‘Ofa Guttenbeil-Likiliki

‘Ofa
Photo: Courtoisie du Women and Children Crisis Centre, Tonga 

‘Ofa Guttenbeil-Likiliki, Directrice du Women & Children Crisis Center, Tonga

On doit être prêtes à raconter aux autres les expériences vécues par les femmes et à communiquer d'une manière qui incite les auditeurs et auditrices à réfléchir et à faire leur possible pour changer la situation.

La militante des droits des femmes et productrice de film ‘Ofa Guttenbeil-Likiliki croit au pouvoir du récit, même si ceux-ci font se sentir mal à l’aise. En osant raconter le vécu des victimes, elle a rendu la question de la violence domestique difficile à ignorer dans son pays natal, Tonga, et a contribué au changement, et ce, même face à une opposition virulente.

« Lorsqu’on choisit de travailler dans le domaine de l'émancipation des femmes, on doit être prête à raconter aux autres les expériences vécues par les femmes », explique ‘Ofa, Directrice du Women & Children Crisis Center (WCCC) qu’elle a aidé à établir 2009.  Elle ajoute: Vous devez communiquer d'une manière qui oblige les auditeurs et auditrices à réfléchir et à faire leur possible pour changer la situation ou à sensibiliser davantage. C'est, je crois, mon rôle principal de travailler à l’émancipation des femmes .

L'un de ses premiers courts métrages sur le changement social, Pink Hibiscus, produit en collaboration avec le WCCC, a remporté le « Prix activiste » en 2011 du Festival et du Festival mondial du film sur le changement social (GSCFFI). Le court documentaire a mis au défi des perceptions et des mythes concernant l'abus sexuel d'enfants en rapport avec l'inceste. En 2014, ‘Ofa a été récompensée par le Prix médiatique pan-pacifique du Commonwealth pour le meilleur concept pour un documentaire. La principale histoire d’une survivante (de violence) véhiculée dans le concept documentaire a été utilisée comme pièce verbatim pour plaider auprès du commissaire de police des Tonga afin d’établir un protocole d'entente entre la police et le WCCC. Il en résulte que le WCCC a créé le premier service de crise de guichet unique dans le Pacifique pour les femmes et les enfants survivants de la violence où un agent de police est stationné au WCCC pour empêcher que les victimes aient à faire le récit de leur expérience traumatique de nombreuses fois à de multiples agences.  Le WCCC dispose également d'une infirmière et d'un accès au soutien juridique grâce au service One-Stop (guichet unique).

En 2016, 'Ofa a été sélectionnée comme récipiendaire du programme court du Commonwealth où elle a écrit, dirigé et joué dans son court métrage The Black Pen qui doit être diffusé en novembre 2017. Le film concerne les complexités auxquelles sont confrontés les conseillères sur la violence domestique lorsqu'elles travaillent avec les survivantes (de violence) et les défis auxquels elles font face, comme être contraintes de considérer les processus culturels de réconciliation plutôt que l’accès à la justice.

En 2010, le WCCC, sous la direction de Guttenbeil-Likiliki, a reçu le prestigieux prix des droits de la personne de la Communauté du Pacifique (CPS) en reconnaissance de son travail de promotion des droits humains des femmes à Tonga. Le WCCC a de nouveau été reconnu en 2015 en obtenant le premier prix dans les Prix nationaux des droits de la personne de la CPS. En 2012 et 2013, Guttenbeil-Likiliki a été nommée pour le Prix international des Femmes du Courage de l'État américain pour son travail dans le domaine des droits des femmes et des enfants aux Tonga.

0

Cette initiative est mise en œuvre en partenariat avec :

Auteur