récompensée pour avoir appliqué les technologies géospatiales à la gestion des catastrophes.
En recevant le prix au nom de l’Organisation lors de la conférence, tenue à Kuala Lumpur, M. Mike Petterson, Directeur de la Division géosciences de la CPS, a rappelé l’importance des données et des technologies géospatiales, qui peuvent aider les communautés et les décideurs du Pacifique à renforcer la résilience de la région face aux catastrophes et aux risques.

Les petits États insulaires en développement du
Pacifique sont particulièrement vulnérables aux aléas naturels en raison de leur faible superficie, de l’immensité de l’espace maritime qui les entoure et de conditions géotechniques propices aux séismes, aux éruptions volcaniques, aux tsunamis et aux glissements de terrain. Les aléas météorologiques et océaniques liés aux tempêtes et aux fortes marées (cyclones, inondations, inondations côtières) sont omniprésents dans la région.

Les catastrophes observées ces dernières années, à l’exemple des cyclones Winston et Pam aux Fidji et à Vanuatu, des inondations d’Honiara et des tsunamis survenus au Samoa et dans l’ouest des Îles Salomon, ont fait de nombreuses victimes, détruit des habitations et porté un sérieux coup aux économies nationales.

« Je suis très fier de cette reconnaissance internationale du travail vital que mène la Communauté du Pacifique dans le domaine de la gestion des catastrophes et des risques. Aujourd’hui, les technologies géospatiales jouent un rôle croissant dans les systèmes d’alerte précoce, l’évaluation des dégâts consécutifs aux catastrophes et la mise en place de systèmes d’aide à la décision visant à faciliter le travail des planificateurs et des bureaux nationaux de gestion des catastrophes », a déclaré Colin Tukuitonga, Directeur général de la Communauté du Pacifique.

La CPS, en partenariat avec la Banque mondiale et Digital Globe, a récemment entrepris d’appliquer les données géospatiales à l’évaluation des aléas et des risques menaçant les infrastructures. Il s’agit aussi d’utiliser les données satellitaires pour évaluer les risques et les dégâts sur le terrain, avant et après une catastrophe.

« La Banque mondiale s’emploie, en étroite collaboration avec la Communauté du Pacifique, à amener ces produits et services innovants dans le Pacifique, afin que les administrations nationales et les communautés soient mieux informées de la nature des catastrophes qui menacent la région et de leurs impacts potentiels. Ce partenariat a aussi pour objet de quantifier les risques, pour que, demain, nous puissions bâtir des communautés et des villes plus sûres », a expliqué Denis Jordy, Coordonnateur régional pour la résilience au changement climatique et aux catastrophes du Bureau de la Banque mondiale pour le Pacifique.

Dans son intervention, M. Andrew Jacobs, Ambassadeur de l’Union européenne pour le Pacifique, a félicité la CPS : « L’Union européenne est un partenaire de longue date de l’action menée dans les domaines de la gestion des catastrophes et des risques et du changement climatique. Voilà plusieurs décennies que nous nous employons, aux côtés de la Communauté du Pacifique, à aider les bureaux nationaux de gestion des catastrophes des pays de la région, qui ont la lourde tâche de traiter l’ensemble des questions touchant à la gestion des catastrophes. Aujourd’hui, ce travail est salué par des experts du monde entier, et j’y vois un signe très encourageant », a-t-il souligné.

Contact médias :
Sachindra Singh, Architecte principal en systèmes d’information géospatiale, [email protected] ou +679 338 1377
Wolf Forstreuter, Spécialiste des SIG et de la télédétection à la CPS, [email protected]

0

Categories

Auteur