L’UE épaule l’expansion de Bula Coffee à Vanua Levu

Sigatoka

Aujourd’hui au village de Nadroumai (Province de Nadroga), Luke Fryett, cofondateur de Bula Coffee, expose une nouvelle unité mobile de traitement du café par voie humide qui permettra à sa société d’étendre son réseau de fournisseurs à des lieux isolés de Vanua Levu, de développer son approvisionnement en matière première et d’offrir aux cultivateurs de nouvelles sources de revenus.

La machine a été achetée par le Projet Accroissement du commerce de produits agricoles (IACT) financé par l’Union européenne dans le cadre de l’Initiative en faveur de la reconstruction post-cyclone Winston mise en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS).

En 2016, Bula Coffee comptait sur une récolte de soixante tonnes de café dans les exploitations de Viti Levu. Le cyclone Winston ayant détruit la récolte de café de Viti Levu en l’espace d’une nuit, la société s’est trouvée contrainte d’importer du café en grains de Papouasie Nouvelle-Guinée pour éviter de fermer son installation de torréfaction.

Le projet IACT, qui soutient les entreprises agroalimentaires fidjiennes pendant qu’elles rétablissent leurs chaînes de valeur perturbées par le passage du cyclone Winston, a aidé Bula Coffee à renforcer et à sécuriser sa base d’approvisionnement en grains de café.

« Dans le passé, il était difficile de se fournir à Vanua Levu parce que la qualité des grains de café souffrait énormément pendant la phase de transport. Grâce à notre machine de traitement mobile, nous pouvons maintenant traiter les grains de café sur les plantations et limiter les dégradations lors du transport » précise Luke Fryett, cofondateur de Bula Coffee.

« L’UE est fière de soutenir la chaîne de valeur du café aux Fidji. La machine de traitement du café par voie humide apportera des avantages tangibles, non seulement à Bula Coffee, mais aussi aux agriculteurs de Vanua Levu. Pouvoir dorénavant compter sur un approvisionnement assuré et sur des fournisseurs plus nombreux permettra à Bula Coffee d’accroitre sa production. La jeune société espère en profiter pour conquérir de nouveaux marchés d’exportation. Les agriculteurs des zones isolées vont maintenant pouvoir participer à une nouvelle chaîne de valeur en vendant les cerises de café qui, souvent, n’étaient pas récoltées » ajoute Christoph Wagner, Chef de la coopération à la délégation de l'Union européenne pour le Pacifique.

« Plus résistant à la sécheresse et au vent que nombre d’autres cultures, le café offre une option viable pour les nombreux agriculteurs qui souhaitent diversifier leurs cultures, notamment depuis que ce nouveau marché, bien qu’encore petit, vient de s’ouvrir grâce à Bula Coffee. Nous espérons que l’accroissement de l’offre de café encouragera d’autres exportateurs de café à investir dans la marque de café unique proposée par les Fidji. Les agriculteurs bénéficieront au plan financier et verront leurs conditions de vie s’améliorer grâce à la saine concurrence qui s’établira sur le marché », déclare Patricia Sachs Cornish, Conseillère principale à la CPS.

Outre l’unité de traitement du café par voie humide, l’aide accordée à Bula Coffee comprend du matériel de pépinière, deux ombrières équipées de systèmes d’irrigation et une piqueuse de sacs.

À propos de la CPS :
La CPS est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique et appuie le développement depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, elle fait figure de maison commune pour ses 26 États et Territoires membres, qui en assurent la gouvernance.

Contact médias :
Vivita Matanimeke Assistante chargée de communication à la CPS, [email protected] ou +679 337 0733

0

Auteur