Nouvelle-Calédonie : La maison brûle, et on ne regarde plus ailleurs

Nouméa

Sept siècles. C'est le temps qu'il faudra à la forêt du Mont-Dore, en Nouvelle-Calédonie, pour se régénérer après l'incendie qui l'a ravagée l'an dernier.

plante carnivore - sud nouvelle caledonie 2018 - spc copyright.pngLe feu est un régulateur naturel des écosystèmes forestiers. Il fait aussi partie intégrante du rapport des hommes à la forêt, et ce depuis des temps immémoriaux : selon une étude du WWF calédonien, les communautés kanak ont ainsi pas moins de 25 raisons d’utiliser le feu, allant de l'écobuage à la lutte contre les ravageurs en passant par la communication, les usages symboliques, et la chasse.

Les Mélanésiens ne sont pas les seuls à avoir utilisé le feu : les premiers exploitants forestiers et miniers y ont eu recours également. Mais les incendies de forêt ont pris une ampleur inquiétante ces dernières années. Les incendies s'étendent de plus en plus vite et de plus en plus loin, jusqu'à menacer des écosystèmes uniques au monde. Le maquis minier du Grand Sud abrite ainsi sur son sol rouge et métallique, riche en cobalt, en manganèse, en chrome et en nickel, de nombreuses formes de vie endémiques.

"Certains de ces arbustes poussent d'un centimètre tous les deux ans, et on n'en connaît que quelques spécimens dans le monde", souligne le Dr Yannick Dominique, mis à contribution par la Communauté du Pacifique pour coordonner le projet RESCCUE en province Sud.

 

south new caledonia fred ballenegger spc cps 2018.jpgMême si certains us et coutumes ont changé, les feux de brousse demeurent une menace pour les massifs forestiers calédoniens. D’autant que les changements climatiques ne se manifestent pas que sous la forme de vent et de sécheresse propices aux incendies. Selon les projections du GIEC pour le Pacifique, les pluies et les cyclones devraient être de plus en plus violents en saison. Ces précipitations torrentielles, venant après le feu, ravinent la maigre pellicule de terre végétale qui sert de substrat à ces plantes rares et dénudent la roche stérile. Pour qu'un nouveau milieu identique voie le jour, il faudra des centaines d'années.

 

Le gouvernement calédonien et la province Sud ont pris des mesures pour préserver la biodiversité dont ils sont les gardiens. Bien que n'ayant que peu de prise sur les changements climatiques eux-mêmes, les territoires insulaires peuvent agir pour s'adapter à leurs conséquences : un maillage d'information et d'alerte précoce permet par exemple de repérer rapidement les incendies, grâce à des partenariats avec les pilotes des avions de ligne qui survolent le territoire. Des citernes anti-incendie de 30 m3 ont été mises en place en plein maquis pour permettre aux camions des pompiers de se ravitailler.

 

south new caledonia - sud nouvelle caledonie - cuve province sud - cps - projet resccue 2018.jpgLa Communauté du Pacifique appuie ces initiatives dans le cadre de son approche communautaire de l'adaptation aux changements climatiques, avec l'appui financier de l'AFD et du FFEM. Elle a notamment piloté, depuis cinq ans, le projet RESCCUE à l'échelon régional.

Mais l'équipement ne fait pas tout. Si certains incendies sont déclenchés par inconscience ou par malveillance, la plupart sont des accidents et pourraient être évités.

 

alerte au feu province sud nouvelle caledonie.jpgDans la commune de Yaté, pour éviter que les feux maîtrisés ne tournent en incendies, les pompiers ont demandé à la population de les prévenir lorsqu'un feu est allumé à des fins agricoles, de manière à pouvoir intervenir si nécessaire.

Dans les terres coutumières ou privées, là où 87 % des feux démarrent, ce système a commencé à porter ses fruits, dès lors que les chefs coutumiers en ont approuvé le principe et s'en sont faits les promoteurs actifs. Les structures d'autorité traditionnelles donnent ainsi à la technologie la capacité d'agir sur le terrain de manière au moins aussi efficace qu'avec une approche administrative classique.

Il ne reste plus aujourd’hui que 10 à 20% des forêts humides et seulement 1 à 2% des forêts sèches du Caillou. La multiplication des initiatives basées sur la concertation et le concours des autorités coutumières permettront-elles de préserver la richesse biologique de nos îles pour les générations futures ? L'avenir le dira.

0
Division
Durabilité environnementale et changement climatique

Auteur