La protection de la culture en Océanie et la priorisation des efforts de lutte contre les maladies non transmissibles (MNT) à l’honneur de la quarante-huitième session du CRGA

Nouméa

Les représentants des 26 États et Territoires membres de la Communauté du Pacifique (CPS) se sont réunis à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) cette semaine, à l’occasion de la quarante-huitième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA). Cette réunion de gouvernance permet aux membres de la CPS d’examiner l’orientation stratégique de l’Organisation et d’en débattre, de saluer les réalisations obtenues, de mettre en exergue les nouvelles initiatives et de déterminer les défis susceptibles de se présenter.

Comme l’ont rappelé les participants, la protection et la promotion de la culture en Océanie font partie de la mission fondamentale de la CPS, aujourd’hui comme demain. Dans le Pacifique, culture rime avec traditions et connaissances locales pointues, autant d’éléments précieux pour l’élaboration de programmes efficaces de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique. C’est pourquoi la culture a été intégrée au domaine thématique prioritaire de la CPS relatif aux droits de la personne, à l’égalité hommes-femmes et à la jeunesse.

Les maladies non transmissibles, notamment le diabète, le cancer et l’obésité, représentent un obstacle de taille au développement en Océanie. En faire une thématique prioritaire permettra d’allouer des moyens adéquats pour accompagner les efforts déployés par les membres de la CPS dans la lutte contre ce problème urgent de santé publique à l’échelle de la région.

Le Directeur général de la Communauté du Pacifique, M. Colin Tukuitonga, a insisté sur l’importance des décisions à prendre : « les MNT représentent l’un des principaux fléaux susceptibles d’entraver la réalisation de nos objectifs de développement pour la région, et le patrimoine culturel de l’Océanie, précieux trésor étroitement lié à l’histoire de la CPS, est primordial pour l’avenir de notre région. En ajoutant ces questions aux priorités de l’Organisation, nous ferons en sorte que les activités menées par la CPS reflètent fidèlement les priorités de ses membres ».

Mme Peleni Talagi (Niue) a présidé la quarante-huitième session du CRGA et M. Jeffrey Antol (Palau) en a assuré la vice-présidence. Y ont participé les représentants des pays membres de la CPS, de ses partenaires et bailleurs de fonds, ainsi que les observateurs suivants : l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Secrétariat général du Forum des Îles du Pacifique (FIP), le Groupe du fer de lance mélanésien (GFLM), la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), le Bureau de la sécurité aérienne dans le Pacifique (PASO), le Programme régional océanien de l’environnement (PROE), l’Organisation du tourisme du Pacifique Sud (SPTO), l’Union européenne (UE) et l’Université du Pacifique Sud (USP).

Le Directeur général de la CPS a ouvert la réunion, qui s’est tenue sur deux jours, avec un tour d’horizon des réalisations de l’Organisation pour l’année écoulée. Les débats qui ont suivi ont porté sur les partenariats innovants mis en place par la CPS, sur le Cadre océanien pour l’épanouissement de la jeunesse et sur le Conseil océanien de la qualité de l’enseignement. Le Rapport de résultats 2017 de la CPS et l’Aperçu des résultats de quatre pages qui l’accompagne ont été remis aux pays membres. Les deux documents sont désormais disponibles sur le site Web de la CPS.

Les délibérations du Comité se sont ensuite concentrées sur les efforts déployés par la CPS pour renforcer ses activités de programmation par pays et conforter le rôle majeur des pays dans le pilotage des activités qu’elle mène à l’échelle nationale. L’Organisation est déterminée à travailler en étroite concertation avec les pays membres afin que ses activités cadrent au mieux avec les besoins et les enjeux propres à chacun d’entre eux. Le CRGA a également examiné en détail les avancées réalisées dans la concrétisation des objectifs énoncés dans le Plan stratégique de la CPS, ainsi que les plans de communication, le fonctionnement interne, les structures administratives et la situation financière de l’Organisation.

Les représentants ont pu par ailleurs prendre part à des séances thématiques et se familiariser avec les programmes de travail de certaines des divisions de la CPS : des agents de la Division géosciences, énergie et services maritimes, née de la fusion récente des anciennes divisions géosciences et développement économique, ont fait la démonstration de technologies de pointe reposant sur l’utilisation de drones et communiqué aux participants des informations saisissantes sur l’impact du changement climatique sur les zones côtières. L’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne est revenue sur les enjeux relatifs aux droits fondamentaux dans la région, tandis que la Division statistique pour le développement a montré comment les données de qualité tirées des recensements permettent aujourd’hui de sauver des vies.

La Présidente du CRGA, Mme Peleni Talagi, a remercié les membres de leur participation active aux débats et de leur volonté résolue de contribuer à la réussite de l’action de la Communauté du Pacifique.

Les décisions entérinées par le CRGA pourront être consultées en anglais et en français, les deux langues officielles de la CPS, sur le site Web de l’Organisation et le site Web du CRGA 48. La onzième Conférence de la Communauté du Pacifique, qui aura lieu l’année prochaine, sera présidée par les Îles Cook et se tiendra à la suite de la quarante-neuvième session du CRGA. La date et le lieu de ces réunions seront communiqués au cours du second semestre 2018.

Contact média :
Frédéric Ballenegger, Cellule communication, [email protected] ou [email protected], +687 26 01 34 (mobile +687 87 82 00)

Lien utile :
Site web du CRGA

 

0

Auteur