Adi Finau Tabakaucoro

Adi

Adi Finau Tabakaucoro, Responsable politique, Fidji]

 

Âgée de soixante-treize ans, Adi Finau Tabakaucoro a passé sa vie à défendre les intérêts des femmes et des jeunes filles des Fidji sur la scène politique. Elle préside actuellement la plus grande organisation civile de femmes du pays, Soqosoqo Vakamarama i Viti, présente dans les 14 provinces du pays pour travailler sur des questions concernant les villages, les districts et les provinces, ainsi que les politiques, les programmes, la législation et les services nationaux de développement.

Le champ d’action de cette association est très large ; il couvre ainsi les besoins des femmes des campagnes, les règlements villageois, les inscriptions dans le Vola ni Kawa Bula, le registre foncier autochtone, ainsi que des questions d’égalités entre hommes et femmes, de droits de la personne, de réformes constitutionnelles, de gouvernance, d’aide au développement, d’émancipation économique, de transition démographique, de droits des personnes LGBTIQ, de réponse humanitaire ou encore de changement climatique.

Durant son mandat au sein du gouvernement provisoire, entre 1987 et 1992, Adi Finau Tabakaucoro a mené une campagne réussie en faveur de l’ajout des termes « sexe » et « religion » dans la déclaration des droits figurant dans la nouvelle constitution des Fidji, rédigée en 1990. Cette nouvelle constitution est entrée en vigueur en juillet 1990, après la décision de l’ancien brigadier Sitiveni Rabuka, à l’origine du coup d’État, d’abroger celle de 1970. C’était la première fois qu’une déclaration constitutionnelle de droits aux Fidji mentionnait l’interdiction de toute discrimination reposant sur l’orientation sexuelle ou la religion.

Dans les années 1980, Adi Finau Tabakaucoro a été nommée au sein du Conseil économique national des Fidji, chargé d’organiser des consultations multipartites et d’établir une feuille de route pour la définition des priorités nationales en matière de développement. Ces travaux ont posé les bases de la formulation des stratégies nationales de développement et du budget correspondant. Elle a occupé cette fonction du fait de son rôle de présidente de la YWCA (association chrétienne des jeunes femmes) fidjienne ainsi que de secrétaire générale de l’association SVV.

Elle a présidé la YWCA fidjienne entre 1980 et 1988, de même que le Conseil national des femmes fidjiennes (NCWF) en 1984 et 1985. En 1995, Adi Finau Tabakaucoro a pris la tête des manifestations nationales et internationales contre les essais nucléaires français à Mururoa à bord du navire Kaunitoni, en compagnie de députés d’Australie, des Îles Cook, de France, d’Allemagne, d’Italie, de Nouvelle-Zélande, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique ou encore du Pays de Galles.

Adi Finau Tabakaucoro est l’une des trois coorganisatrices du Forum des femmes fidjiennes. Elle travaille aux côtés du Mouvement fidjien en faveur des droits de la femme et du Conseil national des femmes fidjiennes.

0

Cette initiative est mise en œuvre en partenariat avec :

Auteur