Le plan stratégique du Comité de pilotage du dispositif de recherche et de sauvetage en mer en Océanie est approuvé

Auckland

Le Comité de pilotage du dispositif de recherche et de sauvetage en mer en Océanie (PACSAR) a pour vocation d’œuvrer de concert avec d’autres États et Territoires insulaires océaniens dans les zones placées sous la responsabilité de ses membres ou près de celles-ci, afin de renforcer leurs capacités en matière de recherche et de sauvetage.

Réunis à Auckland, les représentants de dix-sept États et Territoires insulaires océaniens et de partenaires du développement ont approuvé le plan stratégique du Comité de pilotage du PACSAR 2017–2021, et confirmé leur engagement à le promouvoir au plus haut niveau de leurs autorités nationales pour veiller à faire avancer sa mise en œuvre.

Les participants à l’atelier ont également applaudi les Fidji, cinquième membre à rejoindre le Comité de pilotage du PACSAR.

« Nous sommes heureux de rejoindre le Comité de pilotage du PACSAR et nous nous engageons à travailler avec d’autres membres du Comité pour renforcer les capacités et la coopération en matière de recherche et de sauvetage, notamment avec les pays qui relèvent de la zone de recherche et de sauvetage placée sous la responsabilité des Fidji », a déclaré Vanavasa Vono, fonctionnaire principal (hors classe) de la division Sécurité au ministère de la Défense fidjien.

L’action du Comité de pilotage du PACSAR sera guidée par les quatre piliers du plan : gouvernance responsable de la recherche et du sauvetage, coordination efficace des opérations, riposte opérationnelle effective et prévention.

Les délégués des pays insulaires océaniens ont reconnu que le dispositif technique de coopération en matière de recherche et de sauvetage en mer entre les États et Territoires insulaires océaniens à l’appui des opérations internationales de secours maritime menées dans l’océan Pacifique (Dispositif SAR) fixe un cadre régional pour la coordination, la communication, la coopération et la planification pour la conduite d’activités de recherche et de secours dans la région.

Ils ont également pris note de l’adhésion de neuf États et Territoires insulaires océaniens au Dispositif et félicité les Îles Cook, les États fédérés de Micronésie, Palau et les Îles Salomon, désormais signataires de la déclaration d’acceptation.

« En tant que signataires du dispositif, nous avons l’intention, lorsque nous serons informés de la survenue d’un incident maritime et de personnes en détresse dans une zone géographique de responsabilité en matière de recherche et de sauvetage, de prendre des mesures d’urgence pour apporter notre aide, quels que soient la nationalité, le statut ou les circonstances dans lesquelles se trouvent ces personnes », a précisé Maara Tetava, le Directeur des services de police des Îles Cook.

À la clôture de la réunion, le Service des garde-côtes des États-Unis d’Amérique a offert d’accueillir le huitième atelier régional sur les opérations de recherche et de sauvetage en Océanie en 2019.

Accueilli et organisé conjointement par la Nouvelle-Zélande avec le soutien de l’Organisation maritime internationale et de la Communauté du Pacifique (CPS), le septième atelier régional sur les opérations de recherche et de sauvetage en Océanie a terminé ses travaux le 26 mai à Auckland.

Contact médias :
Atishma Lal, Assistante (information) à la CPS, [email protected] ou + 679 9338262.

Lien utile :
Ordre du jour et exposés

Autres liens :
http://www.maritimenz.govt.nz/about/what-we-do/safety-and-response/RCCNZ/

0

Categories

Auteur