Lancement d’un nouveau projet destiné à stimuler la filière cocotier dans le Pacifique

Nandi

coconut1L’Union européenne (UE) et la Communauté du Pacifique (CPS) viennent de lancer une initiative régionale conjointe visant à améliorer la compétitivité des petits producteurs océaniens de cocotiers et à intensifier l’intégration régionale et la production dans ce secteur.

Le Projet de valorisation de la filière cocotier (Coconut Industry Development Project – CIDP), doté d’un budget de 3,5 millions d’euros (soit 8 millions de dollars fidjiens), aura pour principaux objectifs de favoriser l’intégration régionale des politiques relatives à la filière, de contribuer au renforcement des capacités et de renforcer les liens entre les différentes composantes de la chaîne de valeur du cocotier. Le comité de pilotage du projet se réunit aujourd’hui pour la première fois à Nadi, et le démarrage des activités de terrain est prévu le mois prochain.

Le chef de la délégation de l’Union européenne pour le Pacifique, l’ambassadeur Andrew Jacobs, en poste aux Fidji, a déclaré à ce propos : « Le cocotier est perçu dans tout le Pacifique comme l’arbre porteur de vie : il contribue à la fois à la sécurité alimentaire et à la promotion de la santé des populations océaniennes, auxquelles il offre de surcroît des moyens d’existence durables. L’intérêt que suscitent depuis peu certains produits dérivés du cocotier, à l’exemple de l’huile de coco vierge, ouvre de nouvelles perspectives de croissance pour l’ensemble du secteur, et l’UE est fière d’appuyer les efforts de valorisation de la filière dans le Pacifique ».

Cette nouvelle initiative, qui se déroulera sur trois ans, prévoit la mise en œuvre de projets pilotes dans plusieurs pays, l’objectif étant d’améliorer les moyens d’existence des petits producteurs locaux et de dégager un certain nombre d’enseignements de portée régionale qui pourront contribuer au développement du secteur dans tout le Pacifique. L’enveloppe allouée au financement de ces projets pilotes s’élève au total à 1,75 million d’euros.

Selon Karen Mapusua, Coordonnatrice du projet pour la CPS, les projets pilotes prévus au Samoa et à Vanuatu seront mis en œuvre à l’issue d’un appel d’offres ouvert qui doit permettre de sélectionner les prestataires les plus compétents.

« Un mécanisme d’examen des expressions d’intérêt reçues sera mis en place dans chaque pays. L’idée est de s’assurer que les activités proposées cadrent bien avec les priorités propres à chaque pays en matière de valorisation de la filière.

Un groupe consultatif technique composé d’experts indépendants sera chargé d’évaluer les offres au regard de grands critères d’admissibilité et de sélection et d’établir une première liste d’activités pilotes potentielles », a expliqué Mme Mapusua.

Des programmes de formation et de sensibilisation seront également élaborés, et un manuel sur la gestion et l’atténuation des risques liés à la culture du cocotier sera réalisé à l’intention des producteurs, des entreprises de transformation et des autres acteurs de la filière dans le Pacifique.

L’UE et la CPS envisagent par ailleurs d’aider au moins huit pays insulaires océaniens à renforcer et à harmoniser leurs stratégies nationales, dans le droit fil de la politique régionale de valorisation du secteur. Ces pays pourront également participer à des foires commerciales.

L’intérêt du projet réside aussi dans la création d’une base de données complète sur les entreprises, les projets, les associations de producteurs et les ONG qui contribuent, dans 15 pays insulaires océaniens, à l’élaboration et à la diversification des activités de transformation du cocotier. Cet outil facilitera les échanges entre les acteurs de la filière, et permettra notamment l’établissement de liens entre les producteurs et les négociants, de même qu’entre les acheteurs et les exportateurs

Le CIDP vient compléter l’action que mènent déjà la CPS, par le biais de son Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique, et d’autres partenaires comme Bioversity International, le Réseau de matériel génétique pour le cocotier et les pays de la région pour enrichir et élargir les collections du Centre international de ressources génétiques du cocotier pour le Pacifique Sud, afin de préserver la diversité des variétés de cocotiers de la région et de pérenniser les moyens d’existence des acteurs qui en dépendent.

Contact médias :
Karen Mapusua, Coordonnatrice du projet CIDP pour la CPS, [email protected] ou (+679) 337 0733
Vinesh Prasad, Technicien (agroforesterie) à la CPS, [email protected] ou (+679) 337 9375

0

Categories

Countries

Auteur