La Communauté du Pacifique pose les fondements du relèvement post-COVID-19 à la cinquantième session du CRGA

Nouméa

La pandémie de COVID-19 a transformé en profondeur la manière dont les organisations intergouvernementales travaillent, et la Communauté du Pacifique (CPS) ne fait pas exception. Cette année, la cinquantième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA) – principal organe directeur de la CPS créé en 1984 – devait se tenir à Nouméa et réunir les délégations des 26 États et Territoires membres et de nombreux observateurs internationaux au sein de « la maison commune du Pacifique ».

Mais la pandémie mondiale et les restrictions de déplacement connexes ont contraint les participants à se retrouver dans un cadre hybride : certains étaient présents à Nouméa et à Suva, d’autres ont participé par voie virtuelle.

Lors de sa première session du CRGA en qualité de Directeur général, Stuart Minchin a brossé un tableau d’ensemble des activités menées par l’Organisation au cours de l’année écoulée et présenté la manière dont la CPS s’est adaptée face aux répercussions de la pandémie. Malgré les défis auxquels les pays membres se trouvent confrontés dans la région, le Directeur général a dressé un rapport positif et mis en avant des réalisations majeures dans de nombreux secteurs. M. Minchin a immédiatement salué l’engagement et le dévouement des dirigeants océaniens, deux éléments sans lesquels une telle réussite n’aurait pas été possible.

« Je me félicite de constater que l’esprit océanien de coopération, de consensus et de collégialité n’a pas faibli tout au long de cette période éprouvante, a-t-il déclaré. De toute évidence, cet engagement et ce dévouement ne devraient surprendre personne : ils ne sont que l’exemple le plus récent de la manière dont notre communauté se mobilise pour relever les défis communs. Toute l’histoire de la CPS en témoigne. »

La cinquantième session du CRGA a été présidée par Barbara Age, Secrétaire d’État aux affaires étrangères et au commerce international de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Mme Age a fait l’éloge du travail mené par la CPS, en particulier pour ce qui est de l’enseignement, de la sécurité alimentaire et de la réponse à la pandémie. Elle s’est déclarée convaincue que l’Organisation crée les conditions qui permettront d’œuvrer au relèvement rapide post-COVID-19.

« Après notre réunion de cette semaine, alors que nous traversons une crise mondiale sans précédent causée par la pandémie de COVID-19, je suis intimement persuadée, au vu des progrès que nous avons accomplis en tant que Communauté du Pacifique, que nous avons tracé la voie à suivre pour relever les défis de la pandémie et reconstruire en plus solide et en plus résilient. Cela ne sera pas facile. Mais grâce aux efforts collectifs que nous déployons au sein de la CPS et avec le soutien sans faille de nos principaux partenaires, nous sommes bien mieux armés », a déclaré Mme Age.

Les membres de la CPS ont fait part de leur engagement en faveur de la Stratégie 2050 – une vision collective pour l’avenir de la région qui permet aux partenaires du Conseil des organisations membres du Pacifique (CORP), aux gouvernements, aux parties prenantes régionales et internationales, aux acteurs du secteur privé et aux groupes de la société civile de coordonner leurs activités et de mener des actions complémentaires en faveur d’une vision commune du « Pacifique bleu ». L’adéquation entre cette vision et le Plan stratégique de la CPS constituera l’un des piliers de cette stratégie.

Plusieurs annonces importantes ont été faites en marge de la session du CRGA, dans le but de renforcer la solidité et la pérennité de l’Organisation ainsi que sa capacité à mettre en œuvre des projets aux côtés des membres insulaires océaniens et à leur profit. On peut citer le renouvellement du partenariat entre le Gouvernement australien et la CPS, qui prévoit le versement à la CPS de fonds ordinaires pluriannuels de 42,5 millions de dollars australiens ; un soutien financier d’urgence de 2 millions d’euros octroyé par l’Agence française de développement (AFD) afin de renforcer les capacités régionales en matière de surveillance et de réponse aux épidémies ; la signature de l’Initiative KIWA, un dispositif de 35 millions d’euros coordonné par l’AFD et financé par cinq bailleurs de fonds internationaux (Australie, Canada, France, Nouvelle-Zélande et Union européenne) qui soutient des solutions fondées sur la nature en faveur de la protection de la biodiversité et de l’action climatique ; et la publication d’une nouvelle édition de l’ouvrage Les usages culturels en Océanie de la CPS, qui présente les traditions propres aux communautés du Pacifique.

La cinquantième session du CRGA a également été l’occasion de revenir sur notre histoire et de célébrer la manière dont ces réunions ont contribué à orienter les objectifs de développement et les réalisations de la région. Des galeries d’images et de vidéos ont été mises à disposition sur le site Internet du CRGA afin que les membres et le grand public puissent se remémorer la riche histoire du leadership océanien.

À l’issue de la cinquantième session du CRGA, il a été annoncé que la douzième Conférence de la Communauté du Pacifique et la cinquante et unième session du CRGA se tiendront à Vanuatu en 2021. Les dates seront communiquées lorsqu’elles auront été confirmées.

Contact(s) média :
Alexandre Brecher, Chargé de communication principal, Pôle communication institutionnelle, Communauté du Pacifique (CPS) | [email protected]

A propos de la CPS :
La Communauté du Pacifique appuie le développement durable en Océanie depuis 1947 en faisant appel aux sciences, au savoir et à l'innovation. Principale organisation intergouvernementale de la région, elle émane de ses 26 pays et territoires membres qui en assurent la direction.

Division
0

Auteur