Résilience climatique dans l’Océanie de demain : un enjeu qui ne peut être laissé au hasard ​

Nouméa

Après la publication du Rapport de synthèse initial sur les contributions déterminées au niveau national (CDN), qui dresse le bilan des progrès réalisés dans la mise en œuvre des plans d’action climatique nationaux, en prévision de la vingt-sixième Conférence des parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les Nations Unies, en février dernier, ont lancé une mis en garde : les efforts entrepris à ce jour sont insuffisants pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C.  

Ce constat est très préoccupant et marque un sérieux revers pour l’Océanie, qui a fait preuve, depuis 2015, d’un solide leadership en matière climatique. On notera à cet égard qu’en dépit des profonds bouleversements et de la crise sanitaire dus à la pandémie de COVID-19, les pays insulaires océaniens ont tous honoré leurs engagements au titre de la CCNUCC dans les délais prescrits.

Indépendamment du degré d’ambition des objectifs énoncés dans les CDN des États et Territoires insulaires océaniens, le renforcement des engagements pris par les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement à 1,5 °C demeure incontestablement un impératif absolu pour garantir la résilience de l’Océanie face au changement climatique. C’est précisément parce que l’action climatique mondiale manque cruellement d’envergure et n’est pas à la hauteur des objectifs de l’Accord de Paris que les pays insulaires océaniens continuent de subir les impacts sociaux, culturels et économiques grandissants du changement climatique.

Soucieux de préserver la planète, les pays insulaires océaniens n’ont jamais fait preuve de complaisance. Ils ont montré, au contraire, une grande détermination dans leur volonté d’anticiper et ont toujours mené avec espoir et enthousiasme les efforts visant l’adoption d’engagements mondiaux en faveur du climat.

C’est grâce à la lucidité et à la vision des dirigeants océaniens et en réponse à leur appel que la Plateforme des CDN dans le Pacifique a été mise en place, à l’issue de la première conférence du Partenariat du Pacifique pour l’action climatique (CCAP), organisée à Suva (Fidji) dans la perspective de la COP23. La Plateforme est un mécanisme multipartite innovant qui a pour objet d’aider les pays insulaires océaniens dans la mise en œuvre de leurs CDN, tout en contribuant au renforcement de leur résilience au changement climatique, grâce à des mesures axées sur l’adaptation, la réduction des risques et l’accélération de la transition vers un avenir énergétiquement sûr, libéré des combustibles fossiles.

Alors que sévit la pandémie de COVID-19, la plus grave crise de santé publique de notre temps, nous ne pouvons tout simplement pas nous en remettre au hasard pour renforcer la résilience de la région face au changement climatique et lui garantir un avenir durable et sobre en carbone. La situation exige non seulement une vision à long terme assortie d’une stratégie régionale mûrement réfléchie, mais surtout un engagement collectif en faveur de cet objectif.

Les membres de la Plateforme des CDN dans le Pacifique ont plaidé en faveur d’une vision à long terme (la Stratégie 2030) exposant à la fois leurs aspirations et les trajectoires possibles vers un avenir résilient. Il s’agit, pour la région, d’une avancée majeure, pour l’heure sans égale au niveau mondial, puisque les pays insulaires océaniens ne contribuent qu’à hauteur de 0,14 % aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, alors que des pays responsables de plus de 70 % de ces émissions n’ont toujours pas soumis leurs CDN.

La Stratégie 2030 pour la Plateforme des CDN, dont le lancement est prévu le 8 avril 2021, présente les aspirations des dirigeants océaniens et les modalités de mise en place du mécanisme visant à aider les pays du Pacifique à concrétiser leurs objectifs nationaux prioritaires et leurs engagements au titre de l’Accord de Paris. Elle se veut complémentaire de la vision régionale d’une prospérité partagée dans le contexte du Pacifique bleu, et constitue la contribution de la région au Programme de développement durable à l’horizon 2030, en venant compléter les activités relevant de l’Objectif 2 du Cadre en faveur d’un développement résilient dans le Pacifique. La Stratégie s’inscrit également dans le droit fil de la Déclaration Kainaki II pour une action urgente et immédiate contre le changement climatique.

La Stratégie et l’engagement continu des pays insulaires océaniens en faveur des objectifs énoncés dans leurs CDN envoient un signal clair : le leadership océanien en matière d’action climatique n’a jamais faibli, y compris pendant la crise de la COVID-19. Le fait que la région s’engage ainsi à œuvrer à un avenir durable, non seulement pour elle-même, mais aussi pour le reste du monde, est une source d’espoir et de réconfort.

Blog Category
Directeur général
0
Division
Durabilité environnementale et changement climatique

Categories

Auteur(s)