Des projets pilotes pour stimuler la filière cocotier en Océanie

Suva

La Communauté du Pacifique (CPS) et l’Union européenne apportent leur soutien à la filière cocotier du Samoa et de Vanuatu dans le cadre d’une nouvelle initiative régionale visant à améliorer la compétitivité des petits producteurs.

Doté d’une enveloppe de 3,5 millions d’euros, le Projet de valorisation de la filière cocotier (Coconut Industry Development Project – CIDP) a pour objectif d’améliorer les moyens d’existence des petits producteurs du Samoa et de Vanuatu, et de partager les enseignements ainsi dégagés pour contribuer au développement de la filière dans les autres pays océaniens.

Selon Karen Mapusua, Coordinatrice du projet pour la CPS, un appel à expression d’intérêt est maintenant ouvert à tous les acteurs de la filière, dont les acteurs du secteur privé, les organisations du secteur agricole ou les ONG collaborant avec les producteurs. Les demandeurs potentiels auront largement le temps d’élaborer les plans d’entreprise et autres documents requis, et de profiter de cette unique occasion pour avoir accès à des services d’assistance technique et de formation, et à du matériel, au service de l’innovation pour leur filière.

À Vanuatu, la filière du cocotier représente 80 % des revenus de la population rurale. Jusqu’à une époque toute récente, le coprah représentait la première source de devises étrangères du pays.

Au Samoa, plus de 80 % de la population utilise jusqu’à 45 noix de coco par semaine pour la cuisine. Ce fruit représente près de 5 % des recettes du pays à l’exportation. Au cœur du régime alimentaire des Océaniens, il apporte une contribution cruciale à la sécurité alimentaire et à la promotion de la santé des populations océaniennes, auxquelles il offre de surcroît des moyens d’existence durables. L’huile de coco vierge, l’eau de coco, le bois de cocotier et les produits dérivés de sa sève offrent nombre de débouchés potentiels susceptibles de dynamiser la croissance de la filière.

Selon Madame Mapusua, les expressions d’intérêt reçues par le projet feront l’objet d’un examen très rigoureux : « Un mécanisme mis en place à l’échelon national permettra de vérifier la compatibilité des projets pilotes proposés avec les priorités nationales de développement du secteur. Un Groupe technique consultatif constitué d’experts indépendants évaluera ainsi toutes les propositions à l’aune des critères d’admissibilité et de sélection retenus, et établira une liste courte de projets pilotes ».

Les formulaires de demande de financement, ainsi que des renseignements détaillés sont disponibles sur le site Internet de la CPS

À propos de la CPS :
La Communauté du Pacifique (CPS) est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique, accompagnant fièrement le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, la CPS fait figure de maison commune pour les 26 États et territoires membres qui la composent et en assurent la gouvernance.

Contact média :
Karen Mapusua, Coordinatrice du projet  [email protected] or +679 337 9733

Lien utile :
Coconut Industry Development Project - Call for Expressions of Interest

0
Countries

Auteur(s)