La Communauté du Pacifique accueille la ministre australienne des Affaires océaniennes

Suva

La ministre australienne du Développement international et des Affaires océaniennes, la sénatrice Concetta Fierravanti-Wells, a réaffirmé le soutien de son pays en faveur de l’agriculture durable dans la région, à l’issue d’une visite effectuée lundi au Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique (CePaCT) de la CPS.

Le CePaCT est la seule banque de gènes du Pacifique reconnue à l’échelle internationale. Y sont actuellement conservés plus de 2 000 spécimens de culture tissulaire, dont la plus importante collection de taro du monde. Le Centre a été créé en 1998, avec le soutien du gouvernement australien – au travers du Centre australien pour la recherche agricole internationale (ACIAR) – et de l’Union européenne.

Au cours de sa visite, Madame Fierravanti-Wells a pu prendre la mesure de la contribution du CePaCT à la conservation des ressources phytogénétiques, à l’amélioration de la diversité végétale et au renforcement de la sécurité alimentaire dans le Pacifique.

La ministre a par ailleurs annoncé le versement d’une enveloppe supplémentaire d’un montant de 250 000 dollars australiens destinée au CePaCT et à la création d’une antenne de l’ACIAR dans les locaux du Haut-Commissariat de l’Australie, à Suva.

Cette visite témoigne de l’engagement de l’Australie en faveur du développement durable du Pacifique et de sa détermination à appuyer l’action que mène le CePaCT pour réduire la vulnérabilité des communautés océaniennes et aider à la concrétisation de leurs aspirations en matière de développement.

« L’Australie est à la fois un des pays fondateurs et un précieux partenaire de développement de la CPS.

Nous sommes très heureux d’accueillir Madame Fierravanti-Wells au CePaCT et de lui présenter les résultats de ce partenariat d’importance majeure. Cette visite intervient à point nommé, puisque la CPS fête cette année son 70e anniversaire », a déclaré la Directrice générale adjointe (Suva) de la Communauté du Pacifique, Mme Audrey Aumua.

Après l’épidémie de flétrissure des feuilles de taro qui a frappé le Samoa dans les années 1990, l’Australie a apporté un soutien essentiel à la mise en place d’un programme de sélection phytogénétique qui a débouché sur l’élaboration de plusieurs variétés de taro résistant à la maladie.

« La recherche agricole demeure l’une des principales priorités de la CPS, et l’aide de l’ACIAR dans ce domaine est primordiale », a ajouté Mme Aumua.

Le Pacifique abrite de nombreuses formes de biodiversité endémiques encore inexploitées qui pourraient contribuer au renforcement de la sécurité alimentaire dans le monde. La région compte parmi les « points chauds » de la biodiversité mondiale, et les populations océaniennes puisent dans la diversité des espèces locales ce dont elles ont besoin pour assurer leur subsistance.

Outre la plus vaste collection de matériel génétique du taro du monde, le CePaCT abrite également une douzaine de collections de cultures alimentaires d’importance culturelle et économique comme la banane, le fruit à pain, le manioc, la patate douce et l’igname. Le Centre joue par ailleurs un rôle essentiel en matière de recherche, puisqu’il a déjà produit et distribué dans 51 pays, dont les 22 États et Territoires insulaires océaniens, plus de 70 000 plants issus de la culture tissulaire.

Le CePaCT a également fourni plus de 200 plantules issues de la culture tissulaire du fruit à pain au Service de l’agriculture du ministère fidjien des Industries primaires, en vue de recherches de terrain entreprises dans le cadre du projet de promotion du fruit à pain dans le Pacifique (PBP), une initiative pilote menée aux Fidji avec le concours de l’ACIAR.

Contact médias :
Belinda Fraser, Chargée de la communication et des médias, Haut-Commissariat de l’Australie, [email protected]/ [email protected] ou (+679) 338 9389
Lauren Robinson, Coordonnatrice des relations presse (CPS), [email protected] ou (+679) 337 9250

À propos de la CPS:
La Communauté du Pacifique (CPS) est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique et accompagne fièrement le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, la CPS tient lieu de maison commune pour les 26 États et territoires membres qui la composent et en assurent la gouvernance.

Lien utile :
Centre d’étude des cultures et des arbres du Pacifique de la CPS (en anglais)
Vidéo: visite de la ministre australienne du Développement international et des Affaires océaniennes du CePaCT

0

Categories

Countries

Auteur