Groupe du fer de lance mélanésien

En juillet 2012, la Communauté du Pacifique (CPS) et le Groupe du fer de lance mélanésien (GFLM) ont signé un protocole d’accord triennal par lequel ils se sont engagés à collaborer dans l’optique de fournir des services et un appui technique précieux aux populations des Fidji, de la Nouvelle-Calédonie, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Îles Salomon et de Vanuatu.

Au mois de novembre 2014, nos deux organisations ont renouvelé l’accord pour une nouvelle période de trois ans, jusqu’en 2017, dans le but de stimuler le développement dans ces cinq pays océaniens et d’engager des actions visant à répondre aux enjeux prioritaires communs, notamment l’emploi des jeunes, l’assainissement et la gestion des ressources halieutiques.

Les autres domaines de coopération incluent la gouvernance, la sécurité des transports maritimes, les politiques forestières, la gestion des ressources en holothuries à l’échelon infrarégional, ainsi que la promotion des modes de vie sains et de la culture mélanésienne.

Membres de ces deux organisations intergouvernementales régionales, les Fidji, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon et Vanuatu sont les pays insulaires océaniens les plus importants de par leur superficie terrestre, la taille de leur population et leur produit intérieur brut. Ils sont toutefois confrontés à de multiples difficultés majeures similaires.

En vertu du nouvel accord conclu, nous nous sommes engagés à partager notre expertise et à mettre en place des programmes conjoints, afin de maximiser les résultats obtenus en matière de développement et d’accroître l’efficacité de l’action que nous menons aux côtés de nos membres et de nos partenaires, et dans leur intérêt, face aux problématiques urgentes auxquelles est confrontée la région Pacifique. La coordination de ce partenariat est assurée par le bureau régional de la CPS pour la Mélanésie.

L’accord a contribué à réduire les risques de redondance des efforts déployés en vue de relever les principaux défis communs, et a aidé à rationaliser les dépenses.

Le Groupe du fer de lance mélanésien a vu le jour suite à une réunion informelle tenue le 17 juillet 1986, à Goroka (Papouasie-Nouvelle-Guinée), en présence des chefs de gouvernement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Îles Salomon et de Vanuatu, ainsi que d’un représentant du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS).

À leur première réunion, les leaders sont convenus de l’importance de définir des positions communes et de faire preuve de solidarité pour devenir le fer de lance des questions régionales d’intérêt commun, notamment la cause de l’indépendance politique de la Nouvelle-Calédonie, défendue par le FLNKS. Le GFLM est ensuite devenu un groupement régional doté de son propre accord commercial. L’accord d’établissement du Groupe a été signé le 23 mars 2007.

Lien utile

Bureau régional pour la Mélanésie

Groupe du fer de lance mélanésien

 

Auteur